Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Fantasia : que vaut le coup de crayon d’Hiro Mashima ?

  • Sumo

Fantasia

Après des années 2011 et 2012 riches en art/guide/character – books chez Glénat, d’autres éditeurs ont embrayé le pas et se lancent cette année dans les artbooks. Aujourd’hui nous allons nous intéresser à Fantasia, le recueil d’illustrations d’Hiro Mashima sur sa série Fairy Tail. Il est en effet disponible en France depuis le 03 avril, aux éditions Pika.

La chronique d’un artbook est un exercice intéressant car il constitue un objet d’étude unique sur les talents d’illustrateur d’un mangaka. Exit l’histoire, les dialogues ou la narration, bonjour le chara design, la composition, la colorisation et les techniques de dessin. Le tout agrémenté de quelques bonus comme une interview de l’auteur qui nous en révèle plus sur lui-même et/ou sa façon de travailler.

De plus, à l’opposé des précédentes critiques des artbooks de One Piece, D.Gray-man et autres, je m’aventure aujourd’hui sur une terre inconnue car je ne suis pas un lecteur de Fairy Tail. Est-ce que cet artbook me donnera envie de m’y mettre ? Voyons cela sans plus attendre !

Hiro Mashima : 2006-2012, sa vie son œuvre

hiro_mashimaFantasia cumule en effet 7 années de travail du mangaka sur son titre phare, regroupant à la fois des couvertures de tomes et celles du Weekly Shonen Magazine où il est prépublié, des revers de jaquette, des couvertures de CD d’OST, des visuels pour le jeu PSP et enfin des réalisations consacrées au long-métrage de la saga sorti en 2012 : La prêtresse du Phoenix.

Ce volume regroupe une bonne centaine de dessins de Fairy Tail et plusieurs bonus en fin d’ouvrage qui offrent des informations assez prenantes sur la façon de travailler de Mashima mais également sur la manière dont il perçoit ses propres travaux. Dans une interview bien menée, on y découvre un autodidacte souvent mécontent de lui : il explique par exemple que son dessin préféré est souvent celui qu’il vient d’achever, car les précédents sont remplis de choses à améliorer.

En fin d’ouvrage l’annuaire des illustrations de l’artbook foisonne de  commentaires sur chacune de ses réalisations et, là encore, c’est souvent l’insatisfaction qui domine. « J’ai encore besoin d’entrainement » est assurément la phrase fétiche de l’auteur !

Ses témoignages révèlent également beaucoup d’autres informations que je ne vous spoilerai pas et ils s’accompagnent de deux autres suppléments : les croquis préparatoires des illustrations – un classique dans un artbook – mais surtout un tutoriel Photoshop où Mashima revient sur la création et la colorisation de la cover de Fantasia, étape par étape.

Vous pouvez faire fi de cette mine d’informations et vous contenter de consommer cet artbook pour le plaisir des yeux… Mais je ne peux que vous conseiller de commencer par ces bonus pour, ensuite, apprécier plus finement les différentes dessins de cet ouvrage et comprendre l’évolution et les caractéristiques du « style Mashima ».

Ce style justement, regardons-le de plus près…

Fairy Tail

Forces et faiblesses

Comme je vous le disais plus haut je ne lis pas Fairy Tail. Enfin disons que j’ai lu le tome 1 et que la lecture de la suite est pour l’instant en pause à durée indéterminée. Mon œil n’est donc pas celui du fan, à qui on destine généralement les artbooks. Néanmoins cela ne m’a pas empêché d’apprécier une partie des illustrations du livre, tout en évitant un « OH MON DIEU C’EST MON PERSONNAGE PREFERE JE L’ADORE IL EST TROP BOOOOO ! ». Bref, de regarder tout ça avec retenue.

Ce que j’en retiens en premier lieu est une progression palpable de l’artiste à partir de 2010-2011, lorsqu’il arrête d’utiliser le logiciel Painter pour se mettre à Photoshop CS 4 et qu’il le maîtrise petit à petit. Difficile de dire si cela vient de ce nouvel outil ou de l’artiste lui même mais on constate un soin de plus en plus payant sur la gestion des ombres et de la lumière, surtout sur la peau et les cheveux de ses personnages, qu’il évoque comme des points clés de ses illustrations.

Natsu - Fairy Tail

C’est sans aucun doute sur Natsu que le résultat est le plus convaincant, de loin. Certes l’héroïne, Lucy, possède quelques réalisations sympathiques, mais c’est sur la salamandre aux cheveux roses que Mashima se montre le plus créatif. Il dégote les meilleures poses pour son héros et l’intègre dans des compositions bien calibrés, où les flammes apportent un plus indéniable. On le retrouve également en pleine action, dans des positions dynamiques, le corps recouvert de multiples écorchures qui lui confèrent virilité et charisme.

