Paoru.fr


Manga & Japanimation

Adachi, Yukimura, Inoué, Morita et les autres, le dernier Bones ou un opening fandard, c'est ici !

Manga : première analyse du marché français pour 2011

Après avoir passé en revue les meilleures ventes de manga au Japon puis fait un retour sur les lectures de 2011, voici maintenant le moment de tirer le premier bilan pour le marché français. On attend encore les premiers chiffres de ventes à l’heure actuelle mais le rapport de l’ACBD 2011 de Gilles Ratier, basé sur la publication et la production des éditeurs, est disponible depuis quelques semaines. Combiné avec quelques recherches sur les planning éditoriaux de 2011, on peut déjà commencer à dresser la physionomie du marché pour l’exercice 2011. Vous pouvez aussi jeter un œil, en préambule, à l’analyse complète du bilan 2010. Installez-vous confortablement, c’est parti !

Publications : un marché globalement stable… Globalement.

En 2011, 1520 nouveaux mangas sont parus en France, contre 1522 l’an passé, soit une variation quasi-nulle. Un total qui nous place à environ 29 sorties par semaine. Avec 3841 BD au sens large publiés en France cette année (3811 en 2010), la part du manga reste relativement stable et représente 39.6% des nouveautés (- 0,4% par rapport à 2010). Il reste donc assez proche de la bande dessinée Franco-Belge (environ 50%) et loin devant le comics (8 % ).

Évolution de la publication Part de publications

Cela fait maintenant 6 ans que le marché du manga fluctue autour de 1400-1500 exemplaires et 7 ans qu’il dépasse ou frôle les 40% de part de nouveautés. Et pourtant on ne peut pas dire que les médias « grand public » lui réserve un accueil équivalent à son succès. Néanmoins les choses évoluent et les articles sur les mangas arrivent parfois à dépasser les préjugés. Quelques titres ont eu le droit à un papier dans Télérama et on a parlé des seinens et plus généralement des mangas à plusieurs reprises sur France Télévision, deux anciens bastions de la fronde anti-manga.

Espérons que ces initiatives, pour l’instant symboliques, se transforment en volontés éditoriales dans les années à venir. Les mentalités sont beaucoup moins volatiles que les goûts du public mais les réacs finissent tous par prendre, un jour ou l’autre, leur retraite. Dans la foulée, espérons que le festival d’Angoulême honore réellement son nom de Festival International de la BD. Juste pour voir comment ça fait, vu qu’on attend ça depuis plus d’une décennie. Je vais d’ailleurs aller voir l’étendu des dégâts par moi-même la semaine prochaine, et on en reparle après…

Pour revenir à nos moutons et les nouveautés manga : c’est la première fois que leur nombre n’évolue pas à la hausse. On pourrait croire que la baisse des ventes de 5% en 2010 a refroidi certains. C’est sans doute vrai, mais l’apparente stabilité globale du nombre de nouveautés cache en fait de très grandes disparités lorsque l’on y regarde de plus près, c’est à dire par éditeurs :

   nouveautés-editeur-evolution

Premièrement, on compte en 2011 deux apparitions et deux départs. Booken Manga et Kuri, le label manga d’Ankama, se lancent dans l’aventure pendant que Samji, la tentative de reprise de Tokebi et Saphira, jette définitivement l’éponge. La section manga de 12 bis disparait également.

Nouveautés-par-éditeurKazé Manga continue son ascension et devient en 2011 l’éditeur qui a publié le plus de nouveautés. En 2010 il était passé de 124 à 162 titres grâce au mariage du groupe avec Viz et les éditeurs japonais Shueisha et Shogakukan. Raphaël Pennes, le directeur éditorial de Kazé Manga, avait avoué en interview qu’ils « avaient eu les yeux plus gros que le ventre » en sortant une nouvelle série par mois. Le nombre de nouvelles licences est donc moins important en 2011 mais ajouté à celles existantes on arrivent maintenant à 188 titres, soit 3 à 4 mangas Kazé chaque semaine !

