Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Prophecy : tweeter n’est pas tuer… Quoique !

Prophecy

Impossible de passer à coté. Affiches dans le métro, publicité partout sur la toile, invitation de l’auteur à Japan Expo, tournée de dédicaces dans l’hexagone, articles Animeland à profusion, et bien sur un concours sur ce blogTetsuya Tsutsui et son nouveau manga, Prophecy, sont là et bien là depuis la semaine dernière dans nos librairies préférées, aux éditions Ki-oon.

Mais le marketing n’a jamais fait le talent donc on peut forcément se demander : retour réussi ? C’est la question de l’article d’aujourd’hui avec un décorticage en règle de ce premier tome.

Allez on ne perd pas de temps, en route et bonne lecture !

Tokyo, Japon, de nos jours…

Le gouvernement japonais vient de mettre sur pied le département anti-cyber criminalité et s’engage dans une lutte sans merci contre les fléaux qui gangrènent la toile. Mais le lieutenant Erika Yoshino, en charge de cette nouvelle faction, n’est pas au bout de ses surprises… Il y a en effet bien plus grave que de simples abus de droit d’auteur et recel de jeux vidéo… Il y a paperboy.

Ce mystérieux personnage dont la tête est masqué par une feuille de journal, poste des vidéos sur You Tube où il annonce le pire : incendie, meurtre, torture…. Devant les internautes il proclame ses condamnations et semble décider à faire justice lui-même. Le problème c’est que toutes ses prophéties se réalisent et le département anti-criminalité ne parvient pas à stopper cet engrenage sanglant !

Mais qui est donc paperboy ? Qui se cache derrière ce vengeur qui prétend remettre les compteurs de cette société pourrie à zéro ? Est-il seul et comment l’arrêter alors qu’il devient de plus en plus populaire ?

Prophecy1_PLANCHE7

La traque sera longue et sans pitié… Et elle ne fait que commencer !

Meutres, papier, réseaux !

ProphecyVoilà un certain temps qu’on l’attendait ce nouvel opus !  Cela fait effectivement 5 ans que l’auteur de Manhole ne nous avait pas donné de nouvelle et même Ahmed Agne, le co-fondateur de Ki-oon, attendait avec impatience de découvrir ce nouveau récit ! C’est chose faite avec Prophecy, annoncé comme la première longue série de l’auteur, même si un seul tome a été publié au Japon comme en France pour l’instant.

Ce titre signe un virage important pour l’auteur puisqu’il n’est désormais plus publié chez Square Enix mais chez le célèbre mastodonte Shueisha, dans le magazine Jump Kai pour être plus précis. Ce basculement éditorial chez le leader du manga a-t-il changé quelque chose au travail de Tsutsui ? Pour l’instant, rien de flagrant, car on retrouve dans Prophecy tout l’univers, l’ambiance et les thématiques propre au mangaka : un seinen très sombre axé sur une vengeance meurtrière et un regard extrêmement critique sur la société, en se jouant de ses failles, de ses folies et de ses contradictions.

Après le jeu vidéo de Reset et Duds Hunt, Tsutsui place internet et les réseaux sociaux en plein cœur de son intrigue. Twitter et You Tube sont les étendards de cette modernité, secondés par Wikipedia, 2chan, les anonymous et quelques publicités à peine dissimulées pour la marque à la pomme.

Dans cette équation riche de variables, on retrouve aussi une violence omniprésente, qu’elle se manifeste dans les sujets abordés (humiliation, sévices, mort) ou plus directement dans les actes : meurtres à coup de batte ou avec le tranchant d’une pelle sont les premiers exemples d’une série qui va sans doute se rallonger dans les prochains volumes. Tsutsui ne cherche pas à faire mourir proprement ou gentiment et penche vers la brutalité d’un John Doe, du film Seven : chaque coupable sera en effet puni par là où il a péché et subira une loi du talion sans merci.

Durant ces 218 premières pages on découvre donc une histoire complexe, mature et maîtrisée, où on ne s’ennuie pas le moins du monde. Le scénario est ambitieux et intelligent – murement réfléchi en tout cas – et on écoute avec intérêt le cliquetis des rouages scénaristiques. Une intelligence de polar qui laisse place aux ficelles plus palpitantes du thriller lors des traques de paperboy, minutées et pleine de tension.

Coté visuel, le graphisme est mis au service de l’immersion. Il est donc volontairement réaliste avec quelques détails qui font mouche comme certains objets ou certains lieux qui nous paraissent familier… Il plonge ainsi le lecteur dans un Japon contemporain et reconnaissable. De plus, en dehors de quelques moments intenses où le trait se remarque, le visuel s’efface la majorité du temps avec des couleurs ternes (des niveaux de gris et des trames basiques sans jamais, quasiment, de noir) et un chara-design fin et passe partout (tel qu’il a toujours été chez Tsutsui d’ailleurs).

Les gros plan et plans moyens sont généralement plus épurés et centrés sur les protagonistes… Le mangaka utilise alors le regard de ses personnages pour faire passer un très large panel de réactions, de sentiments ou d’émotions. Ce sont les yeux qui parlent bien souvent.

