Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Studios Bones, une décennie marquante. Épisode 3 : Angelic Layer & Cowboy Bebop le film

Angelic LayerAprès l’année 2000 il y a une dizaine de jours, continuons notre petit voyage dans le passé du studio d’animation Bones, pour nous intéresser cette semaine à l’année 2001. Bon voyage et bonne lecture !

Angelic Layer

Début 2001, le studio reçoit un grand projet : l’anime Angelic Layer, nouvelle adaptation d’une œuvre des studios CLAMP. Il faut savoir qu’un an plus tôt s’achevait Card Captor Sakura, précédente série du studio féminin, adapté sur 70 épisodes qui ont rencontré un vif succès auprès du public japonais (et français, diffusion sur M6 oblige). Le challenge est donc de taille.

La réalisation d’ Angelic Layer est confiée à Hiroshi Nishikiori, le réalisateur de Tonde Buurin en 1994 et d’un court-métrage de la saga Doraemon, qui va se révéler cette année là et enchaîner plusieurs réalisations par la suite, mais nous y reviendrons, son chemin recroisant celui des studios Bones en 2006.

Autre artiste en devenir au chara design et à la direction de l’animation : Takahiro Komori, qui a, à l’époque, déjà tracé son petit bonhomme de chemin animateur clé sur Jin-Roh puis sur le film d’Escaflowne. Il est en charge du chara-design sur la série. Le directeur artistique de Hiwou Senki, Nobuto Sakamoto, reprend sa place et la partage avec Takashi Hiruma, designer et dessinateur décor à l’occasion (Kenshin, Gintama).

La série raconte l’histoire de Misaki Suzuhara, une collégienne qui débarque à Tōkyō pour s’installer chez sa tante. À peine descendue du train, elle assiste à un combat entre des anges, poupées robotiques conçues et commandées par la pensée qui s’affrontent en public. Séduite par ce jeu, et aidée par le mystérieux savant Icchan, elle investit dans les accessoires nécessaires à ce jeu, et rentre dans le monde d’Angelic Layer. L’anime est arrivé chez nous quelques années plus tard, chez Kazé.

Angelic Layer ne rencontre pas le succès de son prédécesseur mais on lui reconnait des qualités esthétiques  (animation, chara design) et une bonne chorégraphie lors des scènes de combats. Pour vous faire une idée, voici l’opening :

Cowboy Bebop: Knockin’ on Heaven’s Door

Cowboy Bebop movieUn film toujours produit par la société Sunrise et réalisé en collaboration avec Bones, dont le titre est tiré du  célèbre morceau de Bob Dylan, ce dernier ayant aussi inspiré le personnage de Vincent, le (very) bad guy du film.

La créateur de Cowboy Bebop, Shinichiro Watanabe, est aux commandes sur ce projet. Dans une interview, il explique qu’il a voulu utiliser de nombreuses techniques, parfois complexes, pour donner un rendu live au film, que ce soit à travers les images mais aussi l’histoire, les expressions faciales, tout ! Le tout en conservant l’esprit Bebop, ajoute-t-il.

Bien qu’il soit le réalisateur, Watanabe confie deux parties à deux “guest” : l’opening arrive dans les mains d’Hiroyuki Okiura et la scène de western est réalisée par Tensai Okamura. Watanabe explique simplement qu’il n’aurait pas pu réaliser ces deux scènes correctement et qu’il préférait les confier à des personnes de confiance.

Toshihiro Kawamoto et Yoko Kanno rempile logiquement, au chara-design et à la direction de l’animation pour le premier et à la musique pour la seconde.

Situé chronologiquement entre les épisodes 22 et 23 de la série, l’histoire débute en 2071, dans le cratère d’Alba City sur Mars, par l’explosion d’un camion-citerne. Cette explosion est en fait d’origine terroriste et en découle un virus qui tue des centaines de personnes. Le gouvernement décide de faire appel aux chasseurs de primes en proposant une énorme récompense pour la capture des malfaiteurs. L’équipe du Bebop saisit l’occasion pour renflouer leurs finances…

Et pour en finir avec la question mille fois posée à Watanabe quand à une suite à Bebop, il répond : En fait… Je ne pense pas que nous devrions continuer de réaliser des séquelles de Cowboy Bebop, pour le propre bien de la série. Je préfère, comme dans l’esprit de la série, m’arrêter quand on est au sommet, lorsque les gens en veulent davantage. Ne pensez-vous pas que c’est le mieux ?

Donc, en l’honneur du bon vieux temps et avant de se faire peur avec le long métrage live (Keanu Reeves si tu nous lis…), replongeons quelques instants dans ce film d’anthologie !

Et voilà c’est tout pour cette semaine. Rendez-vous la semaine prochaine pour la transition 2001-2002 et Rahxephon !

Dossier Bones, une décennie marquante :

Épisode 1 : les débuts…

Épisode 2 : Escaflowne The movie & Hiwou Senki

Épisode 3 : Angelic Layer & Cowboy Bebop

Épisode 4 : Rahxephon & Wolf’s Rain

Épisode 5 : Scrapped Princess & Rahxephon (bis)

anime manga aggregator sama Sama It!


≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Plumes, le collectif j-blogueur
Le blog de gally

Agr�gator SAMA Jpop DB

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.