Pika, qui publiait le plus de titres depuis de nombreuses années, a ralenti le rythme en passant de 187 à 153 nouveautés. Après l’échec de Twilight en 2010 et la fin de deux séries signées CLAMP, on pourrait s’inquiéter. Cependant l’éditeur affiche clairement ses ambitions pour 2012 : acquisition (à prix d’or il parait) de Sailor Moon qui est prévu pour juillet (oh tiens pour la Japan Expo, quel hasard !) mais aussi sortie d’une nouvelle collection de titres : les mangas Disney. Ajoutons également l’arrivée du nouveau Urasawa, Billy Bat. Urasawa qui sera à Japan Expo 13 d’ailleurs, on l’a appris cette semaine…

Au nombre de publications Pika se retrouve dorénavant troisième car c’est Kana qui se place en seconde position. C’est d’ailleurs l’éditeur de Naruto et Bakuman qui signe la plus importante augmentation du nombre de titres, de 27,8 %. De plus Kana a presque doublé son nombre de rééditions cette année, en passant de 24 à 42. Si on fait le total nouveautés+rééditions, c’est Kana qui est numéro un devant Kazé Manga, qui n’a réédité que 7 titres sur 2011.

Suivent ensuite deux éditeurs plus stables et plus « raisonnables » : Tonkam avec 139 parutions, Glénat avec 129 parutions, et Kurokawa avec 79 parutions, soit quasiment la même chose que l’an passé. Soleil Manga et Taifu sont en légère augmentation, d’une dizaine de titres, à 107 et 84 publications, pendant que Ki-oon continue sa croissance. Après un spectaculaire + 50% sur le nombre de nouveautés en 2010, le plus important éditeur de mangas indépendant a édité 88 mangas cette année, un peu plus de 7 par mois. L’année 2012 marquera le retour de ses deux auteurs phares : la suite d’Übel Blatt et une nouvelle série pour Tetsuya Tsutsui.

Enfin citons Panini, dont le nombre de titres décroit pour la seconde année de suite : de 97 à 77 en 2010 et 65 cette année. Akata-Delcourt diminue également son nombre de sortie, comme il l’avait annoncé en début d’année.

On retrouve donc des politiques éditoriales différentes : ceux qui publient modérément, voir peu, pour défendre plus facilement les titres qui sortent, ce qui se fait au détriment du rythme de publication et de l’offre. De l’autre coté il y a ceux qui tentent la stratégie du publier plus pour gagner plus, quitte à réaliser de très petits tirages – quelques centaines d’exemplaires – au détriment de la promotion efficace et de la visibilité de ces séries. On le sait tous, une série qui sort dans l’anonymat n’a que très peu de chances de fonctionner, même avec une recommandation de votre libraire. De plus, devant la pléthore des sorties, de nombreuses éditeurs constatent un repli vers les titres phares, faisant du marché français un marché « starisé ». On n’a jamais eu autant de choix dans nos librairies mais on n’a jamais eu aussi peu de temps pour les découvrir ou tout simplement les remarquer…

Certes les éditeurs français ne sont pas toujours 100% maître de leur planning et que les éditeurs japonais poussent à la publication : « si vous m’achetez ce titre, faut me prendre celui là aussi » ou « si je vous confie la licence de ce titre il faut le sortir en France l’année prochaine« .  Mais les cas de Kana ou Kazé Manga semblent au delà de ces ajustements et découlent de vrais choix éditoriaux. On attend de voir les chiffres de vente pour statuer. D’ici là, penchons-nous sur les gros tirages de l’année…

Production : tout le monde veut du gâteau ?

Dans le bilan annuel de Gilles Ratier, le secrétaire général de l’ACBD, on trouve les plus importants tirages de manga pour l’année écoulé. Ces chiffres donnent un ordre d’idée des séries populaires et des parts de marché des éditeurs. Attention cependant, ce ne sont pas des chiffres de vente et, comme de plus en plus d’éditeurs ré-impriment, je ne parle ici que de tendances. On commence avec le top 10 des nouveautés les plus largement publiés en 2011, selon leur tirage moyen :

1. Judge

2. GTO Shonan 14 Days

3. Nura

4. Psyren

5. Gate 7

6. Les vacances de Jésus et Boudha

7. Beyblade

8. Beelzebub

9.Pokemon

10. The Civilization Blaster

Comme je le précisais, il ne s’agit pas forcément des nouveautés les plus vendues, mais plutôt des plus gros tirages et donc des plus gros investissements de l’année. Avec un tirage moyen de 53 333 exemplaires, Ki-oon a misé gros sur Judge, via la venue de l’auteur à Japan Expo 12 et une campagne de publicité importante. L’an passé ça lui avait plutôt bien réussi avec Pandora Hearts. Cependant les tirages semblent baisser progressivement puisque l’éditeur est passé d’un tirage de 30 000 pour les 6 premiers volumes à 26000 pour les tomes 7 et 8 et enfin 20 000 pour les tomes 9 et 10. Edit :  Après quelques renseignements pris, la ré-impression coûte de moins en moins cher, et il y a beaucoup de re-tirage, pour coller aux ventes au fur et à mesure et éviter trop de stock. Les ventes de Pandora Hearts se portent bien. Espérons que ce soit pareil pour la suite de Doubt.

