Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Studios Bones : une décennie marquante. Épisode 1 : les débuts…

BonesCela faisait longtemps que je m’étais pas lancé dans une saga, depuis la diffusion de Durarara !! au début de ce blog. J’ai donc voulu retenter l’aventure en dépoussiérant et mettant à jour un ancien dossier, publié pour le compte de Webotaku. Voici donc une histoire en 7 épisodes, non pas sur un anime mais sur un studio d’animation…

Dans l’animation japonaise il existe des noms qui marquent. Il s’agit parfois du nom de personnages comme Ryo, Kenshin ou encore Sangoku. Parfois il s’agit du nom des séries comme Evangelion, Escaflowne ou bien Macross. Cependant, si on parle de studios d’animation, peu de personnes pourront donner plus de deux ou trois noms. Et pourtant ils sont des centaines rien que dans les environs de Tokyo !

Il est donc temps de vous en dire un peu plus sur le studio Bones, qui “a contribué” au mondialement connu Cowboy Bebop mais qui est aussi le créateur de Rahxephon, Wolf’s Rain et Fullmetal Alchemist. La notoriété de toutes ces séries a traversé l’Atlantique et le studio Bones fait partie depuis quelques années des grands studios de l’animation japonaise. Votre serviteur s’est ainsi fait un plaisir de vous parler de ce joli sac d’os, fabricant d’animes de rêve sur toute une décennie qui a fait d’eux des maîtres en la matière…

Il était une fois …

A la fin des années 90, Masahiko Minami (ci-dessous, à gauche), un producteur des studios Sunrise, décide de quitter la firme à l’âge de 37 ans.

Il y a pourtant connu de grands succès comme Escaflowne, quelques Gundam et un des films de City Hunter : 357 Magnum, dont il fut le producteur. Il désire en fait davantage de liberté dans ses productions et veut pouvoir s’impliquer totalement dans ses projets. La Sunrise est en effet une grosse boîte, un grand système où chaque élément se doit de rester à sa place pour que tout fonctionne.

Masahiko_Minami Toshihiro Kawamoto

De plus, Minami travaille dans la section de développement des projets liés aux méchas et à l’univers de Gundam, et il semble être fatigué de ce type de robots géants, à l’image du co-fondateur de la Gainax, Hiroyuki Yamaga, dont il est l’un des camarades d’études. Minami décide de devenir indépendant… Mais pas seul. Il propose le projet à deux animateurs célèbres avec qui il a travaillé par le passé : Toshihiro Kawamoto (Gundam 0083) (ci-dessus à droite) et Hiroshi Ôsaka (G Gundam, Escaflowne) (ci-dessous), tous deux du studio Sunrise également. Ces derniers sont séduits et le studio Bones est né, au mois d’octobre 1998 à Igusa, dans l’arrondissement Tokyoïte de Suginami.

Hiroshi ÔSAKA

C’est bien sur Masahiko Minami qui prend la place de directeur général du studio. Kawamoto et Ôsaka en sont alors les cadres supérieurs. Minami décide d’axer son studio dans le milieu du multimédia avec l’animation comme activité majeure. En plus des animes, Bones sous-traite aussi pour des produits comme des disques, des mangas, des travaux publicitaires, etc. Cette diversité permet au studio de se faire rapidement une renommée nationale et internationale.

1998-1999

Cowboy BebopLe premier projet d’anime prévu est Hiwou Senki mais ce dernier est remis pour quelque temps au placard. La même année, Bandai Visual, un des principaux sponsors des animes des studio Sunrise commande à cette dernière deux séries, qui seront diffusées sur la chaîne payante Wowow. Quelque temps plus tard, la chaîne décide de revoir son budget à la baisse, et n’accepte qu’une seule des deux séries : Brain Powerd, anime bénéficiant d’un staff prestigieux (Yoshiyuki Tomino, Mutsumi Inomata, Yoko Kanno…) et sur laquelle Sunrise communique beaucoup plus.

La deuxième série, confiée à l’équipe qui deviendra en grande partie Bones, passe à deux doigts de capoter. Jugée trop violente, le lancement de la série prévue pour le 3 avril est suspendue, jusqu’au 19 juin de la même année. Le diffuseur, la chaîne TV Tôkyô, finit finalement par proposer la série, pour 13 épisodes, mais pas n’importe lesquels : les épisodes 2,3, 7 à 15 et le 18e. Annoncé comme une révolution Brain Powerd déçoit alors que la seconde série libre de toute pression, finit par rencontrer le succès. Normal, il s’agit de Cowboy Bebop !

