Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

[JE 13] : Une édition treize chargée !

  • Sumo

Japan Expo 13

Le voici le voilà, le compte-rendu JE, Japan, Japex et autres noms qu’arbore désormais là fameuse Mecque des loisirs nippons : la Japan Expo ! Elle s’est tenue une fois de plus à Paris Nord Villepinte, pour sa treizième édition, la 4ème conjointe avec Comic Con. Comme d’habitude le chocobo à revêtu son costume d’accrédité presse pour recueillir photos et interviews mais aussi rencontrer des camarades à plumes, objectifs ou caméra aux détours des stands, dans les salles climatisées ou en plein cœur du Live House…

C’est parti !

Il y a une vie avant Japan Expo ?

Et oui ! Aussi surprenant que cela puisse paraître, la JE ne commence pas le premier weekend de juillet… Mais bien avant ! Pour tout ceux qui couvre l’évènement en photo, vidéo ou en interview, il faut savoir se lever de bonne heure. Et c’est ce qu’a fait la désormais célèbre RP Team, aka les 4 tortues ninjas des relations presses de chez Goma Communication. Après la période occupée mais plutôt calme des communiqués de presse, la souriante et motivée Emilie et ses acolytes masqué(e)s – salutations à Sarah et Swann – ont relevé le défi masochiste qui consistait cette année à gérer quelques 1 000 accrédités presses (pour le double de demande si je me souviens bien), avec des demandes exigences parfois des plus farfelues / autoritaires / ubuesques / matinales / colériques / hautaines… Non, ne cherchez pas, il n’y a pas de mention inutile à rayer 😉

GOMA-logo copie

Tout ne fut pas rose mais par rapport à une édition 2011 chaotique, le progrès étaient là. Espérons que l’équipe en place soit reconduite afin qu’elle puisse profiter de son expérience pour l’édition 2013. De toutes façons, tant que c’est Japan Expo qui doit être demandeur envers les japonais, ce sont les japonais (et leur staff !) qui feront la pluie et le beau-temps dans les planning et donc, par ricochet, auprès de la gestion de la presse. Espérons que la renommée de l’évènement équilibre la donne avec les années, surtout maintenant que les japonais commencent à comprendre l’intérêt de l’exportation… (Encore que).

En résumé, cette année, plusieurs artistes ont choisi de se consacrer à leur public plutôt qu’à leur notoriété médiatique, donc même si un Man With A Mission présent uniquement le jeudi c’est trop peu et même si une Pamyu Pamyu qui ne donne que 2h d’interview sur 4 jours c’est à se tirer les cheveux, il y avait toujours de quoi voir, écouter, rencontrer, lire et observer sur ce Japan Expo ! Puisque l’on parle d’invités on peut féliciter la responsable de ce secteur, Sahé Cibot, pour un contenu 2012 réussi malgré les embuches. De Mikimoto à Urasawa en passant par Flow, Inafune, Pamyu Pamyu, Kohei Tanaka et MWAM, il y en avait pour tous les goûts !

Cartes de presse et accréditations, le duo essentiel !

Et comme Japan Expo ce n’est pas que Japan Expo mais aussi une cohorte d’invités éditeurs, je remercie également Victoire (Ki-oon), Sébastien (Tsume), Dimitri (Tsubasa), Pierre Alain (nobi nobi!), Cédric & Jérôme (Tonkam), Marie (Ankama), Aurélie & Jérome (Kazé & Kazé Manga) et Maud (Delcourt) pour leur travail en amont.

Voilà pour ce passage “vismaviedaccreditépresse“, passons désormais au compte-rendu de ces 4 jours !

