Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Ntamak, Bengal, Sephiel & SePhyka : L’influence du manga

  • Sumo

Aujourd’hui nous retournons voir des membres du Café Salé, à l’occasion du concours de dessin Total Manga – Café Salé – Wacom que j’ai eu le plaisir d’organiser (je sais j’ai toujours le plaisir de faire beaucoup de chose mais en même temps si ça ne me plaisait pas je vois pas trop pour quelles raisons j’irais me rajouter des heures de taf pour la gloire).

Les quatre dessinateurs, illustrateurs ou graphistes que j’avais remarqué en re-feuilletant la collection d’artbook de CFSL ont tous accepté spontanément de devenir les jurés du concours et de participer à une petite interview, sur leurs parcours, leurs façons de travailler et leurs influences japonaises.

Ayant posé à chacun les mêmes questions, j’ai décidé de regrouper ici les 4 interviews en une, pour une revue d’ensemble sur le sujet des nouveaux dessinateurs français nourris par les mangas et la japanimation. Le tout précédé par un petit topo sur les 4 artistes. De quoi j’espère, donner envie à tous les amateurs de crayon, numérique ou non, de pousser plus loin leur tentatives… Bonne lecture !

Présentation

mix juré CFSLNtamak, le touche à tout (en haut, à gauche) : Graphiste Print & Web, illustrateur, animateur flash en freelance, character designer, chef décorateur mais aussi métissé congolais et du signe astrologique du gémeaux… voici Ntamak, 29 ans, Lillois et artisan numérique.

Bengal, le fan de la première heure (en haut, à droite) : Auteur de BD et illustrateur, Bengal fut l’un des fondateurs du collectif Café Salé en 2002. Avec un crayon en main depuis son enfance, cet homme de 34 ans est également un boulimique de BD et notamment de mangas qu’il a découverts, comme les fans de la première heure, avec l’ancienne chaîne de la 5.

Sephiel, des personnages et un ordi (en bas, à gauche) : Infographiste 2D et 3D se focalisant sur les personnages, Sephiel fut l’un des premiers artistes influencé par les mangas à figurer dans les artbooks CFSL.net. Né en janvier 1977, ce dessinateur fait en effet partie de la génération Akira, un déclic à l’époque transformé depuis en héritage, qu’il revendique encore aujourd’hui.

SePhyka, gribouilleur rêveur (en bas, à droite) : Fan de manga et de Dragon Ball Z depuis son adolescence, SePhyka a poursuivi des études artistiques et il a vite intégré le vivier de créateurs de la société Ankama, en participant à l’aventure Wakfu, l’un des emblèmes du célèbre le studio roubaisien. Gribouilleur perpétuel, collaborateur fréquent de Ntamak et blogueur prolifique ce graphiste/illustrateur/décorateur/concept artist 2D est aussi bien connu pour ses méchas que ses croquis multicolores.

Interview(s)

Comment en êtes-vous arrivé à devenir dessinateur/illustrateur ?

Le chaudron magique par Ntamak et SephyNtamak : Je crois que je suis né avec un crayon, j’ai toujours dessiné donc la question ne se pose pas ! La télévision et le cinéma ont forgé mon envie de produire, à mon humble niveau, des images.

Bengal : Naturellement en fait. À 11 ans j’ai commencé à gratter du papier, et je ne me suis plus jamais arrêté. Ajoute à ça la collection de BD de mon père que je lisais et relisais sans fin, faite de trésors de la BD franco-belge, puis ensuite ma passion adolescente pour les DA de la 5, directement enchaînée sur les mangas eux-mêmes, c’était prévisible que je baigne là-dedans et, idéalement, que j’en fasse mon métier.

Sephiel : Ce n’est pas très original car, comme beaucoup d’auteurs, je dessinais depuis très jeune. J’ai eu la chance de me retrouver au collège et au lycée avec des gars très talentueux pour leur âge (et qui ont percé dans le métier aujourd’hui). À chaque récré, on se montrait nos dessins de la veille, c’était très stimulant… Une sorte de forum de dessins avant l’heure. Puis, à force de dessiner tout le temps, il paraissait logique que ce soit dans cette branche que j’oriente mes choix professionnels.

