Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Sélection manga : 5 tomes 1 qu’ils sont très bien pour bouquiner en maillot d’bain !

Manga : tomes 1 juin-juillet

Maintenant que les premiers travaux post-Japan Expo sont passés (compte-rendus, concours, etc.), votre serviteur a profité d’un peu de temps libre entre deux retranscriptions d’interview pour s’adonner à la lecture et rattraper le flux des sorties manga de juin-juillet. Comme chaque année, ce salon est un pourvoyeur de nouvelles séries et j’ai compté dans mes piles une quinzaine de tomes 1 récemment. Je ne me voyais pas vous parler de tout ça, surtout que quelques uns ne sont pas inoubliables. Gardons donc le meilleur, avec une sélection des 5 titres les plus marquants. De 15 mangas je suis passé assez facilement à 9 titres intéressants : Zelphy, Daisy, Cagaster, Magdala, Mix, Dreamin Sun, Erased, Area D et le nouveau Tom Sawyer. Mais c’était encore trop, et certains titres ont sans doute besoin de temps pour mûrir et dévoiler leur potentiel (ou pas, nous verrons bien).

En route pour les chroniques et de bonnes lectures pour votre été !

Number one : Zelphy, celui de Etorouji Shiono qui la joue space opéra…

Nous en parlions dans l’interview de Ki-oon, voici une nouvelle série du mangaka d’Übel Blatt. Un rapprochement que Doki-Doki, l’éditeur de ce nouveau titre, n’a pas manqué de nous faire savoir avec un petit sticker par l’auteur de. Avant la lecture il y avait, dans mon esprit, pas mal de points d’interrogation sur cette œuvre car le petit Etorouji est connu pour avoir fait plusieurs mangas qui se situent souvent sous la ceinture – un intérêt et une réputation pour l’anatomie féminine qu’Übel honore de temps à autre d’ailleurs – et je me demandais donc ce que valait Zelphy, entamé en 2012 pendant la “pause” des aventures de Koinzell. Et donc, quel est le verdict après lecture ? Et bien c’est pas mal du tout et ça vaut plutôt le coup d’être lu, pour deux bonnes raisons : c’est plutôt drôle tout en étant un space opéra très bien gratté, avec une mention spéciale pour les vaisseaux et décors qui fourmillent de détails et possèdent un design des plus efficaces.

Zelphy T.1 zelphy,-tome-2

Zelphy est en quelque sorte un petit frère d’Übel Blatt, plus jeune et plus emprunt de légèreté, mais il appartient définitivement à la même famille. On y suit les aventures de Lysja, jeune prince déchu du Royaume-Uni de Zaysion, qui rêve d’aventures… et qui va être gâté. Refusé par l’armée en raison de sa frêle constitution, il croise le chemin d’un chat qui parle, aka Enoc le pirate de l’espace, d’une policière, Alvera, qui rêve de justice et d’une grand carrière, et d’un robot mystérieux du nom de Pico Pico. Suffisamment mystérieux pour faire de Lysja et de cette nouvelle troupe l’ennemi numéro 1 de l’alliance militaire des Gardiens de l’Aion, qui gouverne et domine sans partage toutes les étendues spatiales connues. On retrouve donc une force militaire, qui règne sans partage et sans pitié, mais dont un ancien ennemi s’apprête à refaire surface pour dévoiler ses secrets et chambouler ses plans.

Un Übel Blatt à la sauce science fiction si on regarde ça de loin… et même de près ça reste assez vrai, mais il y a heureusement plus que le pompage d’une recette à succès. Là où la magie et les sortilèges ont façonné un univers de fantasy dans Übel Blatt, c’est la technologie et la science qui ont fait évoluer l’univers de l’Aion vers des cohortes de vaisseaux spatiaux, de mécha guerriers et d’être hybrides de Zelphy. L’univers est suffisamment bien soigné et détaillé pour que la copie prenne finalement des airs d’une adaptation qui n’a pas à rougir, tout en conservant le chara-design bien léché du mangaka, capable de donner du charisme à des gros abrutis hyper musclés comme à un chat borgne avec ses airs de réincarnation d’Albator.

