Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Taku Kishimoto : Interview du scénariste d’Un drôle de père

Usagi DropSi l’anime de Deadman Wonderland chez Dybex ne m’a finalement pas apporté grand chose par rapport au manga, le nouveau système de Wakanim m’a permis de découvrir l’anime d’Un drôle de père / Usagi Drop.

Ma chère Gally me parle depuis quelques temps de la version papier et j’ai profité de la diffusion gratuite de cette série en 12 épisodes pour me laisser tenter. Les deux premiers épisodes m’ont charmé et je vous reparlerai prochainement de l’œuvre de Yumi Unita à l’occasion d’une critique.

Pour rappel, Un drôle de père nous raconte l’histoire de Daikichi, un trentenaire célibataire qui vient d’apprendre la mort de son grand-père. À la cérémonie l’attend une surprise, Rin, une jeune fille de 6 ans qui n’est autre que… Sa tante, la fille illégitime de son aïeul !

Malheureusement lors de cette funeste réunion de famille personne ne veut de cette enfant solitaire et à l’origine fort gênante. Touchée par le sort de Rin et révolté par l’égoïsme de sa famille, Daikichi l’emmène vivre avec lui. Mais difficile de passer de célibataire nonchalant à père du jour au lendemain…

En attendant un avis plus poussé, voici une interview très intéressante de Taku Kishimoto, l’un des scénaristes de la série. À l’image de ce que je vous ai proposé pour DW, voici en effet une version française de cette interview réalisée par Lissa Patillo et Mitsuru Uehira d’Animenewsnetwork.

Bonne lecture !

ANN : Qu’est-ce qui rend Usagi Drop attirant en tant qu’adaptation ? Comme le sujet et plutôt original, pensez-vous que cela apporte quelque chose de nouveau ?

Rin & DaikichiKishimoto : J’ai entendu dire que le producteur qui a choisi d’adapter Usagi Drop recherchait un scénariste “qui connait les joies et les peines d’élever des enfants, capable de voir le monde à travers les yeux d’une mère”. En ce moment je suis en train d’élever mes enfants et c’est ainsi que j’ai été choisie pour le scénario et l’adaptation, malgré le fait que je n’ai que très peu d’expérience dans ce domaine. (ndRamza : la carrière de Kishimoto semble en effet se borner, pour l’instant, à un poste d’assistant de production sur Gendo Senki – Les Contes de Terremer)

À titre personnel, je trouve que ce projet est ambitieux car il tente de dépeindre non pas un enfant qui ressemble à un adulte mais bien un enfant “kid-like“. Même si ces enfants ne partent pas à l’aventure, n’utilisent pas de pouvoirs magiques ou ne tombent pas amoureux, on peut quand même en faire une histoire irrésistible. J’espère que c’est ce que je pourrais démontrer.

Si vous lisez le scénario de base, celui d’un trentenaire qui vit avec une fille de 6 ans, dans le contexte de la japanimation, vous pouvez penser que cet anime est prévu pour un public masculin avec quelques sous-entendus sexuels. Mais, bien sur, ce n’est pas le cas.

Avoir des enfants change votre monde. Vous regardez les choses sous un autre angle, celui des enfants. Vous ralentissez pour apprécier l’herbe et les fleurs. Vous éprouvez une tendresse inattendue pour des étrangers dans le train et vous serez davantage irrité par les gens insensibles. En ce sens, élever des enfants est, pour des adultes, un voyage en eaux inexplorées. Cependant la différence est mince entre profiter de l’expérience et juste sacrifier son temps, tout dépend de votre mentalité.

Daikichi ne possède ni super-pouvoirs, ni talents spéciaux. Même une fois qu’il a pris la décision de s’occuper de Rin, il n’arrête pas d’être préoccupé. Il est indécis et a du mal à savoir s’il va continuer de s’occuper d’elle ou non. Mais en son for intérieur, il aime élever cet enfant. Daikichi est, sans l’ombre d’un doute, le héros de cette histoire, mais il n’est pas du tout ce que l’on pourrait attendre d’un “héro”. Mais ce n’est pas mal non plus, n’est-ce pas ?

Usagi Drop est publié dans un magazine josei, pensez-vous que l’adaptation en anime va changer ou élargir le public visé ?

Usagi drop, le mangaTout tourne autour de  la force de décision de Daikichi et de la mignonne Rin. Vous les aimerez que vous soyez homme ou femme. Celles qui aiment le manga sont séduites par Daikichi, volontaire et chaleureux. Elles l’aiment tant pour ses cotés virils que charmants.

Les hommes seront séduits par la façon de vivre de Daikichi, où  l’on donne plus de valeur à nos principes qu’à un statut social ou une réputation, surtout au Japon où l’on ne peut pas attendre une croissance économique prometteuse. Ces dernières années, dans le monde réel, il existe un mot, “Iku-men“, pour décrire une proportion croissante de la population nippone qui se réfère aux hommes participants activement à l’éducation de leurs enfants. Par exemple un responsable municipal a récemment pris de lui même un congé parental. Ces hommes s’occupant de leurs enfants sont dorénavant reconnus au Japon.

Au vu de la situation actuelle, il est donc fortement probable que cette adaptation animée élargisse le public d’Usagi Drop. Rien ne me ferait plus plaisir si des hommes qui voient cet anime réalisent qu’ils n’ont pas à laisser toute la joie d’élever des enfants à leur femme.

Le manga original est en deux parties Dans les quatre premiers volumes Daikichi apprend à être le père de Rin et la suite se déroule dix ans plus tard lorsque Rin est une adolescente. Est-ce que cette adaptation s’intéressera à ces deux arcs où avez-vous choisi de mettre l’accent sur l’un des deux ?

