Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

SKET DANCE : le retour de l’improbable comédie ?

Sket Dance

Aujourd’hui, parlons d’un des lancements phare de l’année pour l’éditeur Kazé Manga : SKET DANCE, de Kenta Shinohara.

Ce titre repose sur un humour loufoque bourré de référence au monde du manga et de la japanime – un humour d’otak comme on dit – et il était attendu de pied ferme depuis plusieurs années dans notre pays puisqu’il a débuté sa publication en juillet 2007 au Japon. Je vous en parlais même lors de la création du blog, car ce dernier a eu les honneurs du prix shônen des Shôgakukan Manga Awards en 2010.

Depuis il continue sa route dans les pages du célèbre Weekly Shônen Jump de la Shueisha et compte déjà 30 volumes sur le sol nippon.

 L’adaptation anime version longue – 77 épisodes de 2011 à 2012 – a sans doute été le déclic pour que cette comédie lycéenne dépasse ses propres frontières pour venir. Après Kuroko’s Basket en janvier 2012, un titre qui prend progressivement son envol dans l’hexagone, qu’en est-il de ce fer de lance 2013 ?

Quelques éléments de réponses ci-dessous !

Mais qu’est-ce c’est que c’SKET histoire ?

SKET-DANCELe club des protecteurs de la vie scolaire, plus connu sous le nom du SKET (Support Kindness Encouragment Troubleshoot), est le trio sur lequel on peut compter en cas de coup dur au lycée Kaimei. Dans ce club vous vous trouverez face au président Bossun, une jeune homme qui a l’air tout ce qu’il y a de plus ordinaire mais qui sera toujours prêt à vous aider et à endosser ses lunettes spéciales, qui lui permettent alors de développer une concentration extraordinaire, qui lui permet aussi bien de résoudre un crime dans l’impasse que de toucher un ennemi à 100 mètres au lance-pierre.

Au coté du leader, vous pourrez aussi avoir besoin des services de Himeko, la demoiselle au caractère bien trempé, dotée de force de taureau et qui n’hésitera à se ruer tête baisser dans le danger, sa batte de baseball à la main. Surnommé la princesse démon en l’honneur de son passé de célèbre délinquante, elle est la force de destruction massive et dissuasive du SKET, accompagné par le spécialiste des renseignements généraux et grand otaku devant l’éternel : Switch. Ne parlant, par choix, qu’au travers d’un synthétiseur vocal, c’est l’intellectuel à lunettes de la bande, toujours capable d’avoir un coup d’avance sur ses adversaires ou ses compagnons. Des sciences les plus pointues à la rhétorique la plus affinée sur l’impact du moe dans l’animation moderne, personne n’en sait plus que Switch !

Qu’il faille venir en aide à un club, écouter les petits soucis de leur camarades, mener à bien une romance, délivrer une princesse dans une forteresse moyenâgeuse ou encore nettoyer l’arrière cour, rien n’est impossible pour le SKET. Surtout lorsqu’il est possible de malmener le bureau exécutif du conseil des élèves dont le vice-président obtus, Sasuke Tsubaki, est l’ennemi juré de Bossun !

Les péripéties du SKET, de ses membres et de ses clients plus étranges les uns que les autres  ne sont pas prêtes de s’achever !

sket-dance-manga-volume-2-simple sketdance3

SKET DANCE : un lycée fou, fou, fou ?

Vous souvenez-vous de Kimengumi High School, ce manga et surtout cet anime plus connu chez nous du nom du Collège fou fou fou ? Cette série racontait les aventures improbables de 5 lycéens loosers qui enchainaient défis sportifs et techniques débiles, en défiant les lois de la physique et de l’espace-temps, avec des caractères excentriques et un humour bien souvent intraduisible ?

Sket Dance X Gintama20 ans plus tard, SKET DANCE semble avoir hérité d’une partie de cette loufoquerie, de cet humour hyper référencé qui démonte méthodiquement les clichés des mangas, pour mieux les parodier. Romane, la folle de shôjo, est capable d’apposer un filtre sur ce qu’elle voit et d’en faire de même pour le lecteur : l’histoire se transforme instantanément en roman à l’eau de rose du siècle dernier. Que dire également du samurai, bête à manger du foin et abusivement dévoué à son bushido, mais qui doit absorber des pastilles à la menthe pour être à 100 % de ses capacités ?

Il faut dire que l’auteur, Kenta Shinohara, a été l’assistant de Hideaki Sorachi, l’auteur de Gintama, ce qui a visiblement laissé des traces dans ses choix de thématiques. On retrouve même quelques cross-over entre ces deux séries, comme vous pouvez le voir ci-contre.

Les personnages principaux sont d’une flagrante simplicité sur le plan graphique, mais cela permet une identification claire et immédiate par le lecteur, qui sait alors qu’il avance en territoire famillier. Simple mais efficace donc. Heureusement au fur et à mesure des volumes – 4 en France pour le moment – ces héros s’étoffent.