Jeudi

MWAM en concertIl est midi et je viens enfin de réussir à m’éclipser des commissions du BAC (et oui, je le répète je suis prof) et je m’envole pour Paris, espérant arriver à temps pour un des concerts phares de JE : celui de Man With A Mission. Un retard salvateur de ce dernier m’a permis d’arriver à temps pour en prendre plein les oreilles, le groupe n’ayant pas usurpé sa réputation de performers tonitruants ! Notre reporter du jeudi, ma très chère Natacha vous a déjà fait profiter de ses talents de photographe sur la page Facebook du blog et vous découvrirez en fin de semaine un live report de cette performance qui se place dans le “top 3 Live House” de cette édition. Ce n’est pas notre cher Shito du blogjpop, visiblement conquis, qui nous dira le contraire 😉

Après avoir croisé mes premiers collègues qui m’expliquent avec le sourire qu’on leur a interdit de prendre en photos les Momoiro Clover pour être sur que leur “pantsu” ne soient pas divulgués sur le web – la fosse photo et les joies du cadrage en contre-plongée – j’ai pu me diriger vers le stand Tsume. Un voyage qui me permet de constater que pour un jeudi, Japan Expo était déjà bien rempli ! La politique de différentiation des prix sur les jours semble avoir porté ses fruits puisque que cette journée autrefois remarquée pour sa forte concentration en professionnels est, depuis 2 ans, un moment de très forte affluence. À un tel point qu’on se demandait si Villepinte ne finirait pas par refuser du monde pour raison de sécurité. Je remarque que le public est également plus jeune que d’habitude.

Bref, me voilà donc arrivé chez Tsume, le fabricant de figurines, à qui je dédie le reste de ma demi-journée. J’ai alors l’honneur de revoir Aleksi Briclot le temps d’une interview, à l’occasion de son travail commun avec Cyril Marchiol (fondateur et patron de Tsume) sur une figurine de malade dont nous reparlerons bientôt. Une après-midi où j’ai d’ailleurs pu contempler le travail de cet éditeur européen de résine et de pvc haut de gamme, en bavant devant leur vitrine. L’interview avec Cyril était donc quelque chose de logique, et je fus ravi de voir la passion difficilement contenue de cet entrepreneur made in France. Deux entretiens qui arriveront prochainement et qui devrait vous plaire, à n’en pas douter :). Merci à Seb pour les avoir rendu possible. Et qui dit figurine dit Shadonia, qui m’avait fait l’amitié de m’amener mon exemplaire du Shadonia Mag, ma bible de la figurine !

Vendredi

Bouteille d'eau TonkamUne journée bien chargée que ce second jour de Japan Expo. Tout commence en tout cas dans le calme et dans les retrouvailles avec plusieurs membres du projet Plumes : Alex de Mata, Céline de Jdj, Muriel de myunoyume, Tatiana de Doko et mes acolytes de toujours, Faye et Gally ! La matinée fut l’occasion d’une ballade dans un salon bien rempli mais où la circulation a été facilitée grâce à de plus larges allées : on respire mieux cette année à JE ! La ballade chez les éditeurs nous a permis de contempler les milles et uns goodies annoncés en amont du festival par ces derniers, les bouteilles d’eau étant LA bonne idée de l’année de Tonkam et Sakka, elle nous a même sauvé le gosier à plusieurs reprises durant les pénuries répétées de boissons en salle de presse. Cela dit les pluies fréquentes ont permis à la température de la journée et du weekend d’être on ne peut plus supportable. Pour en revenir aux goodies citons également : les célèbres sacs Ki-oon, concurrencés par d’autres sacs Berserk chez Dybex ou One Piece chez Glénat, les pins Ototo, nobi Nobi!, les masques Beelzebub qui tenaient la dragée haute à ceux de Naruto, etc.

Autre tendance, le body-painting : vous pouviez arborer les tatouages de Bleach chez Glénat, pendant que le chocobo parlait boutique avec une attachée de presse toujours aussi disponible, ou vous transformer en zombie décharné façon Resident Evil chez Kurokawa. Enfin, tout simplement, on pouvait aussi prendre le temps de discuter avec toute la fine équipe des traducteurs de Doki-Doki, pour du blablatage détendu, instructif et donc forcément sympathique. On en reparlera d’ailleurs, de ces traducteurs. Bref, le chemin continue à travers des allées bien remplies, le temps de dire bonjour à l’équipe de Pop Culte et leur boss Eric en costume de Sailor Metal (oui dans le métier, plus on est ancien et plus on se prend au sérieux c’est bien connu) mais aussi de nourrir une dénommée V. de Montalivet de petites choses sucrées achetées à son attention… Et nous voilà arrivé à l’heure de la cloche. Il est midi !