Kana, Kurokawa et Kazé sont les principaux pourvoyeurs de ce top 10 et on note la volonté de sortir des titres pour les plus jeunes puisque Pokemon, Beyblade ou dans une moindre mesure, Chi, une vie de chat disposent tous de tirages initiaux supérieurs à 20 000 exemplaires. La recherche du jeune lectorat, conjointement au succès de l’éditeur nobi nobi ! est l’une des tentatives dans la conquête d’un nouveau public. Judge, pour les amateurs de cinéma d’horreur ou Les vacances de Jésus et Boudha pour le lectorat franco-belge vont dans le même sens pour un lectorat plus adulte.

En attendant ces séries sont loin de dominer le marché qui est toujours tenu par quelques stars. Cette années les ventes de One Piece ont approché puis dépassé celles de Naruto mais cette différence n’est pas encore visible sur les tirages ou le ninja orange continue de dominer les débats. Voici les 20 premiers du classement :

Manga Tirage initiaux moyen 2011 Progression
Naruto 250 000 Inchangé
One Piece 100 000 +11%
Fairy Tail 83 333 + 4 %
Black Butler 72 000 + 106 %
Fullmetal Alchemist 70667 - 3 %
Pluto 55 000 + 37.5 %
Judge 53 333 Nouvelle parution
One Piece – HS 53 333 Nouvelle parution
Bakuman 52 500 + 31.3 %
Bleach 50 000 - 16.7 %
Soul Eater 40 250 - 21 %
Vampire Knight 40 000 Inchangé
Les années douces 40 000 Inchangé
Twilight 40 000 - 84 %
Dofus 38 400 - 23 %
Nura 33 500 Nouvelle parution
Psyren 33 000 Nouvelle parution
Gate 7 30 000 Nouvelle parution
D.Gray-man 30 000  - 25 %
Negima ! 30 000 - 5 %

On ne peut que remarquer le bond spectaculaire de Black Butler, le joli finish de Pluto, la correction prévue de Twilight, la bonne forme de Bakuman (sans avoir recourt à une série télé sur la tnt française !) et les difficultés qu’ont certains shônen à se maintenir comme Bleach ou Soul Eater. Peut-être que leur diffusion télé leur permettront de remonter la pente l’an prochain.

Pour finir, on remarque que ces importants tirages ne sont plus uniquement le fait de gros éditeurs, même si deux d’entre-eux dominent toujours… En effet si l’on prend la totalité des tirages égaux ou supérieurs à 20 000 exemplaires, le tout rangé par éditeur, on obtient ceci pour 2010 puis 2011 :

Gros tirage 2010 

Gros tirage 2011

Avec le ralentissement du nombre de Naruto chez Kana et l’absence de plusieurs best-sellers chez Pika, les « petits éditeurs » émergent. Kazé Manga, absent des gros tirages l’an dernier, est désormais cinquième entre Kurokawa et Ki-oon. Là encore ces chiffres ne présagent pas totalement des ventes – les écarts seront sans doute plus serrés – mais on s’éloigne d’un marché tenu par un quator (Glénat, Kana, Pika et Kurokawa) , pour une situation à deux leaders, Glénat et Kana et de nombreux outsiders ! L

On attend donc avec impatience de pouvoir se procurer les chiffres de ventes pour confirmer ou infirmer ces tendances et statuer sur les choix éditoriaux de 2011. Rendez-vous donc en février, à la fois sur Total Manga où je publierai un bilan complet de l’année avec les ventes, les publications par genre, l’analyse de quelques éditeurs, etc… Mais aussi sur ce blog où je m’intéresserai à un éditeur en particulier, Ki-oon, avec l’interview d’Ahmed Agne, l’un des deux fondateurs de la petite boite qui monte qui monte ^^

En attendant, j’espère que ce premier portrait du marché vous a intéressé, merci d’avoir pris le temps de le lire !

Sources : Manga-news, éditeurs, Gfk Retails et © Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD

Le manga en 2011

Rétrospective de lectures 2011 : et vous, vous avez lu quoi ?

Marché japonais du manga 2011 : premiers chiffres, premières analyses

Manga en France: Édition et publication en 2011

[Itw] Ki-oon : bilan et perspectives d’un éditeur indépendant

[Itw] Kaze manga : vers le mass market


anime manga aggregator sama Sama It!