SePhyka : Ado, je dessinais des mondes délurés et du manga à gogo (j’ai recopié 250 dessins de Dragon Ball Z. Naïf, je pensais que les dessins animés tombaient du ciel… Sans soupçonner qu’il y ait tant de métiers derrière. Après mon BAC (ES), j’ai déboulé par un heureux hasard en Arts Appliqués (Mise à Niveau, BTS Communication Visuelle). Mes profs détestaient le manga et m’ont dérouillé (ce qui n’est pas plus mal)…  Grâce à leur ténacité, j’ai lâché mon crayon et découvert l’histoire de l’art, l’expression plastique, les étranges notions d’expressivité et de parti-pris. J’ai aussi testé plein d’outils et de logiciels…

Pour le dessin et la peinture numérique, je me suis perfectionné par moi-même à côté, entre autre grâce à la communauté CFSL.net. Puis durant mon DMA cinéma d’animation, j’ai été débauché par Ankama, un prolifique studio orienté jeux vidéo, édition et dessin animés (célèbre pour ses univers mangaifiants Dofus et Wakfu). J’y ai fais mes premières armes en tant qu’illustrateur…

Quelle est votre façon de procéder lors de la création d’un dessin ?

Cammy, par BengalNtamak : En fonction du contexte, je peux avoir des approches différentes. Si c’est un dessin de commande je tente au maximum d’orienter mon style et ma démarche en fonction de la demande, quitte a tenter un rendu nouveau. Quand je dessine pour moi j’ai très souvent tendance à dessiner sans réfléchir, sans objectif précis, en laissant une grande part à l’aléatoire.

Bengal : Hmmmm… En dehors des boulots de commande, quand je fais une image par envie ou plaisir, ou bien une case de BD comme je la souhaite, je pense principalement au cadrage : qu’est-ce qui cadrerait bien, qu’est-ce qui serait dynamique, quel est le centre d’intérêt de ce que je vais dessiner… Une fois ça en tête, je crobarde le tout, en plaçant quelques lignes et volumes légers, et je fais le dessin clean là-dessus.

Sephiel : Ayant beaucoup de mal avec les décors, l’élément principal de mes illustrations est toujours un ou plusieurs personnages. Donc, en général, je commence un dessin en m’attaquant au personnage avec juste une vague idée de thème et d’ambiance. Au fur et à mesure que je dessine, l’illustration finie se précise dans ma tête.

Je ne suis pas sur que ce soit une bonne méthode, car ça arrive régulièrement que, au cours de l’exécution du dessin, je me rende compte qu’un cadrage différent serait plus approprié, ce qui m’oblige à recommencer une bonne partie du travail. Donc en effet, ça n’est pas une méthode terrible, mais bon, elle marche quand même. ^^

sephy_Rominette_le-village-des-Monolithes_2010SePhyka : Quand je dessine pour moi, je fais n’importe quoi 😀 !

Mais pour un travail de commande, j’ai une démarche traditionnelle de graphiste/illustrateur. Je récolte (ou réclame) le sujet, les contraintes, les références. Puis à partir de là, j’aime mûrir lascivement mon illustration… Je me contente alors de réfléchir, remplir mon carnet d’idées et de gribouillis, de composition, de designs, de posings, etc.

Quand une direction me plaît…  j’attaque le travail de rendu et là tout dépend du style. J’aime explorer plein de registres graphiques différents, avec plus ou moins de réussite à la clé… Donc je n’ai pas de process figé, j’essaie de me renouveler en permanence.

Quels outils utilisez-vous pour la création d’un dessin ?

Ntamak : Forcément j’utilise le crayon pour commencer, il est très rare que je produise une image à 100% virtuellement. J’aime beaucoup l’aquarelle et l’acrylique mais ces dernières années par manque de temps et d’espace je suis plus souvent devant l’ordinateur pour produire des images.

