Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Suicide island & Btooom! : l’île paradisiaque a du plomb dans l’aile…

  • Sumo

Suicide Island - BTOOOM!

Pour la première critique de cette année, je vous propose une preview comparative. Après la chronique des shônens à rallonge il y a plusieurs mois, occupons nous aujourd’hui d’un thème qui devient récurent dans le manga : l’île isolée du reste du monde, où se déroule les pires horreurs. Depuis la série TV Lost et le film puis le manga Battle Royale, les histoires insulaires se multiplient dans l’univers de la BD nippone… Higanjima chez Soleil dans une version vampirique et sanglante, l’île d’Hozuki l’an dernier chez Ki-oon, entre thriller et survival pour jeunes orphelins, etc. Une chose est sure : sur ces îles, il n’y fait pas bon vivre !

Les deux dernières tentatives du genre sont toutes récentes dans l’hexagone : Suicide Isand de Koji Mori chez Kazé Manga, qui a débuté en décembre, et Btooom! de Junya Inoue (Otogi Matsuri) chez Glénat, sorti le 4 janvier dernier. Voici donc une chronique joyeuse et pleine de vie, entre tentatives de suicide et les duels sanglants à la grenade !

Sur une île abandonnéééééée, coquillages et macchabées ♫

Dans Suicide Island, le jeune Sei se réveille sur une île déserte… Son dernier souvenir lui revient lentement en mémoire : il vient d’essayer, une fois de plus, de mettre fin à ses jours. Ce qu’il ne sait pas c’est que la société japonaise a décidé de ne plus prendre en charge les suicidaires récidivistes et les coûts qu’ils peuvent engendrer. La solution au problème est aussi simple que radicale : s’ils veulent mourir, il suffit de respecter leur libre arbitre, et de les envoyer secrètement finir leurs jours sur une île isolée, loin de tout. Sei et de nombreux camarades dépressifs se retrouvent livrés à eux-même, sur une île autrefois habitée, mais aujourd’hui déserte.

Alors que certains choisissent de mettre fin à leur jour sans plus attendre, d’autres vont essayer de recommencer à zéro. Mais la survie n’est pas si simple dans cette île coupée de tout… Il va falloir se battre aussi bien contre soi-même que les autres, car tous les suicidaires ne sont pas des personnes recommandables, loin de là !

Dans Btooom!, Ryuta se réveille, lui aussi, sur un bout de terre au beau milieu de l’océan. La dernière chose qu’il se rappelle c’est sa dernière partie de BTOOOM, un jeu de combat online dont il est l’un des meilleurs joueurs au monde. Sa petite vie de jeune homme sans emploi de 22 ans qui vit chez sa mère lui a été arrachée, et le voilà maintenant seul sur cette île… Enfin c’est ce qu’il croit.

Car à peine a-t-il réussi à remettre ses idées en place qu’un homme lui fonce dessus… Et lui balance des grenades ! Exactement comme dans BTOOOM ! Plusieurs hommes, femmes et enfants sont coincés sur cette ile et n’ont d’autres choix que se lancer dans une lutte sanglante pour survivre, et comprendre enfin ce qui leur arrive !

Vous ne regarderez plus vos vacances à l’île d’Oleron de la même façon…

Le Japon est un pays insulaire… Donc les îles, ils connaissent et ils aiment les servir à toutes les sauces. Forcément.

Pour nous, continentaux, la vue d’une île se rapproche assez d’une pub pour les gagnants d’euro-millions. Dans les mangas l’île isolée, loin de l’archipel civilisé, est le lieux de tous les fantasmes, morbides y compris. À l’image des films d’horreur et de leurs patelins paumés au fin fond de l’Amérique _ où il ne faut surtout pas tomber en panne d’essence – les japonais ont eux aussi des terrains de jeux où tout, y compris le pire, est permis… Une carte blanche idéale pour tout scénariste qui a envie de mettre les conventions sociales et le train-train quotidien à la poubelle.

Btooom! et Suicide Island mise donc sur une idée de départ forte : un Battle Royale à coups de grenades, ou un Lost joué par des amateurs de tailleur sur veine.

Sauf que…Ces deux récits ont choisi de partir dans sur des routes complètements différentes, de la mise en scène à la narration. Btooom! c’est de l’action, de l’action et encore de l’action. A peine est-il réveillé que Ryuta est déjà poursuivi par un homme qui frôle la folie et lui balance grenade sur grenade. Notre héros, comme le lecteur, a à peine le temps de réfléchir à ce qui lui arrive. On comprend progressivement où tout ça nous mène et que les combats vont s’enchainer, en solo ou par équipe, avec moultes trahisons et rebondissements à la clé.

btooom! btooom!