Zelphy Zelphy

Les personnages principaux, justement, sont la différence essentielle entre Zelphy et son aîné : exit la recherche d’une vengeance, l’injustice d’un assassinat et bonjour le jeune prince qui va vivre une aventure pleine d’imprévus et de compagnons rocambolesques. Entre le chat pirate un brin cynique qui se languit de son ancienne vie, le robot qui ne sait dire que “Pico” mais qui se révèle indestructible, la policière carriériste qui est bloquée sur une planète de bisounours, voilà une galerie haute en couleur qui interagit de façon assez prévisible mais néanmoins amusante. Deux bémols cependant, avant de conclure : les chorégraphies des quelques affrontements ne sont pas très convaincantes – le pistolet laser moins classe que l’épée, tout un débat –  et le chara-design de Shiono tend à se répéter sur les personnages secondaires, surtout chez la gent féminine.

Néanmoins, Zelphy reste un bon divertissement qui reprend Übel Blatt dans le fond mais qui adapte et innove suffisamment dans la forme pour éviter le plagiat. Avec des personnages attachants et une mise en scène qui ne se prend pas au sérieux, on se laisse facilement entraîner dans cette “autre” aventure. Shiono ne pourra pas réaliser ce genre de coup à l’infini mais en attendant, au vu de l’excellent niveau graphique et du plaisir de lecture, on aurait tort de bouder notre plaisir !

Plus d’infos – site de l’éditeur et bande annonce ci-dessous – Visuels © ETOROUJI SHIONO 2013

Number two : Area D, celui qui envoie du pâté !

On reste dans le genre récréatif et bien gratté qui cherche avant tout à nous divertir, toujours sur une histoire qui tient un minimum la route. Area D, aux éditions Pika, reprend le concept des mutants qui font peur à l’humanité. Il a y douze ans l’explosion de l’étoile Antarès a provoqué l’altération de nombreux êtres humains, désormais détenteurs de pouvoirs aussi étranges et variés que potentiellement destructeurs. Ces mutants, baptisés Altered, sont difficilement contrôlables, dangereux pour certains, et il n’en a pas fallu davantage au reste de l’humanité pour qu’ils soient tous classés comme une menace, même s’ils n’ont aucune intention de nuire. La solution mise en place est une capture et un aller simple pour une île aux airs de prison, où règne la loi du plus fort : l’Area D, avec un D comme Death !

area-d-1-pika Area d Pika area-d-3-pika

On suit donc le voyage puis l’arrivée d’une nouvelle flopée de mutants, plus ou moins forts et/ou inquiétants : un garçon maigrichon qui déconstruit tout ce qu’il touche, une passe muraille, un chef de bande belliqueux capable de transformer ses bras en lames acérées ou encore une très jeune enfant capable de transférer ce qu’elle veut dans d’autres dimensions… Et puis il y a les classes S, des mutants enfermés à double tour et considérés comme hautement dangereux. Jin Kazaragi est l’un d’entre-eux, emprisonné dans un caisson en partance pour l’Area D. Mais, contrairement à d’autres, Jin ne cherche pas l’affrontement et ne fait que répéter qu’il est un être humain et non pas un monstre. Entre la haine que leur voue l’humanité et la vie sans pitié sur l’île, Jin et ses nouveaux compagnons ont peu de chances de survivre. Et même s’ils y parviennent, qu’est-ce qui les attend après ?

De l’action, de l’action et encoooore de l’action pour ce titre musclé qui fait la part belle aux pouvoirs des mutants et à leurs confrontations, les uns contre les autres. Un peu comme si on enfermait tous les X-Men de Stan Lee sur une île déserte en leur demandant, si possible, de s’entre-tuer pour assurer le spectacle. Dans ce manga, le show est assuré par un dessinateur coréen bien connu en France pour le Nouvel Ongyo Onshi, aka Yang Kyung-Il, qui s’associe au scénariste Kyoucihi Nanatsuki, lui aussi apprécié pour son récit de The Arms Peddler. Du coté du script, Area D dispose d’un pitch plutôt convenu avec un univers qui n’est pas extrêmement développé pour le moment. Mais on sait bien que ce qui fait le sel d’une histoire de mutants est la nature de leurs pouvoirs et la façon de les mettre en scène. De ce coté rien à redire car ça bastonne à tout va avec des personnalités très différentes, des pouvoirs variés et souvent conditionnés pour leur donner plus d’épaisseur, des décors en tous genres et souvent post-apocalyptiques qui se prêtent à merveille à la traque et aux combats spectaculaires. Ajoutez-y des organisations terroristes anti-mutants, des destinées plutôt funestes et un gouvernement qui manipule et expérimente en secret, et on tient donc le pack scénaristique simple et efficace pour de l’entertainment très réussi.

area D copie

Ce qui permet à Area D d’aller un peu plus loin que ce canevas convenu réside dans son visuel. Yang Kyung-Il excelle d’abord par son chara-design détaillé, à qui il sait insuffler une vie et une histoire simplement grâce à son trait. Il est tout aussi brillant dans ses phases de combat, où les personnages se déplacent avec énormément de fluidité, où les coups portent avec un remarquable impact. Beaucoup de classe et charisme à revendre donc, qui donnent puissance et allure au titre. Un régal pour les yeux !

