Paoru.fr


Japon

Les dernières actus du soleil levant ou une énième loufoquerie nippone ? A vous de choisir...

[JE 2011] : Rencontre avec Syusui Taba, une calligraphe pas comme les autres

Syusui Taba

À la Japan Expo il y a trois types de rencontres : celles planifiées, celles espérées et celles auxquelles on ne s’attendait pas, mais alors pas du tout. Ce fut le cas avec Syusui Taba.

C’est en écoutant ma chère Gally  que j’ai décidé d’aller la voir en représentation le samedi de l’expo. Par chance, nous avons pu la au préalable dans la matinée sur le stand de Biken International, où j’ai découvert une femme souriante et chaleureuse, mais également avide de rencontres et de nouvelles expériences artistiques. C’est donc avec curiosité que j’ai pu assister à sa prestation, quelques heures plus tard… Bien loin d’une calligraphie classique, Syusui Taba remanie les kanji pour en faire un objet d’art, une œuvre plus personnelle mais aussi pleine de sens.

Syusui Tsuba - Calligraphie japonaise  Syusui Taba

Huitième Dan (grade le plus haut) de calligraphie classique, elle est le plus jeune professeur diplômé de calligraphie de style Yûsho du département d’Okinawa, et a créé un style de calligraphie originale qui la rend célèbre en tant que « présentatrice de la force des caractères ». Tout en étant professeur de calligraphie par correspondance, elle promeut la communication par les œuvres de calligraphie imagée. Ce mélange de modernité, de peinture acrylique et de couleurs a séduit votre serviteur.Mais laissons Taba-san se présenter elle-même :

Il fallait donc que je l’interviewe pour en savoir plus…

Bonjour Tsuba-san.  Pour commencer pouvez-vous nous donner vos sources d’inspiration ?

Je suis souvent influencée par la nature : la mer et la montagne par exemple, mais il arrive que des personnes que je rencontre m’inspire également. Ensuite j’essaye de déterminer le sens profond des kanji et ils peuvent être eux-mêmes une source d’inspiration.

 Est-ce que vous pourriez nous décrire votre style ?

En fait quand je fais de la calligraphie, la signification littérale du kanji n’est pas forcément le plus important, le design et le côté artistique ont plus d’importance pour moi. Le dessin en lui-même peut être compris et appréhendé sans avoir à connaître la signification du kanji d’origine, on comprend ou on devine ce qu’il signifie. En tout cas on peut apprécier et ça permet d’intéresser les gens aux kanjis d’une autre façon…

 Quel matériel utilisez-vous pour la calligraphie ?

J’utilise différents pinceaux, certains assez classique mais ceux que je préfère sont des pinceaux plus gros, qu’on utilise d’habitude pour peindre les murs, avec lequel je peux donner plus d’appui… C’est avec ceux-ci que j’arrive le mieux à dessiner. Il m’arrive également d’utiliser deux pinceaux en même temps.

Outils Syusui Taba  Syusui Taba et sa technique avec deux pinceaux

 Qu’est-ce qui est le plus difficile dans la calligraphie ?

En fait quand je représente un dessin en calligraphie, je ne veux pas forcément que ce que j’ai en tête soit trop visible, que l’image obtenue ne corresponde qu’à ma vision personnelle du kanji. Je ne veux pas imposer ma vision aux autres personnes mais plutôt qu’ils interprètent eux-mêmes mon dessin, que chacun le voie à sa façon.

 Quel est le kanji que vous préférez ?

Mes trois préférés sont celui qui représente la danse, celui qui représente « l’énergie du corps » et enfin celui qui signifie sourire ou rigoler.

Les kanjis préférés de Syusui Taba

 Est-ce que les récentes catastrophes subies par le Japon ont eu une influence sur votre art ou votre façon de l’exercer ?

Oui, car après le tsunami j’ai participé à plusieurs activités pour encourager les gens qui habitent à Fukushima. J’ai utilisé la calligraphie et notamment le kanji qui signifie le lien ou la liaison, pour représenter la solidarité et encourager les gens et leur redonner de l’espoir.

 On connait tous la calligraphie en tant qu’art traditionnel, mais est-ce aussi un art populaire au Japon ?

Comme je vous le disais, j’ai commencé la calligraphie très jeune mais depuis cinq ans je suis passé de la calligraphie traditionnelle à une expression artistique, ma façon d’interpréter les kanji s’est éloigné de la tradition pour se rapprocher du monde des arts. Mais cela ne fait pas si longtemps et il est encore un peu tôt pour savoir si cette façon de faire est populaire ou non…

 Puisque l’on parle des arts, y a-t-il un art que vous appréciez en France ?

Je m’intéresse à l’architecture française à travers de monuments comme la Tour Eiffel ou encore les monuments et les bâtiments que l’on peut voir à Paris… J’arrive facilement à les imaginer en calligraphie.

 Est-ce que vous avez-vous pu visiter la capitale ?

Non malheureusement ! Mais je vais avoir un peu de temps libre et je compte bien le faire !

Syusui Taba en plein dessin

 Quelles sont vos impressions sur le public français ?

C’est un public « simple ». Mais quand je dis simple, c’est dans un sens positif, pas simplet ! (Rires) En fait c’est un public qui montre ses sentiments, qui réagit « simplement » à ce qu’il voit.

 Un public expressif vous voulez-dire ?

Exactement, et ça c’est quelque chose qui m’a fait très plaisir !

 À travers vos différentes représentations sur la Japan Expo, quel message voulez-vous passer à ce public ?

Comme pour la langue japonaise, les gens pensent souvent que les kanjis sont des choses compliqués à comprendre et que la calligraphie est un art peu abordable. J’ai donc envie de leur montrer les choses différemment et leur donner envie de s’intéresser à la calligraphie, à la manière de n’importe quel loisir.

Taba-san expliquant ses créations

J’ai aussi envie de collaborer avec des français et avec le monde entier, de dépasser le monde de la calligraphie à travers la mode, le cinéma. J’aimerai pouvoir créer ma marque (ndr : elle a d’ailleurs présenté un modèle de t-shirt à la fin de sa présentation) et la promouvoir en France.

 Pour finir, est-ce que vous auriez des conseils pour ceux qui voudraient se lancer dans la calligraphie ?

En fait je réalise une calligraphie très inspirée de la calligraphie japonaise ou chinoise. J’espère que les français qui essaieront de faire de la calligraphie à partir de kanji feront quelque chose de complètement nouveau… Cela peut même devenir une source d’inspiration !

Un très grand merci à Taba-san pour son temps, sa gentillesse et sa passion communicative pour son art !

Pour en savoir plus, rendez-vous sur son site internet (japonais).

Syusui Taba et votre serviteur

Japan Expo 2011 – Reports et Interviews :

LAZYguns Brisky : report photos

Kyuton : L’humour nippon au Japan Expo

May’n : La chanteuse « May’n stream » du JE live house
Shanti : report photos & vidéos

Syusui Taba, une calligraphe pas comme les autres

Sae Cibot, entre Soundlicious et invités JE

Silvester Song, manhwaga post-apocalyptique

Valentin Seiche : rencontre avec un nouvel auteur d’Ankama

A lire également


anime manga aggregator sama Sama It!


Un commentaire pour “[JE 2011] : Rencontre avec Syusui Taba, une calligraphe pas comme les autres”

  1. [JE 2011] : Rencontre avec Syusui Taba, une calligraphe pas comme les autres | 7plumes a dit :

    […] Retrouvez l’article complet sur Paoru.fr […]

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Plumes, le collectif j-blogueur
Le blog de gally

Paperblog http://www.wikio.fr

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2016.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.