Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Japan Expo 2011 : Y a quoi à se mettre sous la dent pour l’instant ? (1)

Je ne sais pas pour vous, mais il y a des jours où l’on se pose des questions… Et en ce moment je me demande ce que je vais faire pendant les 4 jours de la “messe” des loisirs asiatiques, j’ai nommé la douzième édition de la Japan Expo. Bien sur, j’aurai l’occasion de rencontrer plusieurs auteurs / artistes et éditeurs, mais qui précisément ?

japan-expo-12

Alors que peu d’annonces d’invités parviennent à enflammer la toile cette année, il est temps, à un mois de l’évènement, de faire le point sur les invités de l’édition 2011. Ce récapitulatif se fera en deux temps : manga-japanime tout d’abord puis J-music la semaine prochaine. C’est parti !

Manga :

Yumiko Igarashi : On en a déjà parlé, il s’agit de la dessinatrice des mangas Candy et Georgie, dont la venue devrait faire vibrer la fibre nostalgique de certains.

IgarashiÀ 61 ans, celle qui a collaboré avec Kyoko Mizuki (la scénariste de Candy) viendra seule, et on se demande déjà si nous aurons le droit de lui poser la question – ou du moins si on aura une réponse intéressante – sur la bataille qui oppose ces deux dames au sujet de la jeune fille aux boucles d’or…Parce que dans le genre crêpage de chignons c’est une affaire assez corsée.

Le sujet de la discorde ? Igarashi a vendu des photocopies de ses dessins de Candy, d’une qualité très moyenne parait-il, pour son profit personnel (au prix de 140 000 yens la photocopie si on en croit Wikipédia)… Mais sans le consentement de Mizuki. Les ventes de ces produits dérivés sont colossales, puisque l’on parle de centaines de millions de yens (des millions d’euros donc), Igarashi ayant vendu les produits dérivés sans accord à travers (au moins) cinq compagnies.

Résultat : poursuites en justice pour la paternité de Candy… Mais Kodansha a fini par apporter la preuve que c’est Mizuki qui est la créatrice de l’histoire. Cependant les 2 femmes continuent de clamer haut et fort la paternité et de se diffamer mutuellement, même si la justice a statué en faveur de Mizuki, en demandant à Igarashi et aux 5 sociétés complices de verser 29,5 millions de yen (230 000 euros environ) de réparation, soit 3% équivalent au droit d’auteur sur les bénéfices des marchandises.

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Ben tout simplement parce que Igarashi n’a plus le droit à l’heure actuelle de commercialiser quelque produit que ce soit estampillé Candy Candy. Pourra-t-elle dessiner et dédicacer des images de Candy dans ce cas ? Bonne question. Mais à l’heure où j’écris ces lignes il est 23h57 et ça m’étonnerait qu’il me réponde ! À suivre donc…

Yoshiki Tonogai : Voici l’invité des éditions Ki-oon pour cette année, connu comme étant l’auteur de Doubt (oui le truc avec les masques de lapins et autres animaux en 4 volumes). Il est également l’auteur de Judge, un thriller sur les 7 péchés capitaux. Vu le site de la JE et les résultats de recherche sur le net, voici encore un auteur qu’on ne devra pas prendre en photo, dommage.

silent loveHinako Takanaga : Autre invité éditeur, celui des éditions Asuka, qui continue de faire plaisir à son lectorat féminin, après avoir invité Ayano Yamane pour satisfaire les fans de yaoi l’an passé. Hinako Takanaga est l’auteur de Silent Love, nouvelle série Boy’s Love dont le 3e tome paraîtra, devinez quand, au Japan Expo bien sur, ce qui coïncidera également avec, devinez quoi, les deux ans du magazine BeXBoy où ce titre est publié … Ah ils sont fort les gens de chez Asuka quand même ! Si en croit le site de la JE, les séances de dédicaces seront nombreuses, avis aux fans !

Kawai Toko : Quand les fans de yaoi ne sont pas gâtés par Asuka, c’est Taifu Comics qui s’en chargent ! À l’occasion de la publication de la série Love Holic, série en 2 tomes de l’auteur, vous pourrez donc rencontrer le voir de près.

Shiitaké : Après les jeunes demoiselles en émoi, passons carrément aux petites filles avec cette dessinatrice des éditions Nobi-Nobi, qui signe les planches de Kaguya, princesse au clair de lune chez cet éditeur spécialisé dans les titres pour enfant. À noter que la scénariste Christelle Huet-Gomez (Princesse Pivoine et Le secret de la Grue Blanche) sera également présente.