Plus d’infos – site de l’éditeur ici et preview directement ci-dessous  – Visuels © 2012 Kyouichi NANATSUKI, Yang Kung-il All rights reserved.

Number 3 : Erased, celui qui fait froid dans le dos !

Voilà un titre dont j’ai pas mal entendu parler sur les réseaux sociaux, suffisamment pour attiser ma curiosité et que je le lise avant de clore ce top 5. Et j’ai bougrement bien fait car il est totalement prenant ! L’auteur, comme les deux titres précédents, vous le connaissez sans doute : Kei Sanbe, un habitué des éditions Ki-oon qui s’est fait un nom avec ses thrillers comme l’île de Hozuki ou Le berceau des esprits. Si j’avais trouvé la première série bien prenante, je me souviens avoir rapidement décroché de la seconde, mais ce tome 1 d’Erased m’incite à croire qu’on tient là ce qu’il a fait de meilleur jusqu’ici, dans ce qui a été publié en France en tout cas.

erased-tome-2 Erased tome 1

Le titre se distingue par sa narration à la première personne, émanant d’un auteur de manga de 28 ans, Satoru Fujinuma, qui raconte ses échecs à devenir un mangaka reconnu. Mais on oublie rapidement son art pour se plonger dans sa vie de tous les jours, entre son mi-temps de livreur de pizza et son incapacité récurrente à l’empathie qui fait de lui un jeune homme seul et banal. Une banalité qui n’est qu’apparente, bien entendu. Même s’il n’en fait pas grand cas Satoru a un don, celui de revivre en boucle des scènes de sa vie sans intérêt notable, pendant quelques minutes et sans qu’il en maîtrise le quand du comment. Néanmoins, à chaque fois, il sait qu’il y a quelqu’un à sauver et qu’il revivra la même scène tant qu’il n’aura pas résolu le problème. En modifiant un accident de circulation, en sortant des enfants trop aventureux d’un immeuble désaffecté ou en empêchant sans s’en rendre compte un enlèvement d’enfant, Satoru évite de nombreux drames. Mais s’il sauve son prochain depuis presque toujours de manière anonyme et désintéressée, il n’est pas parvenu à éviter un drame de se produire durant son enfance, une sombre histoire d’enlèvement et de meurtre d’enfants, dont certains comptaient parmi ses camarades de classe.

Étrangement, alors que sa mère avait tout fait pour qu’il oublie cet événement les souvenirs refont surface ces derniers temps, de plus en plus distinctement. Alors que Satoru se remémore ces événements et comprend qu’ils ont partiellement forgé l’homme qu’il est aujourd’hui, son don de “rediffusion” se déclenche de plus en plus fréquemment et il ne peut pas s’empêcher de noter des coïncidences entre le présent qu’il modifie et ce fameux passé qu’il n’a pu que subir. Malheureusement pour Satoru, passé et présent semblent bien être liés par un point commun qui n’est autre qu’un obscur meurtrier…

Erased_1_PLANCHE_5

Difficile de résumer ce premier tome sans évoquer trop de rebondissements mais ils ne sont de toute façon pas les seuls atouts de cette œuvre, qui brille au premier abord par sa narration et sa mise en scène. Le lecteur suit un chemin imprévisible fait de boucles temporelles, de flashbacks et de moments de pause sur l’instant présent, le tout imbriqué avec clarté dans une intrigue aussi psychologique que policière. On voyage dans une ambiance brumeuse qui se dégage progressivement sur un décor aux allures de cauchemar. L’atmosphère est haletante et oppressante et une fatalité morbide semble coller aux basques de Satoru, qui doit payer un prix de plus en plus lourd – et cruel, très cruel – pour son don. Un héros malgré lui qui a tout du portrait d’un looser, mais il suscite rapidement l’intérêt voir l’affection, pour ses discussions avec lui-même et son regard sur les autres, qui le rendent beaucoup plus vivant et piquant en son for intérieur que dans l’image qu’il renvoie à son prochain. Puis il y a son histoire, les drames et les crimes qu’il a connu et le mystère qui les entoure. Vous l’aurez compris Erased est un manga prenant et surprenant à plus d’un titre, qui se lit d’une traite et vous embarque complètement !