A la production on retrouve Minami, qui s’entoure de 3 personnes aujourd’hui considérées comme 3 pointures dans leur domaine : Shin’ichiro Watanabe à la réalisation, Toshihiro Kawamoto au chara-design et enfin Yoko Kanno à la bande-son. La série finit par être diffusée dans son intégralité sur la chaîne câblée et payante Wowow à partir du 23 octobre de la même année. Malheureusement, suite à l’insuccès lors de la diffusion tronquée sur TV Tokyo, la production de la série a été mise en pause et le dernier épisode est livrée à la dernière limite à la chaîne, le jour-même de sa diffusion, le 23 avril 1999.

Grâce au succès critique et public de la série, Bones se voit confier courant 1999, par la Sunrise, l’animation d’un film adapté d’une série ayant déjà fait ses preuves : Escaflowne. Le projet est réalisé par Kazuki Akane (Escaflowne, Heat Guy J) avec Hiroshi Osaka à l’animation et Nobuteru Yuki au chara design, un poste a qui cet homme doit sa renommée internationale depuis son travail sur Les Chroniques de la Guerre de Lodoss. Pour finir ce premier épisode, un générique mémorable, celui de Cowboy Bebop… voici Tank !

Rendez-vous la semaine prochaine pour le second épisode 😉

Dossier Bones, une décennie marquante :

Épisode 1 : les débuts…

Épisode 2 : Escaflowne The movie & Hiwou Senki

Épisode 3 : Angelic Layer & Cowboy Bebop

Épisode 4 : Rahxephon & Wolf’s Rain

Épisode 5 : Scrapped Princess & Rahxephon (bis)

anime manga aggregator sama Sama It!


8 Commentaires pour “Studios Bones : une décennie marquante. Épisode 1 : les débuts…”

  1. The Drig Overmind a dit :

    Yay! le Studio BONES! Voilà qui va être intéressant et éducatif.

    Précision pour ce qui est de la 1er diffusion de Cowboy Bebop au japon : les 13 épisodes diffusés ne sont pas les 13 premiers de la série qu’on connait. Selon ANN, les 13 épisodes diffusés par TV Tokyo furent le 2, le 3, du 7 au 15 et le 18.

    Vivement la suite de cette série d’articles 🙂

  2. ramza a dit :

    Bonne remarque et merci car du coup, après quelques recherches, j’en ai profité pour compléter l’article 🙂

  3. Tetho a dit :

    Cowboy Bebop n’est pas une série Bones, pas plus que Nausicaä est un film de chez Ghibli : on ne peut produire une œuvre au sein d’une structure qui n’existe pas encore. Si il est vrai qu’une grande partie du staff de Bebop a suivi Minami, Osaka et Kawamoto, la série reste une production totalement issue de la Sunrise.

  4. Gemini a dit :

    Tu sembles faire une erreur courante : considérer que les succès en Europe ou aux USA correspondent à des succès au Japon. Or, au Japon, Cowboy Bebop n’a pas ce statut d’oeuvre culte.

  5. ramza a dit :

    Tetho > même si Bebop n’est pas estampillé Bones mais Sunrise, ça reste l’œuvre qui lança le studio que ce soit sur la série TV ou sur le film, et c’est pour ça que je l’attribue à Bones davantage qu’à Sunrise, même si c’est plus symbolique qu’officiel.

    Mais la remarque reste judicieuse, j’ai donc nuancé la phrase pour que ça porte moins à confusion.

  6. ramza a dit :

    Gemini > Effectivement Bones n’est pas aussi culte au Japon que chez nous (j’ai dis ça dans l’article ?) et je sais très bien qu’il y a une nette différence entre ces territoires. Il n’y a pas de raisons que des cartons nippons échouent chez nous et que la réciproque ne soit pas vrai. Il faut dire que le coté western-jazzy de Cowboy y est pour quelque chose.

    Cela dit, même si les débuts ont été difficile pour Bebop, l’œuvre à tout de même fini par connaître le succès, aussi bien critique que public. Le budget pour le film n’aurait jamais pu exister à moins d’un minimum de réussite non ?

  7. Tetho a dit :

    Gemini > Bullshit! Bebop a été 2eme de l’AGP en 98 ET 99, et a vendu plusieurs dizaines de millier d’exemplaires de chaque DVD (rien que la box 5.1 sortie en 2004 c’est plus de 20 000ex, le film c’est plus de 60 000ex), et a eut le droit à un film a gros budget.
    Cowboy Bebop est bel et bien un succès critique et publique au Japon aussi.

  8. Studio BONES, qui es-tu ? | NHK Conspiracy a dit :

    […] Un dossier très bien documenté sur l’histoire de BONES existant déjà chez Paoru, je ne vais y […]

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Plumes, le collectif j-blogueur
Culture Guu

Agr�gator SAMA Jpop DB

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.