Et sinon : Parce qu’il n’est pas interdit de rêver, quelques éditeurs n’ont encore rien annoncé. On attend donc avec impatience le verdict chez Kana, Pika et Glénat. Il n’est pas non plus impossible que Total Manga réussisse également à faire venir deux bonnes plumes hexagonales… mais chut, je n’ai rien dit 😉

Japanime

Là pour l’instant c’est le calme plat. On compte cependant sur Kazé et / ou la JE pour nous donner une bonne raison de faire le voyage, ils en ont les moyens et les relations (ce qui est sans doute moins vrai sur le plan comptable chez Dybex ou KHV, mais on verra bien).

Bonus

Takeshi Miyagawa : un créateur de figurine sera à la JE et ça c’est une bonne nouvelle, la plus originale en tout cas en ce qui me concerne (avec les invités catch mais c’est un domaine qui me botte nettement moins). Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce créateur à un sacré coup de main, regardez plutôt :

Rendez-vous la semaine prochaine pour la partie J-music 😉

Edit 26-05 : quelques infos ajoutées sur l’affaire Candy

Programme Japan Expo 2011 :

Manga (1)

Manga (2) et Japanime

J-Music (1)

J-Music (2)

anime manga aggregator sama Sama It!


5 Commentaires pour “Japan Expo 2011 : Y a quoi à se mettre sous la dent pour l’instant ? (1)”

  1. Gemini a dit :

    Pour information, Yumiko Igarashi a aussi été en litige avec Man Izawa quant à Georgie. Le manga a tout de même pu être sorti en France, mais j’ignore ce qu’il en est actuellement.

  2. ramza a dit :

    Gemini > En fait au début des années 90 elle explique que tout ce qu’elle dessine lui appartient et qu’elle en fait (en gros) ce qu’elle en veut. Mais je ne savais pas pour Georgie, merci pour l’info.

    Finalement ça m’étonne que la JE l’invite, sur le plan du relationnel avec Kodansha (éditeur nippon de Candy) ou la Toei (qui s’occupe de l’adaptation anime), on pourrait facilement imaginer que ces derniers voient ça d’un mauvais œil…

    Pour ceux qui veulent en savoir davantage sur l’affaire Candy voici quelques adresses :

    http://www.candyneige.com/encyclopedie/anime/proces/Proces.htm
    http://www.animenewsnetwork.com/news/2001-10-27/candy-candy-lawsuit-ends
    http://www.animenewsnetwork.com/news/2002-06-03/candy-candy-legal-issues-continue
    http://www.animenewsnetwork.com/news/2004-01-16/new-candy-candy-merchandise-sees-daylight

    Gémini > t’as une source pour l’affaire Georgie ?

  3. Gemini a dit :

    Pour Candy, tu as aussi des informations sur le blog de nonoche (entre deux billets sur Goldorak). Quant à ma source sur Georgie, il s’agit d’une Japonaise passionnée de shôjo manga.

    Cette année, l’invité principale sera donc une auteur avec laquelle il sera presque impossible de parler de ses principaux travaux – je n’ose imaginer la tête de l’ex-libris qu’ils lui feront signer – dont le style graphique rebute pas mal de monde, sans actualité, et dont un seul manga n’est pas en rupture en France : son adaptation de Heidi sortie dans la collection Kids de Glénat.
    Clairement, c’est le signe que quelque chose ne va pas et que la Japan Expo rencontre des soucis à faire venir des invités prestigieux du Japon ; j’ai quelques idées sur les raisons de cette difficulté, notamment des retours probablement pas très positifs des précédents invités eux-mêmes, les organisateurs ayant par exemple la déplorable habitude de privilégier le potentiel commercial d’un artiste plutôt que leur droit d’ainesse, ce qui dans la mentalité japonaise ne se fait pas. Je vois d’autres raisons, mais sans preuve je les garde pour moi.

    Dire que Leiji Matsumoto et Joe Hisaishi viennent en France dans un mois mais ne passeront par la Japan Expo, c’est quand même nigaud ^^

  4. ramza a dit :

    Aaah, nonoche, les Uzan, souvenir souvenir !

    On verra mardi, il y a une conf de presse, si on a le droit a quelque chose de plus probant en japanime… espérons.

  5. Nouveaux Ghibli en préparation ! a dit :

    […] œil sur l’interview de Shiitake, une jeune mangaka des éditions Nobi Nobi, rencontrée par Paoru (alias Ramza) pour Total Manga lors de la dernière Japan […]

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Journal du Japon
Culture Guu

Agr�gator SAMA Jpop DB

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.