Plus d’infos – site de l’éditeur ici, ci-dessous la bande-annonce puis la preview – Visuels © 2013 Kei Sanbe / KADOKAWA CORPORATION, Tokyo.

Number 4 : Le nouveau Tom Sawyer, celui qui ne se passe pas en Amérique

Décidément cette sélection est celle de la nouvelle oeuvre d’auteurs qui ont déjà fait leur preuve. UME, ça vous dit quelque chose ? C’est le pseudonyme de Takahiro Ozawa et Asako Seo, le duo de Tokyo Toy Box, une saga qui a fait ses preuves chez Doki-Doki. Cette fois-ci c’est Komikku qui rafle la mise avec Le nouveau Tom Sawyer, l’histoire du jeune Chiharu Kanô qui quitte Tokyo pour s’installer sur l’île de Hatena-Jima et qui va y découvrir la vie un peu décalée de cette île et de ses habitants.

Le nouveau Tom Sawyer

Us, coutumes, population locale, folklore et même quelques mystères autour de l’histoire fondatrice font de cette île un personnage central de l’histoire. Il n’en fallait pas plus pour piquer ma curiosité et que je recherche ce caillou du fin fond du Japon. En fait, à proprement parler, Hatena-jima n’existe pas. MAIS l’île a été créée à partir d’une autre, bien réelle, du nom de Hateruma-jima et que les deux auteurs sont allés visiter. Et effectivement c’est bien un coin paumé de chez paumé, beaucoup plus proche de Taiwan que du reste du Japon. La preuve via google map, l’île étant le petit point rouge :

Hateruma-jima

Ce détail mis à part, on croit totalement à cette île et à cette vie exotique, grâce aux nombreux détails sur les coutumes, la vie quotidienne ou le langage.  Dans ce mix entre fictif et réel, on embarque pour ce “beau milieu de nulle part” fait de raies manta et de poissons multicolores, on découvre une population hétéroclite mais soudée par leur attachement viscéral à leurs traditions et croyances religieuses. Cela dit Le nouveau Tom Sawyer est aussi une aventure humaine, avec les péripéties du jeune Chiharu, un orphelin qui rencontre de nouvelles têtes qui sortent de l’ordinaire : Rindo le jeune homme aussi sympathique que sauvageon, Nami la prêtresse caractérielle délaissée par son père ou encore Suzu, l’enseignante de l’île qui est aussi une geek du folklore local. Entre abattage de chèvre, typhons, population méfiante et fêtes traditionnelles, le lecteur observe Chiharu tisser des liens tout en apprenant avec lui une nouvelle façon de vivre, des plus dépaysantes. Une histoire prévue en 3 tomes qui pousse au voyage et qui donne des envies d’ailleurs !

Tom Sawyer

Plus d’infos… euh ben non en fait, en attendant le site web des éditions Komikku 😉

Number 5 : Daisy, celui qui choque…

On termine cette sélection avec un titre dans un autre genre, Daisy, Lycéennes à Fukushima de Reiko Momochi et publié par Akata. Voici l’un des premiers récits post-Fukushima qui traite de la vie sur place, dans l’année qui a suivi la catastrophe. Sous ses faux airs de shôjo lycéen, avec un dessin tout à fait dans les classiques du genre, Daisy s’avère beaucoup plus profond en s’inspirant de faits réels, vécus par la mangaka ou son entourage. Tout commence un mois après la catastrophe – dans la ville de Fukushima, donc – et l’on suit l’existence chamboulée de quatre lycéennes, dont la jeune Fumi qui se décide finalement à retourner en cours. Très rapidement on découvre une population locale laissée totalement dans l’ignorance et dans la crainte : sont-ils réellement en sécurité, pourquoi ce que dit Tepco et le gouvernement japonais est sans arrêt contesté par les observateurs internationaux, comment la radioactivité se propage-t-elle, est-elle dans l’air, dans les averses, dans le sol ? Face à cet ennemi invisible toutes les rumeurs mettent le doute dans la tête des citoyens de Fukushima, qui comprennent bien que le silence et les slogans du type “tout va bien, on gère” sont bien trop éloignés de leur réalité pour être crédible. Mais les doutes amènent la tension et la ville se déchire petit à petit, entre ceux qui partent et ceux qui restent…