La fameuse pause déjeuner du JE, qui reste toujours aussi couteuse même en se baladant du coté Japon, presque abordable. Une prévision de sandwich demeure le meilleur plan pour éviter la ruine et la longue file d’attente. Un repas suivi par la visite de quelques expos et stands qui ont attiré mon attention : l’exposition consacrée à Urasawa valait le détour tout comme le stand Ghibli (où un sosie (?) de Miyazaki a été aperçu, faisant courir moult rumeurs). Citons également le stand Kazé Manga avec le trône de Beelzebub, le punching-ball de Toriko ou encore le panier de basket de Kuroko. Le stand Ki-oon, immanquable comme chaque année, est consacré cette fois-ci à Arms Peddler, A magical Index et plus globalement à Tetsuya Tsutsui ! N’oublions pas pour finir l’exposition One Piece – Uniqlo remplie de pièces de collections aussi originales qu’alléchantes !

Exposition Ki-oon

AH. J’allais oublier. Je me suis fait (encore) avoir par une charmante mais non moins malicieuse attachée de presse, de Sakka cette fois-ci (oui Valentine, i’m talking about you !), le temps d’une photo commune avec votre serviteur en costume d’empereur pendant qu’elle arborait un yukata afin que nous puissions incarner un bref instant les héros de Thermae Romae ! Je note au passage que Léang, l’excellent photographe de Total Manga aka la bonne humeur personnifiée, s’est lâchement soustrait à l’exercice ! Bouh ! Faux-frère ! Mackie, la prochaine fois on le fera ensemble.

Ce vendredi fut également l’occasion de multiples rencontres avec des artistes : quelques questions furent posées à une Moto Hagio débordée mais souriante, un entretien avec Toshio Maeda fut l’occasion de parler hentai avec le maître du genre et une double rencontre sous le signe du charme et du talent a conduit le chocobo à discuter avec les deux auteures de La princesse au bol enchantée : Ein Lee et Samantha Bailly deux charmantes demoiselles dont nous reparlerons prochainement sur ce blog ! Et comme jamais deux sans trois, le charme était aussi du coté de Gally, qui interviewait pendant ce temps Chiyako pour Les couleurs de Bilo, chez le même éditeur, aka nobi nobi !, avec qui c’est toujours un plaisir de travailler !

nobi nobi !

Charme toujours et charme enfin puisque vendredi nous rencontrons un tandem d’une grande gentillesse : Tsubasa et son binome – manager Robert Regonati avec qui nous avons pu bavarder dans la langue de Shakespeare de la carrière de la musicienne, de sa façon d’écrire, de leur duo… De tout et de rien avec une simplicité rafraichissante. Une entrevue à l’image de son album, plein de douceur et de poésie, qui m’a fait regretter d’avoir raté le concert qui s’est tenu la veille, hors JE. Merci à Dimitri qui a permis cette rencontre, ce fut une excellente surprise !

Vendredi soir, enfin,  nous attendait l’un des évènements majeurs de la convention : le concert de FLOW. Compliqué ce concert. Enfin le concert pas forcément mais sa préparation certainement. Alors que le remplissage de la salle s’annonçait compromis un mois avant le festival, la faute à un prix pas du tout en adéquation avec le public visé, une campagne de promotion vitaminée et des places données via un nombre impressionnant de concours ont permis d’amener le public à une taille honorable. Heureusement tous ceux qui furent présents n’ont pas été déçus car c’est avec une énergie peu commune que le groupe a effectué près de deux heures de concert en reprenant leurs plus grands tubes – que le public et les fans connaissaient par cœur – et en nous proposant deux covers songs qui ont ravi jusqu’à la fosse presse (et pourtant nous ne sommes pas faciles à apprivoiser croyez-moi ^^).

Encore une agréable surprise donc, qui vaudra là aussi un live report avec des dizaines et dizaines de photos (on a eu le privilège de pouvoir shooter tout du long, merci au staff !). Tiens d’ailleurs, le mec talentueux aux multiples objectifs qui shoote Take dans la photo ci-dessous, c’est Julien, un mec sympa qui adore les trépieds vidéos qui squattent bêtement les fosses. Demandez lui, il pourra vous en parler des heures !!!