Les seuls temps morts laissés par l’adrénaline du combat sont voués aux stratégies des duels avec toute un panel de grenade à faire pâlir un vers de Worms (référence vidéoludique de vieux, vous m’excuserez… C’est histoire de ne pas toujours citer Rambo). Dans le premier tome on découvre les classiques grenades explosives à l’impact ou à retardement, qui devrait être rejoints par toute sorte d’arme dans les volumes suivants. Sans oublier quelques planches de fan service à chaque volume, pour bien confirmer au lecteur masculin qu’il est sur la bonne voie.

Sur Suicide Island, la psychologie des protagonistes est à l’honneur. Au sein du groupe de kidnappés envoyés sur l’île quelques personnalités vont se démarquer et pousser tout le monde à l’entraide. Se donner la mort est une chose mais accepter la mort qu’on vous impose en est une autre et certains se décident à réagir. Néanmoins ils n’en demeurent pas moins très fragiles et chaque matin, de nouveaux cadavres viennent alourdir la liste des abandons.

Suicide_Island  Suicide Island - l'île

Pour les autres, bien souvent habitués à une vie faite de centres d’aide ou d’hôpitaux, il va falloir se remuer pour réussir à trouver l’eau et la nourriture nécessaires pour continuer à avancer. Rien n’est simple et chaque échec de nos Robinsons Crusoé a un impact beaucoup plus ravageur. Sans compter que, même chez les leaders qui poussent chacun à entrevoir des jours meilleurs, nous savons tous qu’il y a, forcément, une part d’ombre. Difficile en effet de mettre un costume crédible de Bisounours quand on se taillade les poignets entre le petit déj’ et la collation du midi.

C’est donc ce mélange d’introspection et de survie en communauté que nous offre Suicide Island, avec des profils originaux, fouillés et prometteurs.

La corde ou la grenade ?

Vous l’aurez compris, le décor et le désir de survivre sont les rares points communs de ces deux œuvres. Impossible de présager de la fin mais il est certain nos deux héros aura fait un virage à 180° sur leur vision de la vie à l’issue de leur aventure.

En attendant, entre le point de départ et le point d’arrivée, nous avons le choix entre un récit nerveux et bien ficelé privilégiant les combats et l’adrénaline, ou une histoire posée et construite privilégiant la psychologie des personnages et une certaine forme d’aventure…

J’aurais tendance à pencher en faveur de Suicide Island après la lecture des deux tomes 1, pour la maturité du récit et son intérêt sociologique (le Japon est dans le top 10 mondial pour son nombre de suicidés, 30 000 chaque année). A retenir également le trait beaucoup plus original de Koji Mori. Mais Junya Inoue n’est pas le premier auteur venu et chaque tome de Btooom! caracole en tête des ventes au Japon. Les deux séries sont toujours en cours d’ailleurs : 6 tomes pour Suicide Island et 7 pour Btooom!

C’est donc surtout une question de public et d’envies de lectures. Mais vous en savez maintenant assez pour vous décider !

Btooom! 07-shinchosha

Vous pouvez également consulter les previews de Suicide Island et de Btooom! sur les sites des éditeurs.

anime manga aggregator sama Sama It!


4 Commentaires pour “Suicide island & Btooom! : l’île paradisiaque a du plomb dans l’aile…”

  1. Le Tour des Blogs en 14 Jours #5 + #6 | Vies Nippones a dit :

    […] Paoru – Suicide Island & Btooom! : l’île paradisiaque a du plomb dans l’aile […]

  2. 7plumes, le collectif blogueur » Blog Archive » Suicide island & Btooom! : l’île paradisiaque a du plomb dans l’aile… a dit :

    […] Suicide island & Btooom! : l’île paradisiaque a du plomb dans l’aile… By Ramzadmin • Les blogs, Les posts, Lire, Paoru • 30 jan 2012 […]

  3. mathias a dit :

    ce manga est genial mais je ne sais pas combien il y aura de tomequelqu un peu m eclairer

  4. ramza a dit :

    Mathias > Lequel > Suicide Island ou Btooom ?

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Plumes, le collectif j-blogueur
Culture Guu

Agr�gator SAMA Jpop DB

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.

ut in mattis sem, Praesent Sed