 daisy-manga-volume-1-simple daisy-02

Le Japon, pays de contraste” est un slogan qui fait rêver sur une brochure touristique mais Daisy rappelle que c’est aussi un pays de contradictions et de mensonges, par omission le plus souvent, dans une culture du non-dit. Cela dit, entendons-nous bien, ce phénomène de la peur de l’inconnu n’est pas spécifique à l’archipel nippon et il est bon de ne pas vouloir faire la morale à un pays de manière univoque, surtout lorsqu’on touche à la santé publique… Souvenez-vous des conneries qui ont circulé en France à l’époque de l’épidémie du Sida. Néanmoins, le silence et la peur sont bien deux fléaux au cœur de cette catastrophe : en fuyant la ville ou simplement en communiquant avec le reste du Japon, les habitants de Fukushima comprennent rapidement qu’ils sont marqués au fer rouge par toutes les rumeurs sur la radioactivité et qu’ils sont les victimes d’un ostracisme qui enfonce encore plus les habitants dans le désespoir.

Dans Daisy, une jeune fille est plaquée par son petit copain de Tokyo parce qu’elle risquerait de le contaminer (alors que le père du garçon prône sur les médias l’absence de danger), des agriculteurs sont au bord de la ruine car plus personne n’achète leurs produits mais on leur dit que tout va bien, des gens touchent des subventions pour l’aide aux réfugiés mais ils sont montrés du doigt parce que se faire aider au Japon est synonyme d’échec. Et il y a toujours ce doute oppressant et insupportable, de se faire contaminer ou de l’être déjà, avec la mort qui leur tombera dessus sans prévenir, dans quelques mois ou dans quelques années. C’est un peu comme si vous jouiez à la roulette russe, mais que l’éventuelle balle ne sortira du pistolet pour vous exploser la tête que dans 3 ou 4 ans…

Daisy Daisy Daisy

Pourtant, et ce premier volume le montre bien, il y aussi le désir d’aller de l’avant avec une réelle entraide pour nettoyer ce qui a été souillé, pour redonner de l’espoir. Mais on sait que la radioactivité ne s’enlève pas d’un coup de chiffon et que cette pollution est en place pour des décennies, au minimum. Plus de trois ans après rien n’est fini, certains problèmes ne font même que commencer  comme le détaille la journaliste Karyn Poupée en fin d’ouvrage, après s’être rendue sur place. Elle évoque le quotidien de cette région et raconte l’attachement des habitants à leur région, à leur maison et à leurs terres. Comme dans ce manga, Fukushima a généré de nombreuses équations insolubles, que des locaux essaient quand même de résoudre en remontant leurs manches, avec une opiniâtreté aveugle et parfois suicidaire, pendant que les autorités et sociétés responsables détournent le regard pour s’intéresser à leurs feuilles de calcul, pour trouver les moyens les moins coûteux de gérer l’immédiat… Quitte a déléguer à la mafia d’ailleurs, qui joue un rôle très ambigu dans cet épisode. “Daijobu, daijobu“… Daijobu mon cul oui !

Bref, Daisy est une histoire dramatique mais réaliste, choquante mais édifiante, douloureuse mais éminemment nécessaire. Pour mieux comprendre et, surtout, ne pas oublier…

Plus d’infos – le site de l’éditeur ici et la preview, ! – Visuels © 2012 Reiko Momochi / KODANSHA

Et voici la fin de cette sélection et de ces 5 propositions pour essayer de nouvelles lectures, en espérant que ça vous plaise. Comme il n’y a pas que les nouveautés dans la vie, la prochaine sélection se penchera sur des titres toujours en cours mais arrivés à maturité, une spéciale “10 volumes et +, si affinités”… En attendant, bon été et excellentes lectures !

anime manga aggregator sama Sama It!


Un commentaire pour “Sélection manga : 5 tomes 1 qu’ils sont très bien pour bouquiner en maillot d’bain !”

  1. Manga : une rétrospective digestive au coin du feu... - Paoru.fr a dit :

    […] Uwagaki : l’amour est une drôle expérience… […]

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Plumes, le collectif j-blogueur
Le blog de gally

Agr�gator SAMA Jpop DB

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.