11 Commentaires pour “Manga : première analyse du marché français pour 2011”

  1. Manga, bilan 2011. « Entre l'ami et apprends à mieux me connaître a dit :

    [...] de l’excellent article paru sur paoru.fr sur un premier bilan 2011 du marché du manga (lien) m’a donné envie de jeter un oeil sur mes propres achats pour l’année qui s’est [...]

  2. Gemini a dit :

    Le message que je retire de cette année 2011, c’est vraiment la politique de réédition, entre celles commencées et celles annoncées pour 2012. Des rééditions de valeurs sûres, pour revaloriser le catalogue (certaines séries se trouvent encore dans leurs éditions simples), ou profiter des anciennes gloires du marché, comme celles de feu J’ai Lu. Cela n’a rien de nouveau en soi, mais cette stratégie semble se répandre. L’année 2012 verra notamment le retour des très attendus Wingman, Jojo’s Bizarre Adventure (les premiers arcs), et évidemment de Sailor Moon.
    Je ne peux pas reprocher aux éditeurs de profiter d’un système qui fonctionne, d’autant plus si cela peut leur permettre de financer d’autres projets moins rentables ; et cela signifie que le marché est suffisamment « vieux » pour que ces rééditions deviennent nécessaires.

    Pour ma part, j’achète des manga depuis plus de 10 ans, mais à mes débuts, mes finances m’empêchaient de prendre tout ce qui m’intéressait. Je profite des occasions autant que possible, mais j’accueille certaines rééditions avec plaisir, tout en sachant que d’autres titres n’ont hélas! que peu de chance de ressortir aujourd’hui.

  3. ramza a dit :

    La réédition… C’est vrai que certains vieux titres du manga mériteraient de refaire surface dans une nouvelle version. Enfin pour 2011 ça reste très léger : 125 contre 145 en 2010. Mais une fois de plus ça dépend des éditeurs : Kana (42) et Glénat (31), suivi de Pika (15), Panini (14) sont les principaux artisans.

    On verra en 2012… Toutes les séries ne sont pas faites pour avoir une seconde jeunesse.

  4. Demian a dit :

    Toujours très intéressantes à lire tes analyses, même si parfois je voudrais presque encore plus de détails ou d’explications (la baisse de régime assez nette de Pika qui serait due -seulement ?- à « l’absence de plusieurs best-sellers chez Pika » => qui, quoi, comment ?…).
    Mais bon, faut pas non plus que ça devienne trop long ou indigeste je suppose.

    Après je suis personnellement plus intéressé par le cas des nombreux titres un peu plus marginaux, moins visibles malgré souvent une qualité au moins égale aux blockbusters, mais dont on parle jamais et dont on ne connait pas l’impact sur le marché, l’intérêt pour les éditeurs… Avec justement la « starisation » du marché ou les rééditions des anciens gros succès, quel avenir peut on envisager pour les titres de qualité qui vendent peu ?

    Bon sinon il me tarde de lire les 2 prochains articles, et surtout celui sur Ki-oon, un éditeur que j’aime particulièrement pour sa qualité et sa politique éditoriale et auquel je souhaite tout le succès possible, mais qui au fur et à mesure de son « agrandissement » sort de moins en moins de titres qui m’intéressent par rapport à ses débuts…

  5. Crom a dit :

    il est discutable de faire reposer son analyse sur le bilan de l’ACBD. les chiffres de L’ACBD sont tous fournis par les éditeurs, avec la réserve qu’il convient de placer… voir One Piece dépasser Naruto, et voir le tirage d’un Naruto équivalent à 2 fois et demi celui de One Piece ? qui croira a un tirage de 250 000 ex pour Naruto ??

  6. ramza a dit :

    Crom > « Discutable », dans le sens où on peut discuter je suis d’accord :) Le tirage de Naruto n’a rien de si extraordinaire vu qu’il s’en vendait, en 2010, environ entre 150 et 180 000 par an, et ça selon d’autres éditeurs que Kana. Après attention aux conclusions hâtives, il s’agit du tirage pour les nouveautés, l’ACBD ne nous fournit pas les re-tirages des anciens volumes. Une série peut globalement mieux se vendre sans que les tirages de ses nouveaux volumes soit les plus importants du marché. Les ventes de One Piece sont supérieures au global, mais reste inférieures aux tomes si j’en crois certains éditeurs. En plus avec son opération volume 1 One Piece offert, Glénat a permis de relancer la série, ce qui peux jouer, idem avec l’arrivé de la série à la télé. Enfin, plein d’éditeurs font maintenant des ré-impressions, ça coute de moins en moins cher. La preuve, Ki-oon vient de m’expliquer que les Pandora se vendent toujours bien et qu’ils font l’impression en plusieurs fois, donc la baisse des premiers tirages n’est pas significative. Je m’en vais d’ailleurs apporter la précision dans l’article.