Concert Flow

La fin du concert a été l’occasion de croiser Kaorinchan, avec qui j’aime passer dans les ultra-sons (allez comprendre) et qui a toujours autant la banane ! Une banane qu’avait aussi les membres d’Hemenway, venu faire quelques dédicaces et promouvoir leurs concerts de samedi et dimanche… Good idea guys !

Samedi

Une journée d’interview que ce samedi, des entrevues en tout genre d’ailleurs. Tout commence à 11h où je retrouve mes collègues de Total Manga, pour qui je couvre le salon rappelons-le, ainsi que l’ami Mackie que je découvre enfin ! Après m’avoir confié mon prix pour les Sama Awards et un pins de ce concours que j’ai pu arborer fièrement toute la journée, nous avons tous les deux pris place pour l’interview de Glou, Yasmine et Dayne, fondateurs, scénaristes et personnes à tout faire sur les projets Akiba Manga et Japon 1 an Après. Une interview d’une heure comme je les aime où nous avons pu aborder le domaine épineux / suicidaire de la prépublication de manga puis des collaborations franco-japonaises…

Peu de public mais Kazé TV en a profité pour filmer nos trombines (j’avais même pas de quoi me lustrer les plumes, ils auraient pu nous prévenir !). Je salue et remercie encore les trois intervenants pour leur motivation intacte malgré les difficultés et leur esprit d’entrepreneur dont ce milieu a sans cesse besoin. Ce fut aussi l’occasion de croiser Painfool, le bras droit conférencier du chocobo sur cette édition, qui nous prépare quelques petits compte-rendus très instructif en japanime !

Naoki UrasawaEnsuite est venu un moment très attendu et donc forcément frustrant parce qu’on en espère toujours trop : les rencontres avec Naoki Urasawa. À 13h30 nous prenons place en salle de presse pour une conférence privée avec l’auteur de Monster. Une grosse vingtaine de journalistes étaient présents, prêt à dérouler chacun leur petite question comme il était l’usage les années précédentes. Mais, oh surprise, nous fumes réduits au silence par l’arrivée d’un intervenant qui mena l’interview pour nous, en mélangeant des questions généralistes dont nous avions déjà les réponses et quelques autres plus pointues au résultat plus intéressant. Une conférence mitigé donc, où la presse n’a pas pu échanger avec cet homme souriant et assez bavard… Et accessoirement bourré de talent.

Le staff craignait que tout le monde ne puisse pas lui poser une question vu le temps imparti (vrai) et que la conférence en se transforme en pugilat de gens frustrés (moins vrai mais c’est toujours possible)… Je garde pourtant de bons souvenirs du même exercice avec Tsukasa Hôjo deux ans auparavant, où les échanges avaient été très sympathiques entre la presse et le mangaka. Espérons qu’on revienne à ce mode là l’an prochain.

Cela dit sur le moment, il n’y a avait pas de quoi se plaindre, car deux rencontres nous attendait encore avec monsieur 20th Century Boys. La première était l’après midi-même, pour une conférence de 1h30 qui s’est avéré passionnante, avec un intervenant très pro, une organisation bien pensée, des surprises pour le public, quelques petites touches d’émotion… Encore bravo. Un grand moment que vous racontera Gally dans quelques temps, je ne vous en dit pas davantage. L’occasion également de rencontrer Remi de chez Bodoï, mon héros du jour qui m’a reconnu et a en plus ramassé mon cache d’objectif photo égaré dans la pénombre. La troisième rencontre avec Urasawa était elle prévue pour le dimanche, en table ronde.

La journée s’est achevée avec deux autres interviews. La première fut plutôt un bavardage informel mais instructif avec le talentueux Dara, l’auteur d’Appartement 44 que je suis de loin depuis plusieurs années et que j’ai enfin l’occasion de rencontrer. Un moment très sympathique, auquel j’ai convié Mackie, qui était dans le coin. Merci à Sylvie d’ailleurs, qui a été bien utile dans la préparation des questions ! Dernier rendez-vous de la journée pris pour 18h : table ronde avec Hemenway, en anglais pour notre plus grand plaisir, et avec de nombreux acolytes. Pendant que Gally et Céline shootaient en silence, c’est avec Matthieu d’Ongaku et 4 autres intervenants que nous avons pu converser directement avec le groupe, très sympathique et ravi d’être en France et de jouer avec Urasawa !