Prophecy1-PLANCHE6

Vous connaissez donc maintenant les principaux ingrédients du dernier Tsutsui mais cette preview resterait superficielle si je ne soulevais pas une question : Prophecy ne serait-il pas un manga polémique ? Débattons-en pour finir…

Du choix scénaristique au règlement de compte…

En ancrant son histoire dans une réalité à portée de tweet, Tetsuya Tsutsui fait des choix scénaristiques qui sonnent comme une vision personnelle de la société. Les choix des « gentils et des méchants » définit dans Prophecy une vision du bien et du mal qui est suffisamment tranchée pour susciter autant d’amateurs que de détracteurs.

Premier chapitre, premier exemple : un geek se fait arrêter pour recel de jeux vidéos et abus du droit d’auteur… Voilà une situation qui fait forcément écho aux récentes arrestations de scantradeurs nippons. Tsutsui prend alors position en montrant un scantradeur gros, moche, imbus de sa e-personne, d’une mauvaise foi pathétique… Un chapitre qui règle très nettement la question.

Prophecy

Par la suite, l’auteur va effectuer d’autres caricatures plus ou moins prononcées qui s’accumulent : les patrons sont des salopards égocentriques et bedonnants, les policiers de base des incompétents, les journalistes des concierges un peu médisantes et que dire, surtout, du public de masse qui suit paperboy ?

En effet, les premiers fans du meurtrier ressemblent à une horde de hyènes socialement nécrophages et ils se laissent totalement manipuler par un justicier auto-proclamé. Ce dernier, poussé à bout par une société détestable – écœurante même – n’a pas d’autre choix que d’endosser son masque pour rétablir la justice. On se surprendrai presque à l’encourager. Pourtant beaucoup plus noir qu’un Robin des bois et aussi violent qu’un Batman, paperboy est un « héros » dont la radicalité et la toute puissance fascinent.

Pour revenir à l’exemple de Seven cité plus haut… Quand Prophecy décide de laisser autant la parole au meurtrier qu’à ses poursuivants et au vu du résultat très ambigu sur l’empathie que génère paperboy,  aurions nous pu aimer et / ou soutenir le tueur aux 7 péchés capitaux si David Fincher avait décidé de nous faire suivre son parcours plutôt que celui de Brad Pitt ?

Ainsi que penser d’un serial killer, rebus de la société, qui prend sa revanche sur elle en utilisant ses propres méthodes, qui s’en sert à la fois comme némésis ET comme bouclier ? Vaut-il mieux qu’elle, au dessus du commun des mortels, ou n’en est-il qu’un abject rejeton, tout juste plus intelligent que la moyenne ? Est-ce que Tetsuya Tsutsui en fera un justicier pour victimes larmoyantes amatrices de populisme facile ou trouvera-t-il les tremplins narratifs et scénaristiques pour que son héros s’élève au dessus de la web-plèbe ?

Prophecy

Si Prophecy reste – heureusement ! – une fiction, elle envoie dans son premier tome énormément de messages qui poussent à la réflexion et posent des questions très intéressantes. On a hâte d’avoir des éléments de réponses… Voici en tout cas un titre à suivre, rendez-vous en décembre pour la suite !

Fiche Technique

ProphecyTitre : PROPHECY

Auteur : Tetsuya Tsutsui

Date de parution : 28 juin 2012

Éditeurs fr/jp : Ki-oon / Shueisha

Nombre de pages : 224

Prix de vente : 7.90 €

Nombre de volumes fr / jp : 1 / 1

Visuels © Tetsuya Tsutsui / Ki-oon

Retrouvez toutes les chroniques du chocobo sur l’index du blog.

A lire également


anime manga aggregator sama Sama It!


4 Commentaires pour “Prophecy : tweeter n’est pas tuer… Quoique !”

  1. 7 jours, 7 blogs | Vies Nippones a dit :

    […] Paoru.fr- Prophecy […]

  2. Taikawa a dit :

    Je viens enfin de lire l’article et globalement, je suis d’accord avec toi. Tetsuya Tsutsui était déjà mon mangaka préféré avec ses trois précédentes séries mais avec Prophecy, le niveau est encore plus haut ! Ce qui me plait le plus dans Prophecy, c’est le réalisme qui s’en dégage. Beaucoup de situations illustrés sont réelles. Paperboy à également une vision de la « Justice » très proche de la mienne. N’appelez pas la police, je ne passerais pas à l’acte moi >.< Le scénario est en béton et le dessin est supérieur à ces anciennes séries. Ce que je pouvais reprocher aux anciennes séries de Tsutsui, le manque de profondeur dans ses héros à complètement disparu. Désormais, le héros de Prophecy voit sa mentalité développée dans les pages du manga. A mes yeux, c'est un incontournable. Jamais un premier tome d'une série ne m'a autant plus. J'attends avec une grande impatience la suite (Qui va se faire attendre je pense). Merci Ki-oon de croire en ce mangaka et surtout, de lui avoir proposé un tel projet. C'est assez dingue de voir ça vu que au Japon, ses projets étaient refusés, mais dès qu'il à travaillé avec Ki-oon, les éditeurs japonais veulent l'éditer. Espérons qu'à l'avenir, de telles collaboration de qualité soit de nouveau faite.

  3. ramza a dit :

    Pour le second tome, j’ai souvenir que ce sera pour le mois de décembre, il faut donc s’armer de patience !

  4. Taikawa a dit :

    Si c’est vraiment en décembre, c’est très bien comme ça. Je m’attendais plus à un rythme de parution entre 9 et 12 mois.

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Journal du Japon
Le blog de gally

Paperblog http://www.wikio.fr

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2016.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.