C’est aussi sur Natsu qu’on se rend le mieux compte des caractéristiques du mangaka avec un rendu des ombres proche du coup de crayon, ou du coup de feutre pour être plus précis. C’est d’ailleurs une des rares choses que Mashima évoque avec fierté : réaliser un rendu « à la main » alors qu’il travaille sur ordinateur, au point de tromper même ses propres éditeurs.

Natsu - Fairy Tail

Mais pour en revenir aux compositions et aux autres personnages, on a tendance à s’ennuyer un peu. Les décors sont simples voir absents et les héros ne font pas grand-chose d’autre que de s’aligner face caméra dans des poses statiques qui manquent un peu d’originalité.

Hiro Mashima, même s’il a un style qui lui est propre et un niveau technique en progression constante, manque encore de ce petit plus qui fait les grands. Si on le compare à un Eiichiro Oda et Akira Toriyama, dont l’influence ressort parfois dans son dessin, un peu d’audace lui fait défaut, pour représenter ses protagonistes de manière un peu plus vivante, plus fun pour le lecteur.

Fairy Tail

Enfin je ne peux ne pas vous parler du style de Mashima sans évoquer rapidement son chara design de la gente féminine : qu’est-ce que c’est que cette opulence mammaire chronique monsieur Mashima ? Le public cible de Fairy Tail est celui du shônen mais passer votre temps à dessiner ses héroïnes en bikini voir minikini… C’est n’avoir pas grand-chose à dire sur les femmes !

Fairy Tail

Le mangaka dépasse même, parfois, les limites de son public cible comme c’est le cas sur le dessin d’Erza en page 82, clairement érotique.

Erza

Ce n’est pas dérangeant en soi – pas plus que les multiples pubs télés « bonjour j’ai chaud dans mon corps, achète mon far à paupières ! » – mais lorsque fille = sexe pour plus 2/3 des illustrations et que les personnages féminins n’ont pas vraiment d’originalité dans leur chara-design, on finit par passer son chemin. Dans le domaine, donnons tout de même la mention honorable à la jeune Lucy –cette Bulma nouvelle génération – qui a le droit à quelques compositions, seule ou avec Natsu, au dessus de la moyenne.

Natsu et Yuna

À travers ce premier artbook de Hiro Mashima, on peut donc observer l’évolution de ce mangaka talentueux mais encore jeune (il a mon âge donc OUI, il est encore jeune !). Il continue de progresser et son style se forge de plus en plus nettement , pouvant se targuer d’un vrai talent pour la colorisation par ordinateur et des jeux d’ombres et de lumière. Fort de ses nombreux commentaires, de son interview et d’un tutoriel original, ce recueil constitue un excellent outil pour comprendre et décortiquer le graphisme du second manga le plus vendu en France en 2012.

Fairy Tail

D’ailleurs les fans sont d’ores et déjà conquis, comme le prouve les ventes de la première semaine qui place Fantasia en 7e position (sondage Livre Hebdo / Ipsos). Cela n’empêche pas qu’il constitue une porte d’entrée intéressante pour les néophytes désireux d’appréhender l’univers Fairy Tail, pour un prix raisonnable de 14.95 euros. Donc pourquoi pas, au final ?

Natsu

Visuels © Hiro Mashima / Kodansha Ltd.

anime manga aggregator sama Sama It!


6 Commentaires pour “Fantasia : que vaut le coup de crayon d’Hiro Mashima ?”

  1. NiKi a dit :

    mashima est publié dans le shonen magazine, pas jump

  2. Fantasia : que vaut le coup de crayon d’H... a dit :

    […] "Après des années 2011 et 2012 riches en art/guide/character – books chez Glénat, d’autres éditeurs ont embrayé le pas et se lancent cette année dans les artbooks. Aujourd’hui nous allons nous intéresser à Fantasia, le recueil d’illustrations d’Hiro Mashima sur sa série Fairy Tail. Il est en effet disponible en France depuis le 03 avril, aux éditions Pika."  […]

  3. soundslikebliss a dit :

    Je n’ai jamais vu ou lu la série, mais je dois avouer que ces illustrations me plaisent bien (et pourtant j’étais pas très fan de son style inspiré de One Piece à la base).

  4. ramza a dit :

    Disons que ça dépend des illustrations mais le travail de colorisation est vraiment pas mal !

  5. ramza a dit :

    Exact, c’est corrigé. Merci 🙂

  6. Fire6wish a dit :

    j’ai acheter aujour d’huit le artbook il est exceptionnelle 😀

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Journal du Japon
Culture Guu

Paperblog http://www.wikio.fr

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.

justo et, at non neque. id, sem, consequat. commodo libero