Hemenway

La fatigue commençant à se faire sentir nous nous sommes contenté d’un petit verre et d’un bout de saucisson bienvenus (merci Gerald !) avant de repartir directement dans nos nids douillets respectifs, après s’être baladé avec la bande de Plumes dans le Japan Expo post fermeture… Un moment très sympa !

Dimanche

Last but not least, ce dimanche fut un peu ma journée plaisir. Seulement deux interviews, deux concerts et une séance photo nécessitaient ma présence. Après un petit tour très instructif avec Pika et Ototo (qui m’ont permis de vous ramener quelques lots pour vous chers lecteurs, remercions Laure et Ophelia), nous sommes vites arrivés au début d’après-midi. À 13h30 venait enfin la table ronde tant attendue avec Urasawa-sensei, pour laquelle j’ai du abandonner à regret une interview avec Tsutsui. Mais Mackie a pu donner le change avec efficacité.

La table ronde va débuter et nous nous apercevons que nous allons être nombreux… Trop nombreux. Nous nous sommes finalement retrouvés à 7 médias pour seulement 20 minutes. Une aberration inhérente au succès de l’auteur que tous les médias se sont arrachés et dont nous avons récupéré des miettes. Cela dit, que les membres de Total Manga ou Journal du Japon se retrouvent au même rang que le magazine Animeland nous montre bien que nous n’étions pas, pour autant, sur une voie de garage. Seul regret : tous n’ont pas pu poser des questions et ce afin de ne pas mettre en retard l’interview du journal… L’express je crois. Espérons que ce dernier aura envoyé un intervenant de qualité, qui nous valait à priori nous 7 !

À peine une heure plus tard j’ai pu rencontrer un artiste assez original : Virgo Aka Hammer, que j’ai déjà évoqué avec curiosité dans un billet précédent. Ce chanteur de hip-hop / danseur / conteur, ancien comparse et toujours ami de Diggy MO pour ceux qui le connaissent, s’est révélé un interlocuteur très ouvert et avide de l’expérience française qu’on lui a offert. Ce fut une interview très agréable, détendue des deux cotés, un de ces bons moments avec les artistes méconnus qui ne demandent qu’à parler de leur travail avec humilité. Le concert de Virgo fut tout aussi original et plein de couleurs, de sons et d’instruments originaux, très bien mis en valeur par la scène du Live House qui, comme chaque année est de qualité dans sa sonorité et son éclairage.

Le concert de Virgo fut le denier concert de l’édition pour votre serviteur, juste après avoir savouré un moment assez symbolique lors du concert d’Hemenway avec l’arrivée à la guitare acoustique de Naoki Urasawa qui a poussé la chansonnette avec le groupe sur 3 morceaux. Le public était ravi et on se souviendra surtout de l’excellente ambiance de ce moment et du talent du guitariste plus que du concert lui-même.

Naoki Urasawa sur scène

La journée s’est achevée par un changement de casquette : j’ai laissé la place d’intervieweur pour prendre celle du photographe et suivre Mackie et Tetho à la rencontre de monsieur Mikimoto (le chara-designer de Macross, entre autres). C’est fou comme le temps passe plus lentement lorsqu’on est du coté de la photo, et c’est assez appréciable. Même si le sieur Mikimoto, logiquement vanné, avait la mine basse et l’œil tout juste entrouvert, le pauvre, le défi de le prendre plein cadre avec une trombine décente fut un challenge amusant. En extirpant Tetho qui ne voulais plus le quitter, j’ai pu constater que deux autres médias l’attendaient encore alors qu’on approchait sensiblement des 19h. Comme quoi, le dimanche soir de JE, c’est dur pour tout le monde !

Voilàààààà, c’est fini ♫

Plus sérieusement j’espère que ce compte-rendu copieux mais non-exhaustif vous auras permis de vivre un petit bout de cette Japan Expo au bilan positif, avec plus de 200 000 visiteurs et de très nombreuses rencontres. Plusieurs compte-rendus et interviews sont à venir durant l’été et jusqu’à l’automne, au rythme d’un article par semaine, afin de ne pas, non plus, réduire le blog uniquement à ça. Quelques lots seront également à gagner à partir de la semaine prochaine 😉

Allez, maintenant, au boulot !

