Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Le shonen : plus c’est long… moins c’est bon ? (Part 1 – Bleach)

Parmi les différents genres du manga, le shônen est le seul possédant autant d’œuvres longues, voir très longues, se déroulant parfois sur plus d’une décennie. Cette longévité est due à un succès qui perdure, mais on observe un phénomène étrange et contraire, qui découle souvent de cet enchaînement ininterrompu de tomes.Je m’explique…

Lorsqu’une œuvre dépasse les dix tomes, son auteur peut y voir une marque d’approbation de son public. Au delà de 20, on parle alors de succès populaire indéniable. Alors que le trentième devrait être, logiquement, celui de la consécration, il est aussi celui qui s’accompagne des premières critiques, parfois très vives, notamment des fans de la première heure.

J’ai donc voulu passer au banc d’essai ces shônen version longue, pour savoir ce qu’il en était, en mettant à jour mes lectures avec 2 Bleach, 4 Naruto, 1 One Piece et 1 D-Gray Man. Durant les prochaines semaines, à travers 4 chroniques, j’essaierai donc de répondre à cette fameuse question… Le shônen : plus c’est long, moins c’est bon ?

Bleach – Tome 35 & 36 : L’espoir d’un mieux ?

Depuis de nombreux mois, la lecture d’un tome de Bleach ne suscitait plus en moi qu’un dixième de l’intérêt éprouvé lors de la découverte de cette série. Une surenchère systématique de pouvoirs et de personnages trop éphémères ont dilué une œuvre dont l’auteur, Tite Kubo, semble s’être égaré. Les éditeurs japonais rompus à l’exercice de l’écartèlement scénaristique pour les titres bankable y sont sans doute pour quelque chose.

Heureusement Bleach possède des bases solides, et quelques personnages qui le sont tout autant. Faire d’anciens ennemis de nouveaux compagnons de bataille, avec les chefs de divisions du Sereitei, est une ficelle scénaristique qui a déjà fait ses preuves. Mais si les protagonistes sont mal choisis, cette rallonge devient alors flagrante, et se transforme rapidement en aveu d’impuissance créative.

Surtout que depuis quelques temps, le syndrome du plombier moustachu semble frapper les héros de la série. Ichigo-mario, Ishida-Luigi et Sado-Toad (si si, le bonnet champignon lui va à ravir ) n’en finissent plus de venir au secours à Orohime-Peachversion-bonnet-E. L’arrivée d’emblèmes du coté obscur comme Byakuya, Mayuri et Kenpachi est donc un agréable changement,  et signe le retour de vrais guerriers entièrement tournés vers le combat, plutôt que des ersatz de justiciers ultra-stéréotypés qui veulent sauver la veuve, l’orphelin et le chien handicapé de la voisine… avec sa gamelle si possible.

Le tome 35, Higher than the moon, débute donc sur le maléfique et méprisant Mayuri, aussi détestable qu’imprévisible, qui achève son ennemi avec l’un des sort original dont il a le secret. Entre ensuite en lice une des brutes épaisses les plus séduisantes du genre : Kenpachi Zaraki. D’une animalité peu commune, cette homme ne vit que pour le combat et rayonne à chaque adversaire de taille. A la limite de la folie mais d’une puissance peu commune, il semble en avoir encore sous la semelle et n’a sans doute pas fini de nous surprendre.

Après tous ces combats le tome 36, Turn back the Penulum, entame un flashback qui promet d’être prolifique en révélations. Tite Kubo semble donc prêt à nous expliquer l’origine du mal et la mise en place de la machination d’Aizen. Il reste cependant à espérer qu’après ces révélations, l’auteur saura nous fournir le bouquet final que sa série mérite, sous peine de la perdre dans les méandres du stéréotype et de l’ennui…

Espérons donc !

anime manga aggregator sama Sama It!


7 Commentaires pour “Le shonen : plus c’est long… moins c’est bon ? (Part 1 – Bleach)”

  1. Tetho a dit :

    >Parmi les différents genres du manga, le shônen est le seul possédant autant
    >d’œuvres longues, voir très longues, se déroulant parfois sur plus d’une décennie.
    (passons sur l’abus de langage qu’est ce “genre”, ce n’est pas le sujet)
    Le seinen a bien plus de série s’étallant sur des années, le rythme de parution mensuel des mangashi aidant, mais c’est moins visible dans les bibliothèques parce que justement avec 1 chapitre par mois le nombre de volumes est moins élevé. Il est bien plus aisé de citer des seinen publiés depuis plus de 10 voir 20 ans que des shônens.

  2. Jack a dit :

    Apparemment tu ne suis pas la parution Japonaise via les scans. Ce que je peux te dire sans te spoiler, c’est que jusqu’à la fin de “Turn Back The Pendulum” Bleach reste sympa, mais après… c’est simple, je suis toujours la série pour voir comment ça va évoluer et surtout se finir, mais honnêtement ça part grave en sucettes. On a vraiment l’impression que l’auteur s’est perdu en chemin et ne sait plus quoi inventer pour relancer sa série, et pour tout te dire, la surpuissance et mégalomanie d’Aizen commence sérieusement à me gonfler ;). Et pour Naruto c’est à peu près la même chose, sauf que là il est légèrement en train de redresser la barre.