Bengal : Un bon vieux critérium, du papier blanc (de qualité, je suis sélectif sur le papier), scan, Painter 11, et hop, servi chaud !

Sephiel : La plupart du temps la démarche est la même : croquis assez poussé au crayon et encrage au stylo noir, puis colorisation sur ordi. Mais de plus en plus, je m’essaye à d’autres procédés : utilisation de la 3D, croquis et encrage direct sur ordi, etc.

Artbook CFSLSePhyka : 95% du temps, un crayon me suffit pour les recherches et crayonnés, puis je scanne et importe le tout dans Adobe Photoshop ou Flash pour le travail de rendu. Très souvent même j’attaque directement à l’ordinateur. Dans Photoshop, je n’utilise qu’une poignée de brushs parce que je suis un gros flemmard et ça me suffit amplement pour les styles que j’arbore.

Quand j’ai un peu plus de temps ou un grain de folie, j’expérimente et me met en danger : je dégaine les crayons de couleurs, les encres colorées ou l’aquarelle ; je teste des brushs et des textures bizarres ou des logiciels alternatifs comme Sai, Artrage ou Alchemy.

Quels sont les artistes ou œuvres japonais qui vous influencent ou qui vous ont influencé ?

Ntamak : Côté manga, je suis un inconditionnel fan d’Akira Toriyama, Katsuya Terada, Katsuhiro Otomo, Naoki Urasawa, Jirō Taniguchi mais j’en ai beaucoup d’autres. Côté anime je suis en admiration pour les productions du Studio 4C, du Studio Ghibli et du regretté Satoshi Kon

Bengal : Otomo évidemment avec Akira puis Ghost in the Shell de Mamoru Oshii pas longtemps après. Il y a aussi les Ghibli depuis des lustres, les Satoshi Kon, les longs & courts métrages de Koji Morimoto et du studio 4°C. En papier, l’immensissime Hiroaki Samura, la FLAT team (Terada, Okama, Murata, Yumi Tada, etc.) avec leur artbook de fou en 1999, Takeshi Obata depuis lamp-lamp (ndr : Arabian Majin Bokentan Lamp Lamp en 1992) mais surtout avec Hikaru no go et j’en passe.

Ce n’est pas tant mes influences que les claques prises par des œuvres japonaises, mais c’est la meilleure réponse que j’aie !

AkiraSephiel : Le film Akira a été la révélation, sans aucun doute. Je connaissais l’animation japonaise depuis longtemps déjà car j’étais fan des classiques Albator, Goldorak, Dragon Ball, Les Chevaliers du Zodiaque, etc. Mais Akira a été le premier dessin animé que je pouvais montrer aux gens en disant « regarde, le manga, ce n’est pas que pour les gosses ». Ōtomo n’est pas l’auteur japonais qui m’a le plus influencé, mais c’est vraiment celui qui a provoqué le déclic.

Ensuite, une fois que j’ai été contaminé par le virus, le manga qui m’a le plus marqué quand j’étais ado, c’est Bastard!! de Kazushi Hagiwara. Mais aujourd’hui il y a tellement d’auteurs de qualité qui m’inspirent tout les jours que c’est vraiment difficile de choisir. ^^

SePhyka : Petit, j’étais fou de Dragon Ball Z, Goldorak and co et j’ai adoré les OAV de Kenshin (Tsuioku-Hen et Seisouhen). Actuellement, je suis aussi un inconditionnel des réalisations d’Hayao Miyazaki, Satoshi Kon (Paprika), Gainax (Neon Genesis Evangelion, Gurren Lagann) ou encore des Studio 4°C et Madhouse.

Je lis et achète aussi beaucoup beaucoup de mangas papier ; je m’inspire surtout des shōnens classiques (Naruto, One Piece, Kenshin le Vagabond…). J’ai eu ma période shōjo (Ah! my Goddess, I’’s, Love Hina) mais je trouve que ça tourne vite en rond.

