Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

The Swordsman : le manhwa chambara ?

The Swordsman tome 1Pendant que plusieurs éditeurs attendent que le seinen devienne l’Eldorado de demain, certains s’essayent à d’autres horizons, légèrement plus à l’Ouest du Pays du Soleil Levant : la Corée, avec ses mythes et ses icônes.

Parmi ces légendes, c’est celle du maître d’armes Baek Dongsu qui est au cœur de The Swordsman, le prochain manhwa du nouvel éditeur Booken Manga, prévu le 17 mars prochain. Via ce titre, les arts martiaux coréens pourront-ils convaincre les amateurs de bushido ou de chambara ?

Once upon a time en Corée du Nord

La Corée, en 1762, 38ème année sous le règne de Young Jo. Le retour du prince héritier Sado à Kyoung Bok, le palais royal, vient de déclencher une violente polémique… Alors qu’il n’est pas censé quitter le palais, pourquoi est-il parti en voyage ?

Le nolon, parti politique du général Gu Seonbok, en profite pour affirmer son pouvoir et accuse le fils du souverain de trahison. Face aux pressions, le roi fait confiance à son fidèle maître d’armes Im Suwong et décide de suivre son plan : il condamne officiellement son fils à mort. Cependant, dans le plus grand secret, il l’exile dans une province reculée du pays.

Mais Gu Seonbok n’est pas dupe et reste sur ses gardes. Il envoie ses guerriers les plus puissants s’assurer de la destinée funeste de l’héritier, qui lui barre la route du pouvoir. Et quand l’un des hommes d’Im Suwong, en charge de l’évasion, décide de se confier au général plutôt que de se sacrifier pour son roi, tout se complique…

Une légende alléchante…

The Swordsman cover-comic champ 2010#15C’est donc dans l’ancienne Corée de l’ère Joseon (1392-1910) que nous entraîne le scénariste Lee Jae-Hon et le dessinateur Hong Ki-Woo avec The Swordsman, un manhwa de l’éditeur coréen Daewon prépublié dans le magazine Comic Champ.

Le premier tome de cette fresque, qui en compte pour l’instant 4 en Corée, plante le décor qui précède la légende de Baek Dongsu, le meilleur épéiste de l’époque, à qui l’on doit l’un des manuels d’arts martiaux les plus célèbres de l’Asie de l’Est.

La mise en place des personnages et des enjeux politiques se fait sans lenteur ni lourdeur, évitant un écueil souvent rencontré dans les œuvres contextuelles. La narration, sans temps mort, est ponctuée de plusieurs scènes d’affrontements qui allègent le récit, tout en mettant en valeur l’art du combat ou, plus simplement, les moments clés de l’histoire.

On apprécie notamment la première scène d’entraînement, qui mêle habilement ingéniosité et humour. On peut juste regretter, pour les néophytes ou les curieux, l’absence d’un petit bonus nous éclairant sur ce contexte historique, plutôt inhabituel pour les lecteurs de mangas.

… qui devra cependant faire ses preuves

Lee Jae-HeonBien que présentant la genèse de son futur héros, The Swordsman se borne pour l’instant à le garder au second plan et décide de se consacrer à son entourage. Difficile, donc, de dire si le légendaire Beak Dongsu possède l’envergure d’un Miyamoto Musashi, comme le suggère Lee Jae-Heon en introduction, ou s’il rejoindra la grande cohorte des anecdotiques maîtres d’armes.

En attendant, on se rabat donc logiquement sur les têtes d’affiches de ce premier volume, à savoir les maîtres d’armes, le fils du roi et leurs ennemis. Malheureusement le chara-design de Hong Ki-Woo ne parvient pas à sortir des stéréotypes. Malgré des couvertures réussies, une grande partie de ces guerriers ont un air de déjà-vu, ôtant une grande partie de leur charisme potentiel.

On reste donc largement en deçà d’un Vagabond et il manque encore à ce titre des protagonistes phares pour égaler un Kyo ou un Kenshin. Pour gagner le cœur des lecteurs, Baek Dongsu ne devra pas surpasser ses aînés uniquement au combat, mais également en intensité et en profondeur.

Armé d’un scénario original et d’une narration dynamique, The Swordsman suscite l’intérêt mais ses personnages devront gagner en charisme afin que le titre soit plus convainquant. Affaire à suivre…

Visuels © 2010 by LEE Jae-heon & HONG Ki-woo, DAEWON C.I. Inc.
anime manga aggregator sama Sama It!


2 Commentaires pour “The Swordsman : le manhwa chambara ?”

  1. Fayounette a dit :

    Non mais enfin comment ça ils sont pas charismatiques les persos ? Ils sont supers bishies pour certains et je dirais que les deux petits ont du potentiel !!! Alalalaaaaaa on voit que les stages chez Fayounettes se raréfient ^^’

  2. ramza a dit :

    ^^

    C’est sans doute parce que le bishi m’amuse, mais faut pas déconner non plus, ça fait pas tout !

    En fait j’ai des impressions de déjà vus, graphiquement surtout, et pour l’instant ne sont pas tous convaincants. Mais y a du potentiel, comme je l’ai précisé. Wait and see

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Plumes, le collectif j-blogueur
Culture Guu

Paperblog http://www.wikio.fr

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.