Paoru.fr


J-Music

Oui, vous pouvez vous trémoussez comme Hyde, ou tout simplement balancer la tête, c'est permis ici !

[JE 11] : Ai Takekawa, la cadette du JE Live House

Ai Takekawa Avant une petite pause ce weekend et le retour de l’Oricon pour deux journées entièrement consacrée à la J-Music, je voulais finir cette première partie consacrée au JE par une jeune femme, charmante qui plus est, que j’ai pu découvrir lors de l’une des interviews de ce Japon Expo 2010 : Ai Takekawa.

Chanteuse, auteure et compositrice, Ai Takekawa a tout juste 21 ans. Prolifique, elle a déjà 70 morceaux originaux à son actif, et plusieurs concerts donnés à Tokyo. Son premier single, I Will, est sorti en novembre dernier et elle prépare un premier album chez sa maison de disque, Avex. Elle a été choisie pour chanter un générique de fin de l’anime Inuyasha Kanketsu-hen, qui est son deuxième single sorti le 3 mars, Tooi Michi No Saki De. Elle apparaît également à la télévision japonaise dans l’émission J-MELO sur la NHK, et passe à la radio depuis avril. Ainsi se termine la présentation de l’artiste par ses éditeurs, même si je me suis permis de résumer et d’enlever les qualificatifs redondants comme “Cette nouvelle star” ou d’autres “Incroyable talent malgré son jeune âge“, qui constitue la propagande habituelle.

L’occasion m’a été donné d’en savoir plus, et j’ai rencontré cette demoiselle belle à croquer… Kawai même, mais dans le sens originel du terme, sans le galvaudage qu’il subit par son utilisation massive par le jeunesse écervelée. Sa première venue en France fut l’occasion de parler de ses débuts dans le monde de la musique, de sa façon de travailler, mais aussi de son concert au JE Live House, qui venait de s’achever quelques heures auparavant…

Ai Takekawa, en liveBonjour mademoiselle Takekawa. En début d’après-midi, vous avez effectué votre premier showcase en France, quelles sont vos impressions ?

Avant de commencer, j’étais assez angoissée. Mais en arrivant sur scène, j’ai pu entendre la voix et l’enthousiasme du public, et ça m’a détendue aussitôt.

Et ensuite ?

Le concert s’est bien passé globalement, sauf au moment où j’ai failli tomber de ma chaise !

C’est vrai que vous vous êtes fait peur…

(Un peu honteuse) Vous étiez là ?

Oui, nous avons même eu l’occasion de vous prendre en photo !

Ah ce n’est pas gentil ça ! (rires)

Vous avez déjà fait plusieurs concerts au Japon, celui de cette après-midi était-il différent ?

Ai Takekawa, en liveJ’ai ressenti une véritable union avec le public français, alors qu’il ne me connait pas tellement. C’est un public très accueillant !

Avant votre arrivée chez Avex, vous aviez déjà de nombreux morceaux et concerts à votre actif… Quand avez-vous fait vos débuts musicaux ?

J’ai commencé la musique à la fin du collège. Ensuite j’ai fait des concerts dans de nombreuses Live House. Et puis un jour le producteur d’Avex, qui est le mien aujourd’hui, est venu me voir. Je pense qu’il s’est rendu compte que j’aimais bien la scène, et ça lui a donné envie de travailler avec moi.

Et qu’est-ce qui vous a convaincu, vous, de travailler chez Avex, plutôt qu’avec d’autres maisons de disque ?

Avex produit des artistes Pop-Dance, un registre qui me plait bien. Ma musique est assez différente, mais j’ai été plutôt impressionnée et touchée lorsqu’ils m’ont proposé de signer chez eux. Et comme j’apprécie ce qu’ils font, j’ai accepté.

Malgré votre jeune âge, vous avez déjà écrit de nombreux morceaux. Qu’est-ce qui vous inspire ?

Rencontrer des gens, tout simplement (rire de mademoiselle Takekawa, un peu gênée de sa réponse simpliste)

Quels sont voSpitzs artistes de référence ?

Dans les artistes internationaux je citerais Sheryl Crow et Diane Birch. Pour le Japon, il y a Spitz. Ces artistes sont un peu la base de ma musique.

Comme vous avez déjà écrit de nombreux morceaux, comment sont choisis ceux figurant dans vos singles ?

Pour mon premier single, I Will, j’y ai beaucoup réfléchi, c’était très important pour moi de choisir un bon morceau. Mais il n’y a pas forcément de raison particulière, c’est une question de timing. Je les choisis en fonction de mon humeur du moment.

Cela fait maintenant plus d’un an que vous travaillez chez Avex… Quels en sont les avantages et les contraintes ?

Avex trax LogoAvex occupe une grande place dans le marché de la musique nippone, ce qui me donne un bon potentiel. Cela m’ouvre aussi des portes et je rencontre des gens très intéressants, qui sont une source d’inspiration supplémentaire.