  3. Food-chain a dit :

    Pourquoi parler ausis des auteur n’ayant fait réelement que 1 manga shonen dans leur vie, je pense que Nobuyuki Anzai avec Flame of recca ( 33 tomes si je me trompe pas) et MAR est bien placer sinon Hiro Mashima présent à JE avec RAVE à dépasser les 30 tomes et en fait un nouveau bien long avec Fairy Tale, sinon Yoshihiro Togashi car bon Yuyu Hakusho et Hunter X hunter dans les shonen c’est des bon.

  4. ramza a dit :

    Tetho > Pour le terme “genre”, je parle de genre littéraire, une notion de type catégoriel qui permet de classer des productions littéraires en prenant en compte des aspects de forme, de contenu et bien sur de registre. Pour me rectifier, c’est que ça a du te faire tiquer, donc qu’est-ce qui t’a dérangé ?

    Sinon, pour le fond de ta remarque… c’est vrai que les seinen aussi s’étalent sur le temps, mais je parlais du nombre de volumes, de quantité produite, en temps réduit… c’est d’ailleurs là le nœud du problème. En plus comparer un tankobon fait en 3 mois d’un autre fait en 1 an ou plus, ça n’a pas grand intérêt. Cette base étant posée, si je regarde mes étagères, je citerai pèle-mêle Naruto, One Piece, Dragon Ball, Kyo, Bleach, Slam Dunk, Racailles Blues, City Hunter, 3*3 eyes, Detective Conan, Kenshin, Saint Seya, Eyes Shield, Captain Tsubasa, Touch, etc, etc… En seinen j’ai Vagabond, Bastard, et Angel Heart qui dépassent les vingt volumes. Il y en a d’autres – certes – mais ce n’est en rien comparable. Bon je précise que je ne différencie pas le Young-Seinen, car il n’existe pas en tant que catégorie (ou genre 😉 ) sur le marché Français. Enfin, comme je l’explique plus bas, je m’intéresse au marche Français pour cet article, car c’est en son sein que j’entends ce débat depuis quelques années.

    Tiens d’ailleurs, vu que tu connais un peu le marché du seinen nippon (un domaine où j’ai clairement plus d’écueil), quels en sont les blockbusters actuels ? S’agit-il de titres court justement ou de ceux qui durent depuis des décennies ?

    Jack > Je ne lis pas de scantrad (mais je prépare un article là dessus eu égard à l’actu récente, tu pourras donner ton avis ^w^). Comme je gagne ma vie, je peux me permettre d’acheter les mangas. Et comme je lis de tout, et que j’en ai longtemps reçu des éditeurs, j’ai plutôt trop de choses à lire que pas assez, donc forcément le scantrad… a pas le temps ou le besoin. Mais je m’égare. Pour Bleach j’ai voulu rester optimiste mais effectivement Aizen semble tellement puissant qu’il me parait difficilement possible d’en revenir à bout sans passer une fois de plus par la sempiternelle “phase d’entrainement”… et franchement Kubo nous les a déjà servi à toutes les sauces. J’ai l’impression que Bleach fait parti des victimes co-latérales du manque de renouvellement des vaches à lait ces dernières années. Il y a bien Soul Eater et Fairy Tail, mais visiblement ça ne suffit pas.

    Pour Naruto… comme toi je pense que c’est différent, mais c’est visible même sans aller dans les tous derniers chapitres “scantradés”. Mais je vous parlerais des volumes 44 à 48 la semaine prochaine, ce sera l’occasion de relancer le débat !

  5. ramza a dit :

    Food > En fait je ne parle pas de tout les shônen versions longues… sinon je n’en finirai pas. Je me contente des derniers que j’ai lu. Pour Togashi, Yuyu est trop ancien. Cela dit, je pourrais parler de HxH que j’aime beaucoup, et le prochain tome sort en juillet.

    *Petit instant de réflexion*

    Il sera à part car il n’a pas le même de parution, mais rien n’empêche de la chroniquer de toute façon. Donc je le rajoute à la liste… bonne idée Food !

  6. Le shônen plus c’est long… moins c’est bon ? (Part 2 – Naruto) | Paoru.fr: PLUME, KWEEH & ROCK'N ROLL ! a dit :

    […] deux tomes de Bleach il y a une dizaine de jour, je continue d’étudier le rapport entre la longueur d’un shônen et la conservation de […]

  7. Le shônen plus c’est long… moins c’est bon ? (Part 3/3 – One Piece) | Paoru.fr: PLUME, KWEEH & ROCK'N ROLL ! a dit :

    […] avoir déploré les histoires à rallonge de Bleach et apprécié globalement Naruto, je pense qu’il est temps de finir cet article, lui aussi  […]

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Plumes, le collectif j-blogueur
Culture Guu

Agr�gator SAMA Jpop DB

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.