Japan Expo : compte-rendus et interviews pour tous les goûts !

Compte-rendu global : un chocobo à JE !

L’intégrale de Naoki Urasawa @ Japan Expo

Virgo aka Hammer : u can’t touch this interview !

Man With A Mission : le photo & vidéo report

Conférence Sunrise

FLOW @ Japan Expo 13 : le flow-rilège des rencontres

Tsume & Aleksi Briclot : challenges et figurines !

anime manga aggregator sama Sama It!


13 Commentaires pour “[JE 13] : Une édition treize chargée !”

  1. mackie a dit :

    sympa! et c’est là aussi que je m’aperçois de tout ce que j’ai raté. non, c’est décidé, l’année prochaine je m’organise mieux et surtout je réserve les quatre jours.

  2. Raoul a dit :

    Et Doki Doki, il était comment leur stand ? D’après les réactions sur leur page facebook, il avait l’air sympa. Vous pourriez pas faire un compte rendu des stands ?

  3. Ramza a dit :

    Et là je me dis que je n’ai pas pu faire tout ce que je voulais parce que j’ai fait trop d’interviews et pas assez de salon sur ces 3 jours et demi. Je crois qu’on aura toujours l’impression de manquer de temps sur Japan ^w^

  4. ramza a dit :

    Raoul > Très sympathique, j’ai même eu l’occasion de discuter avec Sylvain Chollet, traducteur et responsable de collection sur place au Japon. Je trouve l’idée assez bonne d’avoir amené leurs traducteurs sur le salon… Tiens je vais même le rajouter dans le CR !

  5. Céline a dit :

    Par contre, je n’étais pas sur l’interview d’Hemenway justement, à moins que c’était une autre Céline ?

  6. ramza a dit :

    J’aurais pourtant juré… Mais avec qui je t’ai confondu O_o. Comme il y avait l’une de tes sbires, j’ai du croire que c’était toi à la photo.

    En tout cas s’il te faut un alibi pour samedi soir 18h, c’est bon ! 😉

  7. celine a dit :

    Je sais même plus où j’étais à ce moment-là… ni qui j’étais d’ailleurs !

  8. FinalFan a dit :

    Une fois encore, j’ai bien fait de m’échouer ici, ce CR se lit d’une traite sans problème malgré son apparente longueur, merci à toi et vivement les articles plus approfondis !

    Fin du jeudi (figurines) :
    pvc gaut de gamme <– haut de gamme
    passion difficilement contenu <– contenue

  9. ramza a dit :

    Mais je vais t’embaucher comme correcteur toi (t’aurais du boulot -_-).

    C’est corrigé, merci ! Et ravi que ça t’ai plu 🙂

  10. raito a dit :

    moi on ma prévenu trop tard pour les photos j’en avais déjà une 50enes, et même si j’ai du “pantsu” elles portaient en fait une sorte de short bouffant en dessous, bref une interdiction de photo pour pas grand chose, toute façon la presse sait ce qui est dans sont intérêt de poster, a croire qu’ils nous prennent pour des incapable ( et puis le public prenait quand même des photos donc bon ….), mais bon toute façon cette année, les momoiro clover c’était encore plus interdit de tout que si lady gaga était venue.

  11. ramza a dit :

    Vouloir contrôler sans discernement de toute façon c’est inefficace (le public et les photos FB par exemple) et contre-productif. Moi je ne parlerais pas de Momoiro Clover parce que ça ne m’intéresse pas et on peu faire pareil ou transgresser intelligemment les interdits (un compte flickr anonyme ça existe).

  12. merry a dit :

    Ce fut une Japan Expo bien remplie en effet. J’ai toujours peur de tourner en rond au bout d’un moment mais au final je trouve toujours quelque chose à faire. Je suis impatiente de lire vos compte-rendus ^^

  13. ramza a dit :

    Merci merry, je m’y attelle justement, en commençant par Naoki Urasawa pendant que mes collègues de Paoru ont bossé sur le concert de MWAM et des conférences Japanime… Les photos arrivent également dès demain dans un post spécial 🙂

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Plumes, le collectif j-blogueur
Culture Guu

Paperblog http://www.wikio.fr

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.

quis ultricies ipsum leo elit. neque. risus id, Nullam vulputate,