Du coté des aspects négatifs… (elle réfléchit) Je n’en ai pas vraiment à vous citer, à part peut-être l’étiquette Pop Dance que l’on me colle parce que je suis chez Avex, et que je n’ai pas encore défini clairement mon style musical. Donc, parfois, je dois expliquer en quoi consiste ma musique pour éviter les amalgames. Mais cela ne me gène pas vraiment, donc on ne peut parler d’inconvénient.

Votre dernier morceau, Tooi Moochi no Saki, est assez différent de vos autres titres, qui mettent en avant vos instruments fétiches (guitare et piano). Pourquoi ce changement de style ?

En fait j’ai écrit cette chanson en regardant l’anime de Inuyasha, donc c’est normal que ce soit différent.

Tooi michi no saki dePeut-on envisager un jour une sortie en Europe de vos titres ?

Mademoiselle Takekawa pointe alors du doigt son single en version japonaise, qu’elle nous a offert en début d’entrevue, et ajoute avec humour :

Mais oui on peut tout à fait l’envisager ! La preuve, vous l’avez maintenant ! (rires)

Et sinon, sachez également que mes titres sont disponibles sur iTunes.

En dehors de votre travail de compositrice interprète, vous êtes également co-présentatrice de l’émission J-MELO, et animatrice radio. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces deux activités ?

À la radio, je me contente essentiellement de parler, donc c’est assez éloigné de ma musique. Pour J-MELO, qui est une émission destinée à l’étranger, je présente des artistes japonais au monde entier. J’ai donc un message à transmettre, à des gens de différentes cultures, et je dois y réfléchir soigneusement avant chaque émission. C’est encore plus complexe que de monter sur scène.

Ai TakekawaAvec autant d’activités, vous devez avoir un emploi du temps bien chargé, à quoi ressemble une journée d’Ai Takekawa ?

En fait j’évite de m’éparpiller et chaque fois que je fais quelque chose, je m’y consacre entièrement. Par exemple si je dois travailler, je le fais toute la journée et une fois que c’est fini, je mets tout de côté, et je me consacre entièrement à ce que j’aime. Et ce que j’aime c’est écrire, des textes ou de la musique.

Parlons d’autre chose que du travail… Est-ce que vous avez eu le temps de découvrir Paris et quels sont vos premières impressions ?

J’ai pu visiter Paris hier. Je suis allée au Musée d’Orsay et j’ai été vraiment impressionnée par ses tableaux et le musée en lui-même. Plus globalement, je trouve que la ville de Paris possède une ambiance, comment dire, très posée, calme… même s’il y a du bruit. En comparaison, Tokyo est une ville beaucoup plus agitée. À Paris on entend le bruit, mais on le voit moins, en quelque sorte. Paris est moins agressif, on peut davantage « écouter » la ville.

Notre interview se rapproche de la fin… Qu’est-ce que l’on peut vous souhaiter pour l’avenir ?

Comme je le disais tout à l’heure, j’aime la scène. Et mon souhait serait de pouvoir chanter dans le monde entier, dans le plus grand nombre de pays possible. Pour cela j’espère poAi Takekawa, toujours prompte à sourire ou rire !uvoir composer une musique la plus universelle possible.

J’aime aussi utiliser des nouveaux moyens de communication, comme MySpace, qui me permet de recueillir rapidement les avis, dès que je mets un nouveau titre en ligne. Je souhaiterais continuer et intensifier ce genre de contact.

Un message pour les fans français ?

Comme je l’ai dit, pour un premier concert, j’ai trouvé le public très chaleureux et j’ai pu communiquer un peu avec lui… Je le remercie pour tout ça et j’espère revenir en France pour d’autres concerts.

Plusieurs personnes dans le public ont d’ailleurs trouvé que vous aviez un bon français…

Ai Takekawa est surprise et répond, en français : Ah bon ? (rires) Merci beaucoup !

Merci à Ai Takekawa pour son sourire et sa fraicheur !

Et pour finir, comme d’habitude, voici un diaporama de photos, entièrement réalisé par Talset, le talentueux photographe de Total Manga !


anime manga aggregator sama Sama It!


2 Commentaires pour “[JE 11] : Ai Takekawa, la cadette du JE Live House”

  1. Les tweets qui mentionnent [JE 11] : Ai Takekawa, la cadette du JE Live House | Paoru.fr: PLUME, KWEEH & ROCK'N ROLL ! -- Topsy.com a dit :

    […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Nunya et Aiku Radio, Paul Ozouf. Paul Ozouf a dit: Rencontre avec la charmante chanteuse Ai Takekawa, au Japan Expo 2010 http://fb.me/Dgj7DPRO […]

  2. Oricon semaine 40 : parfois, il faut tenter de nouveaux trucs… | Paoru.fr: PLUME, KWEEH & ROCK'N ROLL ! a dit :

    […] trouve être le groupe préféré de la mignonne Ai Takekawa, que j’ai comme vous le savez eu la chance de rencontrer lors de la dernière JE. Spitz est un groupe qui a de la bouteille, et un public constitué à travers les années, […]

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Journal du Japon
Culture Guu

Agr�gator SAMA Jpop DB

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.