Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Pluto : 24h avec Tezuka & Urasawa

  • Sumo

plutoPluto… Vous en avez très probablement entendu parler.

Accueilli avec envie en 2010 dans l’hexagone par les éditions Kana, ce seinen a fait le plaisir, pendant un peu plus d’un an, de très nombreux amateurs de seinen. Il a également été récompensé en janvier dernier au festival d’Angoulême. Les articles ont donc été nombreux depuis les débuts de cette série et j’ai donc préféré attendre patiemment que la publication de la saga s’achève au huitième tome pour lire l’intégralité de Pluto, d’une traite.

De plus, après avoir croisé un grand nombre de papier sur la série je trouvais dommage de vous proposer un énième article avec son introduction, son résumé, son analyse graphique ou narrative, sa comparaison TezukaUrasawa, etc… Je voulais quelque chose de plus brut, moins intellectualisé.

Ainsi, hier, en début d’après midi je me suis installé avec la petite pile du manga d’Urasawa, un bon café, un calepin et un stylo, pour noter au fur et à mesure les pensées, les sentiments et émotions que m’inspiraient cette lecture… Voici donc ce que l’on peut ressentir quand on lit Pluto :

15h30 : Je débute le tome 1 et la première chose qui saute aux yeux c’est le soin apporté à la couverture, beau travail de Kana. L’idée de l’œil sur chaque tranche n’est pas mal non plus.

16h11 : Fin du tome 1… L’ambiance entre polar et thriller est une réussite. Je n’en attendais pas moins d’Urasawa mais c’est toujours plaisant de voir un auteur qui maitrise si bien son sujet, à chaque fois. Le drame qui se profile à l’horizon est aussi intriguant qu’implacable… C’est très prenant. Coté personnages, mention spéciale aux humanoïdes. Urasawa brouille admirablement les cartes entre les robots aux mœurs d’humains et des humains aussi froid que des machines… Allez hop, passons au tome 2 !

17h04 : Second volume fini… On oublie complétement la nature non-humaine des robots, on a presque envie de dire “ouah c’est bien fait” car on se sent en plein film. Un exemple : voir Gesicht, le personnage principal, sortir sa puce mémoire de sa nuque est assez troublant car son humanité est indubitable. À l’inverse, certains robots possèdent clairement l’apparence de machine, mais leur sensibilité naissante derrière ce masque métallique en est tout aussi émouvante. Côté histoire de fond, le mystère s’épaissit et la théorie d’un grand complot alourdit l’ambiance de l’histoire qui commence à devenir oppressante. Allez zou, tome 3 !

17h52 : Fin du tome 3. On s’écarte un peu de Gesicht pour découvrir de nouveaux personnages et de nouveaux conspirateurs, la trame prend de l’ampleur. Le racisme anti-robot et le Ku Klux clan collent parfaitement pour décrire cette peur de l’autre, cette crainte d’un mélange qui empêcherai de cerner parfaitement son prochain… La référence aux États-Unis qui envahissent l’Irak est bien trouvé et somme toute logique, surtout quand on se souvient que les premiers tomes sont sortis au Japon en 2003 puis 2004 au commencement de la Seconde Guerre du Golfe.

Les robots devenus humains sont très vraiment intrigants et rien que pour cette vision de la robotique, Pluto mérite d’être lu. Astro joue au détective et me fait penser à une version Urasawa de Détective Conan pendant qu’Uran s’avère franche et sympathique. Epsilon me rappelle le style de Mohiro Kitoh et on retrouve un peu la tristesse des personnages de Bokurano dans les robots dUrasawa….

Bref, passons au tome 4.

Pluto 418h37 : Tome 4 achevé. Astro… Mais aussi Darius XIV, le professeur Tenma, la part d’ombre des robots… L’histoire se complique, chaque avancée dans le mystère amène son lot de nouvelles questions. Urasawa me ballade complétement et j’avoue que je ne sais plus quoi – ou qui – croire. J’ai donc très envie d’en savoir plus. Vous l’aurez compris, je file lire le tome 5 !

19h12 : Tome 5 fini… Un sacré foutoir mais les idées sont diablement intéressantes. L’éternel débat autour de l’intérêt d’avoir des sentiments est repoussé dans ses fondements d’une nouvelle façon. Et les postfaces contenant des analyses très pointues et souvent clairvoyantes y font échos… Même si elles ne sont pas toujours très abordables pour ceux qui ne connaissent pas les mangas des années 60 et 70.