Switch, par exemple, dépasse le simple geek – otaku de base. Certes, il est extraordinairement calé sur une foule de sujet, des sciences ou animes, il est socialement handicapé et ne parle qu’à travers un ordinateur… Mais il fait preuve d’une grande intelligence et d’une bonne dose d’humour qui viennent enrichir son personnage. Kenta Shinohara explique lui-même que ce coté otaku est surtout un ressort comique, car il considère ces derniers comme des personnes étranges mais amusants. Avec tout sa culture pointue dans le domaine on aurait pu penser que le mangaka faisait partie de cette bande mais nullement, il revisite simplement et selon les envies tous les clichés du shônen manga.

Un mangaka qui joue l’invité surprise…

Shinohara_kentaHabituellement, à l’intérieur des volumes reliés, les témoignages d’un mangaka se limitent à un petit commentaire introductif sur son quotidien, voir quelques détails bonus en fin d’ouvrage. SKET DANCE va beaucoup plus loin et innove. En effet, à chaque fin de chapitre, Kenta Shinohara (ci-contre) revient sur la vingtaine de pages que nous venons de livre : comment il l’a écrit, quelle a été sa source d’inspiration, comment l’écriture du chapitre s’est déroulée ou enfin quels messages il a voulu faire passer. Les petites annotations d’auteur existent déjà, dans les shôjos notamment, mais ils prennent un caractère systématique dans SKET DANCE.

Ces petits textes de quelques lignes ne tombent jamais dans une description rasoir de son métier mais témoignent d’une véritable envie de partage de l’auteur, dans une sorte de débriefing du travail accompli. Ils nous permettent de découvrir que ce dernier, plutôt nonchalant, écrit SKET DANCE au gré de ses envies, sans vraiment se prendre la tête. Un travail de mangaka réalisé dans une surprenante liberté de la part de son éditeur, surtout pour un titre qui figure dans le Weekly Shônen Jump, la grande star des magazines de prépublications nippon.

Avec une dizaine de chapitre par tomes, c’est une sorte d’interview désinvolte qui est offerte et qui renforce son intérêt pour le titre, en établissant un lien assez inédit entre le lecteur et l’auteur.

Si les couvertures et le pitch de départ donnent donc l’impression de n’être qu’un nekkutsu de plus, SKET DANCE révèle donc une efficacité inattendu : très drôle, récréatif et sans prise de tête, innovant dans la place qu’il laisse à son mangaka et doté d’un mélange bien dosé entre le old school et le contemporain. Un titre à essayer donc, pour tous les amateurs et connaisseurs de manga, d’autant que les deux premiers volumes qui bénéficiaient d’un prix de lancement de 3.90, se retrouvent d’occasion sur le net pour une bouchée de pain.

Fiche descriptive

Sket_Dance_vol_1Titre : SKET DANCE
Auteur : Kenta Shinohara
Date de parution du dernier tome : 22 mai 2013
Éditeurs fr/jp : Kazé Manga / Shueisha
Nombre de pages : 192
Prix de vente : 6.99€
Nombre de volumes : 4/30 (en cours)

SKET DANCE © 2007 by Kenta Shinohara / SHUEISHA Inc.

Pour vous faire un avis, le trailer est ici et la preview est disponible ici.

anime manga aggregator sama Sama It!


4 Commentaires pour “SKET DANCE : le retour de l’improbable comédie ?”

  1. Iekuro a dit :

    J’aime beaucoup Sket Dance. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé l’animé, et lors de la sortie en France du manga, je me suis dépêché de l’acheter. Je possède actuellement les trois premiers tomes sortis et je pense que je continuerai de les acheter ! 🙂 Longue vie au Sket-Dan !

  2. Abbé a dit :

    Salut,
    Belle chronique, content de voir que je ne suis pas le seul à trouver ce manga drôle car certaines chroniques sur des sites “références” ont réussi à ne pas le trouver drôle, parlant même d’ennui…Aberration totale. Chacun a son style d’humour fétiche mais l’objectivité manque aussi cruellement à certains hélas…

  3. ramza a dit :

    Merci Abbé !

    Du coup je suis allé voir ton blog et la chronique du dernier Fujisawa : je suis comme toi, un peu mitigé.

    Pour en revenir à Sket Dance, l’humour est un humour de référence donc sans ces dernières je peux comprendre que les plus jeunes s’ennuient. Mais quand on n’est pas le public cible, il faut savoir faire abstraction et lire au moins deux volumes avant d’émettre un jugement. C’est pour çà que j’ai attendu 4 volumes avant de rendre mon avis. Je ne crie pas au miracle sur Sket Dance, et au vu du four que fait Gintama – sur lequel j’ai plus de mal personnellement – je pense que Sket Dance ne fera pas non plus d’étincelles. Mais ça ne m’empêche pas de lui trouver un coté amusant et old school et d’apprécier le coté didactique de son traitement.

  4. ramza a dit :

    Yeah, longue vie 🙂

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Journal du Japon
Le blog de gally

Paperblog http://www.wikio.fr

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.