    Ensuite, on peut se méfier des chiffres des éditeurs mais a priori ils ont toutes la même capacité à mentir, qu’on la voit nulle ou forte selon ce qu’on pense d’eux. Donc une étude comparative de ses chiffres reste valide et de toute façon c’est la seule possible. Les chiffres de ventes et part de marché de l’institut Gfk ou même d’Ipsos collent bien à ses chiffres chaque année, y a pas de raison qu’ils se mettent subitement à mentir, en tout cas plus que d’habitude, en 2011. Il faut toujours relativiser je suis d’accord, mais cela ne doit pas empêcher non plus d’avancer et d’émettre des hypothèse et des analyses.

    Demian & Crom > l’analyse est incomplète, mais j’espère bien que les éditeurs prendront le temps de répondre à l’enquête que je leur ai envoyé pour que l’on puisse statuer sur un état plus clair du marché. Pour Pika ou les autres il faudrait les interviewer au cas par cas. Je l’ai fait l’an passé sur Total Manga pour Kazé, Tonkam et Ki-oon. Je remets une couche avec Ki-oon et j’espère bien aussi itwer Kana, Pika, Glénat ou Kurokawa dans le courant de l’année pour avoir plus de précision. Pour répondre sommairement à ta question sur les petits titres, Glénat ou Kana ont tendance à augmenter les prix sur certains titres, comme la collection vintage de l’un ou les Asano pour l’autre. Lectorat fidèle mais réduit = bouquin cher pour assurer la rentabilité :/ Le marché trop riche noie ce genre de titre et plutot que de le promouvoir on le laisse vivoter avec un prix élevé pour assurer le coup. Je comprends la stratégie et je préfère encore débourser un peu de temps en temps pour un Asano plutot que de ne pas en avoir mais je suis loin d’approuver…

  7. Corti a dit :

    Le plus gros défaut de l’ACBD reste quand même que l’on parle d’impression… Et pas de ventes. On peut supposer que le chiffre se lisse avec le temps, le but de l’imprimeur étant d’ajuster au mieux l’impression à la vente. Mais ça ne marche que pour les séries longues.

    Mais bon, à défaut d’autres chiffres, c’est mieux que rien (pis c’est drôle parfois de voir les plantages des éditeurs, comme c’est agréable de voir leurs réussites).

  8. ramza a dit :

    Corti > Yeup l’ACBD tout seul c’est incomplet, c’est pour ça que j’ai travaillé sur le nombre de nouveautés, la première partie du dossier. La ce sont des chiffres simples à trouver et à étudier tant qu’on s’en donne le temps.

    De plus, pour poursuivre dans l’auto-critique, les tarifs de re-impression sont de moins en moins onéreux par rapport aux frais de stockage (j’ai appris ce matin que ça devient vraiment significatif, cf l’édit sur Pandora Hearts) , donc je pense que le bilan de l’acbd sur la partie tirage aura de moins de moins de valeur si les éditeurs se décident à augmenter la politique de gestion en flux tendu. Pour le reste un peu de patience, je viens de recup quelques premiers chiffres de ventes de Gfk ce matin pour les incorporer à bilan plus complet.

    Rendez-vous en février :)

  9. Manga : première analyse du marché français pour 2011 | Paoru.fr : Manga & Japanime, J-Music & Japon... Bienvenue chez le Chocobo ! | le manga en France | Scoop.it a dit :

    [...]   [...]

  10. Manga : première analyse du marché français pour 2011 | Paoru.fr : Manga & Japanime, J-Music & Japon... Bienvenue chez le Chocobo ! | Roi Boo News | Scoop.it a dit :

    [...]   [...]

  11. Manga : première analyse du march&eacute... a dit :

    […] Après avoir passé en revue les meilleures ventes de manga au Japon puis fait un retour sur les lectures de 2011, voici maintenant de tirer les premiers bilans pour le marché français.  […]

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Les posts de Paoru.fr

Les vidéos du chocobo


Twitter



Les mots-kweeh

Partenariats


Journal du Japon
Culture Guu

Agr�gator SAMA Jpop DB

Archives -/+


Copyright © 2014.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.