Par contre je commence à me rendre compte que Pluto montre des sentiments beaucoup plus intériorisés que dans Monster ou 20th… Il ressort de Pluto davantage de réflexions que de sentiments. Je ressentais la peur du monstre dans Monster, je brulais d’impatience pour connaître la vérité de 20th. À la fermeture d’un Pluto difficile de ne pas réfléchir sur la nature humaine.

Bref, c’est pas tout ça mais… Tome 6 !

19h50 : Fin du tome 6. Trop de réflexion tue la réflexion… Et amène une migraine. J’ai sans doute eu tort de vouloir absorber toute cette œuvre en une seule fois et j’ai l’impression d’avoir raté des choses à la lecture de ce tome 6. Ce dernier ressemble à une fin et mon cerveau profite de cette accalmie pour me demander une pause. J’ai bien envie de savoir quel rebondissement nous attend dans le tome 7 mais je préfère ne pas me gâcher les deux tomes restants. Mon cerveau peut enfin s’occuper de tout ce que la lecture de Pluto lui a jusqu’ici apporté. Homme ou robot, quel est le prochain stade de notre évolution… Mais au final, pourquoi choisir entre les deux ? Bref… La nuit porte conseil comme on dit.

9h30-12h30 : Le mal de tête est parti et je grignote le 7ème tome toute la matinée entre les mails de journalistes et les obligations d’un prof une veille de rentrée. Les derniers visages se dévoilent et la trame se simplifie. Même si une partie du mystère demeure, on veut surtout savoir quelle vision va l’emporter. De ce duel de robots se dégage toute la panoplie des sentiments humains et le thriller se mêle à la tragédie épique. Urasawa n’est pas un maître du combat chorégraphié mais la puissance de ces planches et la lisibilité de sa mise en scène ne nécessitent aucune technique secrète finalement… Et là je me dis que je donnerais cher pour voir Urasawa tenter une reprise de Naruto. Mais peu importe, un train m’attend et voici l’occasion rêvée pour passer à la lecture du dernier tome.

13h46 : Le train arrive bientôt en gare et je viens de finir la dernière postface, touché et ému. J’adore cette fin et j’y reconnais l’optimisme de Tezuka. L’histoire de Gesicht et son passé oublié a de quoi fendre le cœur. En arrêtant hier soir sur la “première fin” de cette série, je n’étais pas totalement convaincu. Pluto est un bon manga mais sa complexité brouillait un peu le message. Ces deux derniers tomes ont démêlé les nœuds de mon cerveau et on fait naître les émotions qui n’avaient pas pu éclore jusqu’ici, lors de l’indigestion cérébrale de la veille. La pause a donc été salutaire et je relirai sans doute la série plus tard, pour mieux profiter des tomes 4 à 6.

19h28 : Voilà, vous savez tout et je me dis que c’est une belle aventure que ces 24h avec Pluto, Tezuka et Urasawa. J’y suis encore d’ailleurs, et je feuillette les tomes avec plaisir en relisant ce post.

N’hésitez pas une seconde, Pluto est un must !

anime manga aggregator sama Sama It!


2 Commentaires pour “Pluto : 24h avec Tezuka & Urasawa”

  1. Céline a dit :

    Pas mal cette expérience 🙂
    L’avantage est qu’on a un rendu sur chaque tome,
    comme font certains blogueurs en chroniquant chaque tome.
    J’ai lu ça très facilement, c’est plutôt ludique.

    Et pour Pluto, ouai, dur à lire par moment, pour moi aussi
    Je trouve qu’en plus c’est bien d’avoir une bonne connaissance de Tezuka pour bien appréhender l’œuvre ce qui n’est pas mon cas, je ne suis pas une experte et par moment ça manque d’accessibilité.

  2. 7plumes » Blog Archive » Pluto : 24h avec Tezuka & Urasawa a dit :

    […] Retrouvez l’article complet sur Paoru.fr […]

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Journal du Japon
Le blog de gally

Agr�gator SAMA Jpop DB

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.

id non dapibus Praesent mi, tristique nunc Phasellus tempus Donec ut