Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Amatsuki : shōnen et josei, un savoureux mélange…

AmatsukiShōnen, shōjo, seinen… Si depuis plusieurs années nous connaissons bien les trois principaux genres du manga et que chacun a ses préférences, certaines œuvres échappent à ce classement. Elles se retrouvent souvent écartées des chemins du succès, entre autres parce que les lecteurs submergés de titres ne préfèrent pas prendre de risque avec des nouveautés sans étiquette… Et lisent donc du Naruto et du One Piece, deux mangas plein de qualités certes, mais ne lire presque que ça c’est fort dommage !

Car ces titres hybrides ne sont pas pour dénués d’intérêt. C’est pourquoi, après un papier et un concours sur Amanchu!, un titre entre sport et amitiés lycéennes qui a du mal à trouver son public (comprenez “qui fait de mauvaises ventes“), votre serviteur récidive avec Amatsuki.

Voici un article écrit pour le compte de Total Manga, vous présentant cette série entre shōnen et shōjo mature signé d’une mangaka talentueuse, Shinobu Takayama, et publié dans la collection Shōnen UP! de Kazé Manga.

Pour ce qui est de l’histoire vous pouvez directement jetez un œil aux 30 premières pages du tome 1, via la prépublication de Kazé Manga.

Comme je vous l’ai déjà dans une news précédente, Amatsuki marque les débuts français de Shinobu Takayama, les premiers travaux de la mangaka remontent à 2003, année où elle publie ses premières histoires au Japon : Enra Enra puis Kagome no tori haima doko he. Un an plus tard démarre Amatsuki, dans les pages du Monthly Comic Zero-Sum, le magazine de prépublication mensuel de l’éditeur nippon Ichijinsha (Loveless / Saiyuki Reload).

En France, le premier tome de la série est arrivé il y a quelques semaines, le 24 mars précisément, chez Kazé Manga. Un premier numéro où l’on note, de prime abord, le talent d’illustratrice de Takayama, très bien mis en valeur par l’édition française qui a réussi à embellir une jaquette nippone, notamment un quatrième de couverture, déjà bien réussie.

La série compte actuellement 12 volumes au Japon ainsi qu’une adaptation en anime, réalisée en 2008 par le studio Deen et Kazuhiro Furuhashi. Avec 13 épisodes, cette version simplifiée du manga a voulu s’adapter au public shōnen… À tort peut-on dire, a postériori, vu l’accueil mitigé de ce dernier.

L'arrivée mouvementée de Tokidoki dans Edo

Néanmoins, même si la version papier est un bon cran au-dessus de l’adaptation TV, il faut admettre que ce titre prend un malin plaisir à brouiller les cartes. Le premier volume d’Amatsuki nous dévoile un héros plongé dans un monde fantastique, accompagné par un camarade aussi nonchalant que viril, une jeune guerrière au tempérament de feu et un maître bonze bon-vivant et porteur de sagesse. Tout est donc réuni pour se lancer sur les routes du shōnen d’aventure.

Extrait d'un artbook d'AmatsukiCependant le trait féminin de la mangaka change la donne. Le chara-design est fin et détaillé, orné de costumes élégants et variés. Chaque personnage possède une singularité et un style tout à fait agréables. La mise en scène, elle aussi, sème le doute. De nombreuses planches sont réalisées sur un fond blanc, volontairement épuré, qui fait la part belle aux personnages et à leurs émotions.

Les quelques introspections de Tokidoki et l’importance allouée à la psychologie des principaux acteurs complètent ce tableau graphique et narratif qui fait pencher la balance coté shōjo, voire josei, genre dans lequel Amatsuki est classé au Japon.

Vous l’aurez compris, Amatsuki joue aussi bien avec les codes qu’avec ses lecteurs. Dans cette intrigue auréolée de mystères, difficile de savoir qui se cache derrière l’intriguant Bonten ou d’où vient la personnalité sous-jacente de Tokidoki, qui fissure petit à petit un masque forgé par des années d’apathie et de passivité…

Amatsuki souffrira sans doute, en terme de ventes, de ce mélange des genres et peinera à attirer les jeunes lecteurs, amateurs de situations claires et de personnages limpides. Au contraire, un public plus âgé et une frange du lectorat féminin pourraient bien y trouver leur compte et se laisser séduire  !

Visuels : AMATSUKI © 2005 by Shinobu Takayama / Ichijinsha Inc.

anime manga aggregator sama Sama It!


≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Journal du Japon
Culture Guu

Paperblog http://www.wikio.fr

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.