Paoru.fr


Japon

Les dernières actus du soleil levant ou une énième loufoquerie nippone ? A vous de choisir...

Scandales et trahisons : petites histoires de la politique japonaise – Épisode 2

Episode 2 :  Ozawa, le tombeur du PLD

À quelques semaines des élections sénatoriales, le Parti Démocrate du Japon (PDJ) est en bien mauvaise posture. La démission de Yukio Hatoyama arrive à un moment délicat, mais cela fait déjà plusieurs mois que des fissures altèrent la cohésion du parti, menaçant de le faire voler en éclats.

Avant ces élections, il était donc temps de vous proposer la suite de notre saga politique sur les hommes et les scandales, qui ont mené le PDJ là où il est aujourd’hui…

Résumé des épisodes précédents :

Né le 24 juin 1942 à Tokyo, Ichirō Ozawa (ci-contre) entre en politique en 1968 et devient pendant de longues années l’élève attentif et assidu du célèbre politicien Kakuei Tanaka. Durant les années 70 et 80, l’homme monte en puissance grâce à un indubitable talent de négociateur ; il se fraye petit à petit un chemin jusqu’au sommet du Parti Libéral Démocrate (PLD). Mais les choses se gâtent au début de la décennie qui va suivre… L’un de ses poulains échoue aux élections de 1991 au poste de Secrétaire général du PLD. Pire encore : Shin Kanemaru, partenaire et directeur de sa faction politique, l’Heiseikai, tombe pour corruption en 1992.

Ne parvenant pas à reprendre le contrôle d’une coterie décapitée, Ozawa et son allié Tsutomu Hata décident, avec 41 autres parlementaires, de faire dissidence. Le 18 décembre 1992, ils créent leur propre groupe à l’intérieur du PLD : le Forum Réforme 21. Très critiqué face aux instances dirigeantes de son parti, Ichirō Ozawa attend patiemment son heure…

La motion de censure du 18 juin 1993

Six mois plus tard, le Parti Socialiste Japonais (ou PSJ) dépose une mention de censure. Le principal opposant du PLD proteste contre le projet de réforme électoral proposé par le gouvernement de l’époque, en place depuis novembre 1991 et dirigé par Kiichi Miyazawa (ci-contre). Ce dernier peine à gérer l’éclatement de la bulle financière ; il est vivement critiqué pour son incapacité à s’adapter à la crise.

L’opposition que rencontre cette réforme électorale ne tient pas uniquement à son manque de congruence vis-à-vis de la crise économique, mais davantage à sa proposition de passer à un scrutin uninominal majoritaire à un tour. Ce système est comparable à notre élection présidentielle, mais qui se déroulerait en un seul tour. Le candidat regroupant le plus de voix est donc élu, même si une majorité de la population n’a pas voté pour lui. Un an avant cette motion de censure, Fidel Ramos a ainsi obtenu la présidence des Philippines, avec seulement 24 % des voix.

Ce système, ultra-favorable au Parti Libéral Démocrate, est donc combattu par le PSJ, mais aussi par plusieurs membres au sein du PLD, dont Ozawa qui réclame l’introduction d’une part de proportionnelle dans ce type de scrutin. C’est ainsi qu’en ce 18 juin 1993, le Forum Réforme 21 a décidé de voter en faveur de la motion de censure, entraînant son adoption par 255 voix contre 220 à la Chambre des Représentants. Cette motion – la première réussie depuis 1980 – force Miyazawa à organiser des élections législatives anticipées un mois plus tard. Ozawa et son partenaire Hata viennent donc de frapper un grand coup… et ils ne comptent pas en rester là.

Le Tombeur du PLD

En prévision de ces élections, Ichirō Ozawa et Tsutomu Hata (ci-contre, avec Ozawa) quittent définitivement le PLD et forment la Shinseitō, ou Parti de la Renaissance, la plus grande faction dissidente du PLD à l’époque. Hata en prend la présidence et Ozawa continue d’œuvrer en second plan, en tant que Secrétaire général.

Les élections placent le Shinseitō à la troisième place avec 6 341 364 voix, soit 10,1 % des suffrages, contre 36,6 % pour le PLD, qui perd sa majorité, et 15,4 % pour le PSJ.

Sorti renforcé de sa réélection écrasante dans sa circonscription, Ichirō Ozawa devient alors le maître d’œuvre d’une nouvelle coalition anti-PLD et anti-PCJ (le Parti Communiste Japonais). Cette large alliance regroupe pas moins de 7 partis et se retrouve en position de force lors de la formation du nouveau gouvernement, dirigé par Mohiro Hosokawa. Le Shinseitō y obtient 5 portefeuilles, soit autant que le PSJ, mais avec 3 postes clés :

  • Tsutomu Hata est nommé vice-Premier ministre et obtient le portefeuille des affaires étrangères.
  • Hirohisa Fuji est nommé au ministère des Finances.
  • Hiroshi Kumagai est en charge du Commerce International et de l’Industrie.

Ozawa, comme à son habitude, n’apparaît pas sous la lumière des projecteurs et n’entre pas non plus au Cabinet (ou Naikaku, le gouvernement japonais). Il reste cependant le principal investigateur de ce nouveau gouvernement. Négociant en coulisse – et non sans talent – les décisions importantes, à l’image de son mentor Kakuei Tanaka. Il gagne à cette époque un surnom qu’il possède encore aujourd’hui : le « Shōgun de l’Ombre« .

Pour la première fois en plus de 40 ans, le PLD n’est donc plus au pouvoir, en grande partie par le fait d’un seul homme : Ichirō Ozawa. Mais maintenant que l’objectif est atteint, la peur d’une hégémonie se fait de plus en plus présente, surtout au cœur d’une alliance entre députés de gauche et anciens membres d’un mouvement libéral. Et, bien entendu, le PLD serait plus que ravi de voir la déchéance d’un traître. Mais ceci est une autre histoire…

Rendez-vous au prochain épisode !

Retrouvez les autres épisodes de cette première saga politique :

Épisode 1 : Ichirō Ozawa, entre ombre et lumière

Épisode 2 : Ozawa, le tombeur du PLD

Épisode 3 : Entre majorité et opposition

Épisode 4 : Le shōgun sort de l’ombre

Épisode 5 : Sale temps pour le shōgun

A lire également

anime manga aggregator sama Sama It!


Un commentaire pour “Scandales et trahisons : petites histoires de la politique japonaise – Épisode 2”

  1. Scandales et trahisons : petites histoires de la politique japonaise – Épisode 3 | Paoru.fr: PLUME, KWEEH & ROCK'N ROLL ! a dit :

    […] de ses amours : la politique nippone ! Après les débuts en politique d’Ichirō Ozawa et son affrontement avec le PLD, voici le troisième volet de cette saga, à l’heure où Ozawa se présente pour le poste de […]

≡ Laissez un commentaire

Facebook Twitter Flux RSS

Cherche, petit chocobo !

Lectures manga & Instagram

Facebook

Partenariats


Journal du Japon
Le blog de gally

Paperblog http://www.wikio.fr

Twitter



Archives -/+


Copyright © 2017.Toutes les images et vidéos présentes sont copyright leurs auteurs.
Paoru.fr réalisé sous WP par Ramza et le Nature WP Theme de miloIIIIVII . Connexion | RSS.