Vous le saurez en regardant l’anime.

Est-ce que vous pensez que la manga est une représentation fidèle de la façon d’élever une fille au Japon ? Est-ce que vous y avez apporté des modifications pour refléter les tendances sociales actuelles vu que la manga a débuté en 2005 ?

Je ne pense pas que le but du manga d’origine soit de représenter fidèlement les réalités modernes de l’éducation d’un enfant. Ceci implique des tonnes de problèmes qui ne sont pas évoqués dans le manga, si je le compare à ma propre expérience. Cependant, comme je vous le disait, tout dépend de votre mentalité, si vous pensez que ces moments sont funs où s’il s’agit d’un sacrifice. Mais la personnalité de Daikichi nous fait penser qu’il prendra ce genre de périple du bon côté.

La rencontre de Rin & Daikichi

Ce n’est pas que je doive changer l’histoire pour correspondre aux changements sociaux qui ont lieu depuis les débuts du manga, mais plutôt la société s’est rapproché de l’histoire originale. Je sens que le mot Iku-men, qui est devenu de plus en plus populaire l’année dernière, a entrainé des changements en ce qui concerne l’éducation masculine d’enfant.

Le manga mélange humour et drame au cours de l’éducation de Rin. Est-ce que vous vous êtes intéressés davantage à l’un de ces deux éléments pour l’adaptation en anime ?

Pour parler honnêtement, j’avais l’intention de dramatiser davantage l’histoire en me focalisant sur les difficultés que l’on rencontrent en élevant des enfants. Mon deuxième enfant est né à ce moment là et j’étais donc parent pour la seconde fois. Je pensais qu’insérer ce genre de problème dans l’histoire la rendrait plus émouvante.

Cependant ce projet fut refusé par tout le monde, y compris le réalisateur. En fait, comme vous l’avez dit, le manga est un joli mélange d’humour et de drame, et ils avaient donc tout à fait raison de refuser. Ce ne fut pas simple de trouver l’équilibre entre drame et humour mais je pense qu’au final nous avons réussi.

Usagi Drop, épisode 2

Quand vous avez écrit le script, est-ce que vous avez eu des changements à faire au niveau des dialogues ou est-ce que l’écriture de Yumi Unita correspondait à vos attentes pour la série TV ?

L’un des buts d’une adaptation anime d’un manga est de faire “bouger” les personnages, si l’on peut dire. J’ai donc tenté de décrire la voix intérieure de Daikichi narrée dans le manga à travers sa façon d’être, ses expressions faciales ou ses soupirs.

Les thèmes autour de l’éducation des enfants résonnent vraiment avec moi. Donc au vu des personnages et de l’histoire il est plus exact de dire que j’ai fait appel à ce que j’ai ressenti lors de la lecture du manga et que je me suis concentrée sur ces éléments lors de l’écriture du script. Plus spécifiquement, les mauvais traits de Koki, l’ami de Rin, ont sans doute été amplifiés car mes deux enfants sont des garçons.

Ayu MatsuuraQuand vous avez écrit l’histoire, saviez-vous qu’une seiyu de neuf ans interpréterait Rin ? Est-ce que cela a eu un impact sur votre écriture ?

Quand j’ai commencé à écrire le script, il n’était pas officiellement décidé si un enfant ou un adulte jouerait le rôle de Rin.

Cependant, comme je l’ai dit auparavant, le but n’était pas de décrire un enfant qui agit comme un adulte mais un enfant qui agit comme tel. Donc je pense que tout le staff, y compris le réalisateur, partageait l’idée quil fallait un enfant pour jouer le role de Rin, dès le départ.

J’assiste aux séances d’enregistrement et Matsuura Ayu-chan (photo ci-contre, à gauche) répond parfaitement aux attentes du staff.

Enfin je n’ai pas eu d’efforts particulier à faire ou il n’y pas eu d’erreur dans la façon d’écrire les lignes pour les enfants. Les dialogues originaux sont écrits par la mère de deux enfants, c’est donc déjà réaliste.

Visuels : © 2011 Yumi Unita / Shodensha / Usagi Drop Committee

anime manga aggregator sama Sama It!


4 Commentaires pour “Taku Kishimoto : Interview du scénariste d’Un drôle de père”

  1. Vyrtualsynthese a dit :

    Merci beaucoup pour la traduction de cette interview, c’est interessant et j’ai aussi fondu pour cet anime dès le premier episode.

    Je connaissait pas wakanime mais je vais me renseigner parceque c’est cool que les francophones puissent suivre les series en même temps que les japonisants. Je me sent moins seul ^^.

  2. ramza a dit :

    Je vois qu’on est vraiment très nombreux à apprécier Usagi Drop

    Ma moitié a le manga ds ses étagères mais je pense attendre la fin de la série avant de les dévorer ^w^

  3. Taku Kishimoto : Interview du scénariste d’Un drôle de père | 7plumes a dit :

    […] Découvrez la suite de cet article sur Paoru.fr […]

  4. Mes animes de l’été 2011 | Shibuya Eki a dit :

    […] Usagi Drop est un excellent anime qui parle d’un fait de société japonais : les pères au foyer. Dans un pays aussi en retard sur ce moeurs comme le Japon il n’est surement pas évident d’aborder ce genre de sujet. Pourtant Usagi Drop le fait d’une façon légère, poétique et réaliste. Avec un dessins tout aussi leger, c’est définitivement un anime à suivre. Le manga est déjà édité chez Akata et je vous conseil l’exilent interview du scénariste de l’anime traduite par le plus célèbre des Chocobots. […]

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Journal du Japon
Le blog de gally

Paperblog http://www.wikio.fr

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.