Quel est le personnage de manga déjà existant que vous auriez voulu créer ?

Ntamak : Kenji Endo de 20th Century Boys car c’est un super héros des plus ordinaire…

Rally Vincent - Gunsmith Cat'sBengal : Dur. J’ai vraiment une âme de lecteur boulimique, de spectateur, et je ne pense jamais particulièrement à m’approprier ce que je lis. J’aime lire comme on aime poser son pop-corn et mater un film au cinéma sans réfléchir à rien. Mais allez, à brûle-pourpoint, si je devais penser à quelqu’un, je dirais Rally Vincent (Gunsmith Cats) ou peut-être Ryô Narushima (Coq de combat) pour l’incroyable complexité du personnage. Mais un personnage d’action donc, c’est certain.

Sephiel : Je crois que Testuo de Akira est un personnage qui me marquera encore longtemps. Mais je n’aurais pas voulu l’inventer, car je ne crois pas que je l’aurais aussi bien réussi qu’Ōtomo ^^

SePhyka : Oulà heu… Hinata Hyūga (Naruto) car son design est trop cool !^^

Si vous ne deviez sauver qu’un seul et unique dessin d’un énorme incendie… lequel ?

Ntamak :Je crois qu’un ami m’a déjà posé cette question et à l’époque je lui avais répondu que je terminerais mort dans les flammes en cherchant à choisir… Mais si je devais me prêter au jeu de la question je dirais le croquis du mange-temps (ci-dessous, à gauche). C’est un croquis d’après nature que j’ai fait d’un neveu que je rencontrais pour la seconde fois…

La vie fait d’étranges surprises parfois positives et d’autres fois douloureuses. Ce dessin me renvoie à une étape de ma vie ou j’ai appris beaucoup de choses sur moi-même, mes origines et ma famille. De plus, quoi de plus magnifique qu’un enfant qui rêve ?!

Après je suis persuadé que j’aurais mon disque dur externe dans la bouche au moment de sauter par la fenêtre ! Hu hu huuh !

Bengal : mes jouets“, (ci-dessous, au milieu) un dessin que j’avais mis sur mon site d’origine. Un des rares dessins que j’ai faits où il se passe bien plus que je n’avais prévu au départ, ce qui est un sentiment vraiment excitant.

lemangetemps mesjouets makemefly

Sephiel : Ben pour le coup, je me suis déjà posé la question plus d’une fois sans jamais avoir trouvé de réponse. ^^ Chaque dessin, quelle que soit sa qualité, représente quelque chose pour moi, et c’est donc très difficile de choisir. De plus, vu que la quasi-totalité de mes travaux sont sur support numérique, la question ne se pose plus vraiment.

Mais bon, vu qu’il faut donner une réponse, je dirais make me fly (ci-dessus, à droite), un dessin que j’ai fait en 2003 et qui, malgré ses défauts, reste une illustration qui “marche” très bien, je trouve.

SePhyka : Mon disque dur externe. 😀

Pour finir un conseil aux participants de ce concours ?

Ntamak : Exprimez vous librement et faites vous plaisir ! 🙂

Bengal : Prenez votre imagination à deux mains, et essayez d’être original plutôt que chercher à bien dessiner ! L’important, c’est l’histoire derrière le dessin !

Sephiel : Ça a l’air un peu “cucul” de dire ça, mais essayez de vous faire plaisir, c’est le principal.

SePhyka : Implémentez une idée séduisante et/ou une petite touche d’originalité à votre artwork… pour allé au-delà du dessin à pure vocation esthétique. Et puis surtout, amusez-vous !

Merci à vous quatre et rendez-vous le 21 mars pour les gagnants du concours 😉

anime manga aggregator sama Sama It!


≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Journal du Japon
Culture Guu

Agr�gator SAMA Jpop DB

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.

elit. quis commodo Phasellus vel, sit sed ipsum efficitur. mi, adipiscing