Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Studios Bones, une décennie marquante. Épisode 4 : Rahxephon & Wolf’s Rain

Après Angelic Layer et Cowboy Bebop dans l’épisode 3, on continue notre voyage dans le temps avec les studios Bones. Aujourd’hui,  deux poids lourds du studio, réalisés en 2002 et 2003 : Rahxephon & Wolf’s Rain. Bonne lecture !

Rahxephon

RahxephonCe projet  fait maison est confié au célèbre Yutaka Izubuchi. Il s’agit du premier poste de réalisateur pour cet homme jusqu’ici connu pour son travail d’illustrateur, de chara designer (Lodoss) ou de mécha designer (Patlabor, Gundam, etc…). Après avoir été cantonné au graphisme, Izubuchi est ravi de pouvoir apposer sa patte sur l’histoire et l’univers d’une série, comme il l’explique en 2009 dans une interview à Anime Network : “La meilleure partie fut de pouvoir tout créer à partir de presque rien“.

Après les robots proches des classiques de Patlabor ou de Gundam, il désire innover et créé des méchas à face humaine : “Pour Rahxephon, je voulais essayer de créer un robot old-style, en utilisant ceux qui ont un visage et des expressions, comme dans Raideen, à l’époque. La réalisation de ces anciennes séries parait un peu vieille et cheap maintenant mais je voulais les remettre au goût du jour et leur donner plus de style” explique-t-il.

Les thèmes de Rahxephon sont le voyage dans le temps et la romance compliquée qui en découle mais aussi la mythologie… Notamment celle de James Churchward, écrivain anglais du 19e siècle a qui l’on doit The Lost Continent of Mu: Motherland of Man. Autre source littéraire : une nouvelle du nom de The Dandelion Girl, de l’écrivain de SF Robert F Young, dont Izubuchi est fan et qui lui inspire directement la scène finale de l’anime.

Au côté d’Izubuchi on retrouve une pléiade de futur talents : Tomoki Kyoda (Eureka Seven) est alors directeur assistant, Tensai Okamura (Darker Than Black) est au storyboard avec Masahiro Ando (Stranger) qui réalise également les épisodes 20 et 23, pendant que Shoji Kawamori (Macross, Escaflowne) dirige l’épisode 9. On citera enfin Junichi Higashi, le directeur artistique du film d’Escaflowne qui rempile au même poste et le duo Yoko Kanno / Maaya Sakamoto et leur mémorable opening, Hemisphere, visible ci-dessous. La liste est encore longue, j’invite les curieux et /ou connaisseurs à jeter un œil ici, le casting est assez impressionnant.

La série est produite pour 26 épisodes avec le concours de Média Factory, Victor Entertainment et son diffuseur Fuji TV qui le met à l’antenne de janvier à septembre 2002. La série est très bien accueillie par le public et remporte l’award du meilleur anime au 7e festival d’Animation de Kobe. Un succès suffisant pour une adaptation ciné, planifiée pour 2003. Depuis Evangelion, c’est la première série du même genre à remporter un grand succès, dépassant largement le cadre des amateurs d’animes à mécha. En France, c’est Dybex qui éditera la série.

Wolf’s Rain

Wolf's RainLe 26 janvier 2003 débute une nouvelle série, Wolf’s Rain, sur Animax et Fuji TV. Après la direction d’un épisode de Neon Genesis Evangelion, un segment de Memories et son travail sur Rahxephon, Tensai Okamura franchit un nouveau cap et passe à la réalisation de cette nouvelle série, pour 26 épisodes.

Néanmoins ce n’est pas à lui qu’on doit l’idée de départ, comme il l’explique dans une interview  à Jeux Actu, réalisée en 2009 : A l’origine, c’est la scénariste Keiko Nobumoto qui a eu l’idée de Wolf’s Rain. C’est elle qui a présenté une première ébauche de l’histoire au directeur de BONES. Il a immédiatement été emballé et lui a proposé de développer le projet.

En ce qui me concerne, je connaissais Mme Nobumoto puisque j’avais travaillé avec elle sur la série Cowboy Bebop. J’étais donc déjà sensible à son travail et je me suis donc tout naturellement intéressé à la série. Pour ce qui est de l’idée des loups dans un monde d’humains, il faudrait poser la question à Mme Nobumoto ! Quelque part dans sa tête, une antenne s’est déployée et elle a reçu l’idée d’on ne sait quelle source… (rires)

Pour cette aventure dramatico-onirique, Okamura s’entoure de valeurs sures : Yoko Kanno compose une bande son originale qui ajoute quelques notes brésiliennes à son univers. A noter également l’opening Stray, que l’on croirait tout droit sortie d’un album de Sting. Ce morceau, interprété dans la langue de Shakespeare par Steve Conte en étonne d’ailleurs plus d’un. Le voici, pour mémoire :

Un excellent artbook de Toshihiro KawamotoL’un des trois fondateurs du studio Bones, Toshihiro Kawamoto, délaisse sa casquette de producteur pour occuper le poste de chara-designer qui l’a rendu célèbre, via Cowboy Bebop et d’autres séries antérieures.

Kawamoto confie d’ailleurs une anecdote amusante à ce sujet en 2005, à un journaliste d’ Animenews NetworkColin, le chien de Kawamoto qui l’a inspiré pour le personnage de Ein (Cowboy Bebop), a été d’une aide précieuse pour les loups de Wolf’s Rain. Mais avec un Welsh Corgi sans véritable queue et plutôt court sur pattes, il a fallu pas mal d’imagination et de recherches à Kawamoto pour passer de l’inspiration canine à la création de la meute.

De véritables loups lui ont été nécessaires, pour en étudier les habitudes et créer des protagonistes entre homme et loup : “Je me suis intéressé par exemple à leur façon de chasser. Quand il chasse, un loup le fait à sa façon et toutes ces caractéristiques ne sont pas applicables à un humain. Créer ces personnages fut un tour d’adresse” explique Kawamoto.

Au japon, l’anime est classé troisième de sa tranche horaire, derrière Air Master et Dear Boys, mais il a encore plus de succès aux USA et en France où il est publié de 2003 à 2004 chez “feu” Beez Entertainment. L’une des critiques à son égard : les 4 épisodes de résumé consécutif vers la fin de la série, plutôt irritant quand on sait le prix d’un DVD. L’ erreur sera en partie réparée quelques années plus tard, par la création de 4 OAV qui apportent une fin à la série…

C’est tout pour cette fois-ci. Rendez-vous au prochain épisode où il sera question, entre autres, du sympathique Scrapped Princess ! Et pour ceux qui prennent cette saga en cours, suivez les liens ci-dessous pour les cours de rattrapage 😉

Dossier Bones, une décennie marquante :

Épisode 1 : les débuts…

Épisode 2 : Escaflowne The movie & Hiwou Senki

Épisode 3 : Angelic Layer & Cowboy Bebop

Épisode 4 : Rahxephon & Wolf’s Rain

Épisode 5 : Scrapped Princess & Rahxephon (bis)

anime manga aggregator sama Sama It!


≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Journal du Japon
Le blog de gally

Agr�gator SAMA Jpop DB

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.