Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Kamichu : quelques grammes de manga dans un monde de brutes…

  • Sumo

Cela faisait quelques temps que je n’avais pas proposé un article sur le blog… et je n’avais pas encore fait la critique d’un manga non plus, alors que j’en lit par quintaux à longueur d’année.

Aujourd’hui un petit coup de cœur qui vient des Éditions Ki-oon : Kamichu, de Besame Mucho (créateur) et Hanaharu Naruko (mangaka). Attention aux lecteurs virils et débordants de testostérone, cet article est hautement dosé en choupinouttitude ! (On vous auras prévenu…)

Le charme d’un manga est une chose parfois bien difficile à définir. Un trait qui séduit le regard, des personnages candides et attachants, un zeste de folie et une bonne dose d’humour valent bien les scénarios les plus élaborés et les techniques de combats les plus destructrices.

Kamichu !, dont le second et dernier tome sort aujourd’hui, fait partie de ces mangas qui réussissent à nous embarquer dans une petite bulle hors du temps, à travers des valeurs simples et positives… Que du bonheur en somme.

Faites une pause, prenez un Kamichu !

Kamichu !, l’adaptation papier de l’anime homonyme, c’est l’histoire simplissime d’une jeune collégienne, Yurie Hitotsubachi, qui se réveille un beau matin avec une révélation : elle est devenue une Déesse ! Sans crier gare, à l’image d’un gagnant du Loto qui n’aurait jamais acheté de billet, Yurie se retrouve à la tête de pouvoirs colossaux, et estampillée petite nouvelle par la communauté divine !

Mais ce qui pourrait être le début d’une histoire de super-pouvoirs et de combats pour la sauvegarde de l’humanité prend dès le départ une toute autre tournure. Après un imposant typhon qui fait la preuve accidentelle de son état de Déesse, c’est en lecteur intrigué que l’on constate une banalisation de ce nouveau statut par les villageois…

Pour nous Occidentaux, majoritairement monothéistes et souvent en conflits avec notre religion, l’omniprésence et la diversité des Dieux au Japon est plus qu’inhabituelle. Pourtant lorsque Besame Mucho (créateur) et Hanaharu Naruko (mangaka) extrapolent ce panthéon jusqu’à créer des divinités du LaserDisc ou du Rubik’s Cube, le lecteur est envoûté par cet univers un brin fou, et accepte rapidement de jouer le jeu.

En réalité, ce tour de main doit énormément à la simplicité du récit et à l’humilité des personnages. Les préoccupations de Yurie et de ses deux amies, Mitsue et Matsuri, sont effectivement à mille lieux des destinées héroïques souvent accolées à ce genre de pouvoirs.

Après tout, pour peu que l’on ne maîtrise absolument pas ses nouvelles facultés, que peut bien apporter le fait d’être une Déesse à notre vie de tous les jours ? Arrivera-t-on moins en retard en cours ? Pourra-t-on enfin réussir un gâteau au chocolat ? Cela permettra-t-il au temple shintoïste de la ville de renflouer ses caisses ? Et, enfin, sera-t-il plus facile de prendre son courage à deux mains pour avouer ses sentiments au garçon de ses rêves ?

Kamichu ! est donc emprunt d’une “divine” folie douce, mais raconte avant tout la vie et les petites galères d’une collégienne et de ses amies. Le scénario est simple et présente l’existence folklorique d’une fille somme toute comme tout le monde. La comparaison entre pouvoirs incontrôlés et sentiments peu maîtrisés ne gagnera pas un prix d’originalité – certes – mais elle est faite avec talent.

Kamichu !… What else?

Ce thème est également accompagné d’un humour qui fait mouche, grâce à la maîtrise de l’expression graphique des sentiments, et par le biais d’une humanisation réussie des divinités. On retrouve par exemple Tama, le chat de Yurie, qui est possédé par le Dieu de la Pauvreté, une divinité bien malheureuse de son statut, logique mais cruel, de pestiféré. Les lectrices adhérant au dogme “tout ce qui est petit est mignon” seront également séduites par les trois représentants de l’Association des Dieux, le trio 100% folklore de cette histoire.

Enfin Kamichu ! fait référence à d’autres classiques du genre comme Ah ! My Goddess, sans le coté interminable ou onéreux d’une telle série, ou Totoro, la vie et les tourments de l’adolescence en plus.

Ce manga des éditions Ki-oon n’est certainement pas un titre qui chamboulera les codes du manga, mais peu importe. Il n’a d’autre prétention que de nous faire passer un bon moment… Et il y réussit. Que demander de plus ?

anime manga aggregator sama Sama It!


Un commentaire pour “Kamichu : quelques grammes de manga dans un monde de brutes…”

  1. Les tweets qui mentionnent Kamichu : quelques grammes de manga dans un monde de brutes… | Paoru.fr: PLUME, KWEEH & ROCK'N ROLL ! -- Topsy.com a dit :

    […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Paul Ozouf. Paul Ozouf a dit: Kamichu : quelques grammes de manga dans un monde de brutes…https://www.paoru.fr/?p=1287 […]

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Plumes, le collectif j-blogueur
Culture Guu

Paperblog http://www.wikio.fr

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2019.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.

luctus ipsum porta. leo. ut massa justo nunc venenatis consectetur commodo